Français f1028

La cohérence textuelle

Pour être considéré comme un texte, il est indispensable que la suite de phrases forme un tout cohérent et intelligible.

Cinq principes doivent être mis en application pour que le texte soit cohérent :

1. L'unité du sujet
2. La reprise de l'information
3. Les séquences textuelles
4. La cohérence des informations
5. La constance du point de vue

L'unité du sujet

L’ensemble du texte doit être centré autour d’un seul et même sujet, qui sera développé au fil des phrases et des paragraphes. Il est possible que le sujet soit divisé en aspects, mais ceux-ci y seront tous reliés. Lorsque le sujet est clair, bien établi et traité tout au long du texte, on peut dire qu’il y a unité du sujet. Bref, le texte suit une ligne directrice clarifiée par le sujet qui en est à la base.

1. La fiche sur la situation de communication est centrée sur le sujet de la communication. Le titre de la fiche, les intertitres et les exemples donnés sont toujours en lien avec ce seul et même sujet. Il y a donc unité.

La reprise de l'information

Pour maintenir l’unité du sujet, certains mots ou groupes de mots vont servir à reprendre certains éléments déjà mentionnés. Ces substituts désignent une réalité que l’on a nommée précédemment dans le texte.

1. Chaque société a ses caractéristiques et ses valeurs culturelles qui lui sont propres. Dans la situation de communication, l’émetteur et le lecteur doivent tenir compte de ces marques culturelles.

  • Dans l'exemple, ces marques culturelles sert à reprendre le groupe nominal ses valeurs culturelles qui lui sont propresCes marques culturelles est donc une reprise et enrichit le texte puisque ce groupe de mots exprime la réalité à laquelle il fait référence différemment.

Il existe différents types de reprise de l'information :

1. La reprise par un pronom
2. La reprise par un groupe du nom
3. La reprise par répétition
4. La reprise par un groupe adverbial

Les séquences textuelles

Les séquences textuelles participent à la progression de l’information. Pour assurer la cohérence de son texte, l’auteur doit organiser ses informations et assurer une progression dans leur enchaînement. Cela signifie que les informations doivent être présentées dans un ordre logique et précis. Chaque nouvelle phrase et chaque nouveau paragraphe doit apporter des informations supplémentaires sous des formes variées : définition, explication, exemple, réflexion, etc.

1. Dans la fiche La situation de communication, la division des informations en aspects (l'énonciateur, le code, le message, le contexte, etc.) épouse la logique d'une séquence descriptive alors que la présence fréquente d'exemples et d'éléments reliés entre eux dans un rapport cause-conséquence sont des particularités associées à la séquence explicative. C'est l'enchaînement logique de ces séquences qui permet au lecteur de mieux assimiler le contenu transmis.

 

Il existe différentes séquences textuelles :

1. La séquence narrative
2. La séquence descriptive
3. La séquence explicative
4. La séquence argumentative

La cohérence des informations

Aucune partie du texte ne doit entrer en contradiction. Si deux paragraphes d’un texte explicatif amènent des informations qui se contredisent, le lecteur va avoir beaucoup de mal à comprendre le texte et à le trouver crédible. La cohérence des informations est primordiale afin de rendre la pleine compréhension du contenu possible.

1. Dans l'histoire Le Petit Chaperon rouge de Charles Perrault, personne n’est surpris lorsque le loup parle à la petite fille, même si tout le monde sait que les loups ne parlent pas. Il n’y a pas de contradiction parce que le lecteur est conscient qu’il est en train de lire un conte, un univers fictif dans lequel il peut arriver que les animaux parlent.

1. Dans un roman réaliste, si un personnage perd l’usage de son bras droit, cette caractéristique, qui lui est propre, doit être maintenue tout au long de l'histoire. Il ne serait pas cohérent que, en cours de route, l'auteur change sans raison logique cet élément.

2. Les indications de temps (principalement les coordonnants temporels et les temps de verbe) doivent être cohérents à l’intérieur d’une même séquence. On ne peut passer du présent au passé simple sans créer de confusion importante chez le lecteur.

La concordance des temps verbaux

La constance du point de vue

Le point de vue, c'est la manière dont l’auteur ou le narrateur se présente dans un texte. Le point de vue peut également faire référence à la façon dont l'auteur ou le narrateur entre en relation avec son destinataire ou l'attitude qu'il a par rapport à ses propos.

 

Tout au long du texte, le point de vue doit être constant pour assurer la cohérence des propos. Le point de vue adopté doit aussi être en accord avec le but, le type et le genre de texte produit.


Pour que le point de vue soit constant...
1.
L'auteur ou le narrateur doit maintenir sa position par rapport au texte.

1. Il signale constamment sa présence par rapport au sujet.
- Pour ce faire, il utilise le je, le nous.

2. Il signale constamment sa distance par rapport au sujet.
- Pour ce faire, il utilise des formulations comme on dit que, il y a et autres formes impersonnelles.

 2. L'auteur ou le narrateur doit maintenir sa façon d'interpeller son destinataire.

1. Il signale sa proximité en l'interpellant souvent.
- Pour ce faire, il utilise le tu, le vous.

2. Il signale sa distance en ne l'interpellant pas directement.
- Pour ce faire, il utilise le il, le on.

 3. L'auteur ou le narrateur doit maintenir son attitude par rapport à ses propos.

1. Il se fait neutre et objectif.
- Pour ce faire, il utilise un vocabulaire dénotatif.

2. Il se fait engagé.
- Pour ce faire, il utilise un vocabulaire connotatif.

 

Ces trois manières d’exposer son point de vue sont reliées à la modalisation.

Les vidéos
Les exercices
Les références