Français f1150

La coordination

La coordination consiste à lier deux unités syntaxiques (groupes, phrases, subordonnées) au moyen d'un coordonnant.

C'est le coordonnant qui établit le lien de sens entre les deux unités syntaxiques.

1. Josh a remporté tous les prix du concours et il le mérite bien.
2. Mélanie a raté son autobus, donc elle est en retard.

  • Dans ces exemples, ce sont deux phrases syntaxiques qui sont coordonnées. Chacune de ces phrases est pleinement autonome sur le plan syntaxique puisque chacune d'elles renferme un sujet et un groupe verbal prédicat.
  • Ce sont les coordonnants et ainsi que donc qui permettent d'effectuer correctement la coordination.

Pour coordonner deux phrases, il faut s'assurer :

1. qu'elles soient bel et bien liées de près sur le plan sémantique (relatif au sens, à la signification).
2. que les éléments liés exercent la même fonction syntaxique.
La coordination sert, entre autres, à relier des phrases liées sur le plan sémantique.

1. Noémie a une bonne idée, mais celle-ci n’est pas réalisable.
2. Vous n'y parviendrez pas, car ce plan n'a pas de sens !
3. Elle est toujours à l'heure, c'est principalement pourquoi son supérieur l'apprécie.

  • Ce sont les coordonnants mais, car et c'est pourquoi qui établissent la relation logique entre les deux phrases syntaxiques.

Les éléments coordonnés doivent exercer la même fonction syntaxique.
1. La poésie et la philosophie me passionnent.
2. Dès qu'il était entré en scène et qu'il avait fait son numéro, il transmettait son plaisir à la foule. 

  • Dans l'exemple 1, les deux GN coordonnés, La poésie et la philosophie, remplissent la fonction de sujet de la phrase. Dans l'exemple 2, les subordonnées Dès qu'il était entré en scène et qu'il avait fait son numéro sont coordonnées et ont la même fonction, soit une fonction de complément de phrase.

On peut coordonner des groupes de même fonction même si leur noyau n'est pas de la même classe:

1. Jérôme est un enfant agile et de bonne foi.
2. Son copain était une personne timide, mais qui parlait beaucoup.

  • Dans l'exemple 1, les éléments coordonnés n'ont pas la même classe de mots. Le mot agile est un groupe adjectival alors que de bonne foi est un groupe prépositionnel. Dans l'exemple 2, timide est un groupe adjectival et qui parlait beaucoup est une subordonnée relative.

La valeur des coordonnants

Les coordonnants regroupent essentiellement ce qu’on appelle les conjonctions de coordination ainsi que quelques adverbes.


Lorsque le coordonnant relie des phrases, des groupes ou des subordonnées, il établit une relation particulière. Cette relation peut avoir différentes valeurs :

marquer une addition :

Ainsi que
Et
De plus

marquer une alternative :

Ou
Ou bien


marquer la cause :

Car
En effet
Comme
Puisque
marquer la conséquence :

Ainsi
Donc
Par conséquent
Conséquemment
Par le fait même
Alors
marquer une explication :

C'est-à-dire
C'est pourquoi
Par exemple
En effet
Notamment
D'ailleurs
marquer une négation :

Ni





marquer une justification :

Mais
Car





marquer une opposition :

Cependant
Mais
Par contre
En revanche
Toutefois
Tandis que
À l'inverse
marquer une succession :

Puis






 

La jonction de phrases, de groupes et de phrases subordonnées

Les vidéos
Les exercices
Les références