Français f1164

Les points de suspension

Les points de suspension forment un signe de ponctuation toujours représenté par trois points qui se suivent.

 

Les points de suspension ont différentes utilités :
1.Marquer la fin d'une phrase
2.Marquer la continuité d'une énumération
3.Marquer l'hésitation dans le discours
4.Marquer l'absence d'un passage dans une citation
5. Autres fonctions des points de suspension

Les points de suspension à la fin d'une phrase

Quand les points de suspension marquent la fin d'une phrase, l'idée exprimée par celle-ci demeure incomplète. Puisque cette idée ne trouvera pas de finalité propre, ces trois points doivent être suivis par une majuscule.

1. Attends que je... Il va me rendre fou !

Les points de suspension ne terminent pas seulement une phrase, mais parfois un texte, un paragraphe. Dans ces cas, ils cherchent à faire réfléchir le lecteur qui doit interpréter l'opinion non dite et remplacée par cette ponctuation. C'est une façon pour l'auteur de rendre son texte plus interactif et personnalisé. Utilisés dans un texte argumentatif, ces points de suspension contribueront à la modalisation du discours.

1. Le gouvernement voudrait investir de grosses sommes dans le secteur militaire...
2. Encore une fois, les jeunes font preuve de leur grande capacité à communiquer...

Les points de suspension à la fin d'une énumération

Quand les points de suspension marquent la continuité d'une énumération, ils indiquent que celle-ci est volontairement écourtée afin d'abréger le discours. Ces trois points doivent être suivis par une majuscule puisqu'ils marquent tout de même la fin de la phrase.

1. Au Musée d'Orsay, vous pourrez admirer les oeuvres de nombreux peintres : Cézanne, Corot, Klimt, Delacroix, Pissaro, Toulouse-Lautrec... Vous serez touchés par la beauté de ces chefs-d'oeuvre.

 

Ces points de suspension ont la même valeur qu'un , etc. Il est donc possible d'utiliser les ... ou le , etc. pour indiquer qu'une énumération est incomplète. Toutefois, il ne faut pas placer de virgule devant les points de suspension. 

 ​

Les points de suspension pour marquer l'hésitation

Quand les points de suspension marquent une hésitation qui sous-entend que l'auteur ne veut pas dire le fond de sa véritable pensée, tait volontairement un commentaire pour différentes raisons, ils sont suivis d'une minuscule puisque c'est la même phrase qui se poursuit.

1. Cet été, j'ai vraiment tout perdu...même ma fierté.

Par contre, les points de suspension peuvent être à la fin d’une phrase juxtaposée à une autre. Dans ce cas, on sépare les points de suspension de la nouvelle phrase avec une virgule.

1. J'ai été stupide...,je n'ai pas étudié.

  • On dit que je n'ai pas étudié est une phrase juxtaposée puisqu'elle contient un verbe conjugué (aiétudié) et un pronom sujet (je). Elle est donc autonome sur le plan syntaxique.

Les points de suspension dans une citation

On utilise les points de suspension entre crochets pour indiquer un passage coupé dans une citation.

1. Nous avons appris que la liberté n'est jamais accordée de bon gré par l'oppresseur; elle doit être exigée par l'opprimé. […] Il vient un temps où l'on ne peut pas ​​​endurer davantage et où les hommes ne supportent plus de se trouver plongés dans des abîmes d'injustice où ils expérimentent la noirceur d'un désespoir corrosif. […]

  • Les points de suspension placés entre crochets précisent que des passages présents dans le texte original (lettre écrite par Martin Luther King​ en prison, en 1963) ont été retirés de l'extrait.

1. Si les points de suspension ont la même signification grammaticale que le point et que l'on arrête la phrase après eux, il faut les faire suivre d'une majuscule.

2. Si les points de suspension expriment une hésitation, ils jouent un rôle équivalent au point-virgule et il ne faut pas les faire suivre d'une majuscule.

3. Pour indiquer un passage coupé dans une citation, on emploie les points de suspension entre crochets.

 

​Autres fonctions des points de suspension

1. Les points de suspension peuvent accompagner l'initiale d'un nom que l'auteur préfère ne pas divulguer. Il est même possible de ne pas mettre l'initiale du nom.  

1. J'ai parlé avec Carl P... au sujet de son crime. 
2. Il s'est chicané avec ... et est parti. 

2. Les points de suspension accompagnent parfois l'initiale d'un nom fictif.

1. ​M. X... est amoureux de sa cousine.

3. Dans un dialogue, les points de suspension peuvent illustrer le mutisme ou le silence d'un personnage. 

1. « Crois-tu que tu devrais t'en mêler? 
-...».


La ponctuation

Les vidéos
Les exercices
Les références