Français f1190

L'imparfait de l'indicatif

​​L'imparfait est un temps simple qui fait partie du mode indicatif et qui situe dans le passé un fait de longue durée et dont l'achèvement n'est pas précisé. 

Pour conjuguer un verbe à l'imparfait, tous les verbes emploient les terminaisons -ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient.

L'emploi de l'imparfait de l'indicatif

1. L'imparfait traduit un fait non achevé et d'une durée non définie au même moment qu'un autre a eu lieu.

1. Il pleuvait quand nous sommes arrivés.
2. Il faisait une entrée remarquée quand le téléphone a sonné.

2. L'imparfait exprime une action passée qui s'est répétée dans le temps.

1. Chaque semaine, elle allait nager à la piscine municipale.
2. Tous les matins, après avoir pris un bon déjeuner, il marchait dans son quartier.

3. L'imparfait contribue à formuler une description associée à une réalité issue du passé.

1. Son ancienne maison était petite, mais très chaleureuse.
2. Ce soir-là, elle portait une longue robe rouge.

4. L'imparfait exprime une hypothèse irréalisable dans le présent, mais qui pourrait être réalisée dans l'avenir si une ou plusieurs conditions s'appliquaient.

1. Si j'avais ce livre, je vous le donnerais.
2. S'il m'appelait avant l'heure du dîner, je serais en mesure de lui parler.

5. L'imparfait peut être employé comme le passé simple pour placer l'action dans une durée. Dans ce cas, un indicateur temporel est utilisé.

1. En 1850, il écrivait sa première nouvelle et, à 19 ans, il connaissait un succès littéraire mondial.
2. Elle recevait sa première médaille lors des Jeux olympiques de 1992.

6. L'imparfait peut être utilisé pour atténuer un propos afin de le rendre plus poli.

1. Je voulais vous demander, Monsieur, de me permettre d'assister à votre conférence.
2. Madame, j'espérais pouvoir vous présenter mon collègue.

7. Dans un récit au passé, l'imparfait est un temps que l'on emploie pour décrire ou pour exprimer des actions d'importante durée et dont l'achèvement n'est pas précisé (exemple 1) ou qui relèvent du quotidien des personnages (exemple 2).

1. En bas, je me sentis observé par des yeux qui clignaient dans le noir, avant de distinguer peu à peu des silhouettes serrées les unes contre les autres, ainsi que leur ombre projetée sur les murs par la faible lueur de deux lampes à pétrole. Des murmures discrets s'élevèrent. En arrière-fond, on entendait le clapotement de gouttes d'eau qui s'écrasaient quelque part, et aussi un autre bruit indistinct, comme un grattement.

2. C'était sans effort que, des années auparavant, Hassan et moi gravissions la colline au nord de la maison. Entre deux galopades, nous nous asseyions sur une crête qui offrait une bonne vue sur l'aéroport, au loin. Nous regardions les avions décoller et atterrir, et recommencions ensuite à nous courir après.

- Extraits de Les cerfs-volants de Kaboul, Khaled Hosseini

 

Dans un récit écrit au passé, l'im​parfait connaît d'autres emplois pour des raisons spécifiques.

Les vidéos
Les exercices
Les références