Français f1201

Le plus-que-parfait de l'indicatif

​​Le plus-que-parfait de l'indicatif est un temps de verbe composé qui fait partie du mode indicatif et qui exprime une réalité antérieure à une autre déjà ancrée dans le passé.

La formation du plus-que-parfait

Le plus-que-parfait se forme avec l'auxiliaire être ou avoir associé au verbe à conjuguer et employé au temps simple requis (l'imparfait) suivi du participe passé du verbe à conjuguer.
Le temps simple requis pour l'auxiliaire être ou avoir dans la formation du plus-que-parfait est l'imparfait. Le verbe qui suit cet auxiliaire est le participe passé du verbe à conjuguer.

1. sortir : j'étais sorti, elle était sortie, nous étions sortis, ils étaient sortis
2. jouer : j'avais joué, elle avait joué, nous avions joué, ils avaient joué
3. recevoir : j'avais reçu, elle avait reçu, nous avions reçu, ils avaient reçu
4. arriver : j'étais arrivé, elle était arrivée, nous étions arrivés, ils étaient arrivés

 

Selon l'auxiliaire avec lequel il est lié, le verbe au participe passé suit des règles d'accord bien précises.

L'emploi du plus-que-parfait

1. Le plus-que-parfait sert à décrire une action passée qui est arrivée avant une autre action passée. Il s'emploie très souvent avec d'autres verbes issus du système verbal du passé, principalement le passé composé, l'imparfait ou le passé simple.

1. Mon copain a adoré les poèmes que j'avais écrits pendant ma jeunesse.
2. Elle me demandait constamment de lui prêter les bijoux que ma mère m'avait donnés.
3. Elle devint très bouleversée quand elle constata qu'il avait déjà quitté.

2. Employé avec le si, le plus-que-parfait permet d'exprimer une situation du passé qui n'a pas eu lieu et qui aurait été favorable à la réalisation de l'action ou de l'état exprimé(e) par le verbe de la phrase principale, lui-même conjugué au conditionnel passé.

1. Si tu m'avais invité, je serais venu à ta soirée.
2. Si tu t'étais excusé, je t'aurais puni moins sévèrement. 

3. Le plus-que-parfait peut être employé comme le passé simple pour placer l'action dans une durée. Dans ce cas, un indicateur temporel est utilisé. Cet emploi peut s'observer dans les récits écrits au passé (exemple 2).

1. Curieusement, cette journée-là, il avait oublié de verrouiller la porte.
 
2. Ce matin-là, les Grégoire s'étaient levés à huit heures.
- Extrait de Germinal, Émile Zola

4. Le plus-que-parfait est d'usage courant dans les récits écrits au passé.

1. Mais, mon oeil ne s'était pas encore appliqué à l'oculaire, que l'instrument me fut vivement arraché des mains.
2. Quant à moi, j'avais soigneusement regardé dans la direction observée, sans rien apercevoir.
3. Rentré au salon, je notai d'abord les relèvements de Ceylan, à laquelle l'Antiquité avait prodigué tant de noms divers.
- Extraits de Vingt mille lieues sous les mers, Jules Verne

Les vidéos
Les exercices
Les références