Français f1370

La métaphore

​​​La métaphore est plus implicite que la comparaison puisqu’elle réunit deux éléments sans toutefois utiliser de mot de comparaison. Elle a une valeur d'illustration afin de bien faire comprendre le sens désiré par l'auteur. Elle ajoute souvent une connotation ou une intensité à un propos. 

Pour bien interpréter une métaphore, le lecteur doit comprendre que le comparé et le comparant qu'elle renferme ne sont pas unis par un mot de liaison (comme, pareil à, ressemble à, etc.). Le lecteur doit donc cibler ces deux éléments par déduction et chercher à comprendre pourquoi l'auteur a décidé de confronter ces deux éléments afin de créer une image. 

1. La vie est un voyage plein d'aventures.

2. Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage.
- Charles Baudelaire

3. Un gros serpent de fumée noire.
- Guy de Maupassant

4. Cet homme d'affaires est un requin

  • Dans l'exemple 1, la métaphore effectue une comparaison entre la vie et un voyage plein d'aventures pour souligner l'aspect imprévisible de la vie.
  • Dans l'exemple 2, la métaphore compare la jeunesse à un orage en raison de sa nature imprévisible, violente, sombre, etc. 
  • ​Dans l'exemple 3, la métaphore fait un lien entre un serpent et une fumée noire pour illustrer son aspect négatif, sombre. Cela annonce un mauvais présage. Elle peut également illustrer la forme de la fumée. 
  • Dans l'exemple 4, la métaphore fait un rapprochement entre l'homme d'affaires et un requin pour démontrer que l'homme est peu scrupuleux, qu'il agit dans son propre intérêt.  
​Il est possible de faire plusieurs interprétations d'une même métaphore. ​

Plusieurs expressions figées sont des métaphores (être dans la fleur de l'âge, le gel des salaires, il est sur un nuage, etc.)​

La métaphore filée

La métaphore filée est une figure de style constituée d'une suite de métaphores unies autour d'un même thème. Bien que distinctes, plusieurs rapprochements sont possibles entre la métaphore filée et l'allégorie.

 

1. L'empereur était là, debout, qui regardait.
Il était comme un arbre en proie à la cognée.
Sur ce géant, grandeur jusqu'alors épargnée,
Le malheur, bûcheron sinistre, était monté;
Et lui, chêne vivant, par la hache insulté,
Tressaillant sous le spectre aux lugubres revanches,
Il regardait tomber autour de lui ses branches.
- Victor Hugo

  • On remarque, dans cet exemple, que l'empereur est d'abord clairement comparé à un arbre (il était comme un arbre en proie à la cognée). Ensuite, c'est la métaphore filée qui renforce la comparaison, celle-ci se développe à l'aide d'une suite d'images qui insistent constamment sur cette ressemblance entre l'empereur et un arbre (ce géant, grandeur, bûcheron sinistre, chêne vivant, par la hache, ses branches).

La métaphore fait partie de la famille des figures d'analogie.


Il existe d'autres figures d'analogie :

Il existe d'autres figures de style.

Les vidéos
 
Les exercices
Les références