Français f1420

La vitesse de la narration

​​Il faut différencier le temps de la narration et le temps de l’histoire. Il y a plusieurs vitesses possibles à la narration, celles-ci sont déterminées selon les liens qui s’établissent entre la narration et l’histoire, mais surtout en regard de l'importance accordée aux événements qui font partie intégrante de l'intrigue.

1. Quand on a réellement l’impression d’assister à la scène en direct, le temps de la narration et le temps de l’histoire s’équivalent.

2. Dans certaines parties du texte, quelques passages plutôt longs de l’histoire sont résumés en quelques lignes. Ceci va alors créer un effet d’accélération de la narration. Le temps de l'histoire est alors plus grand que le temps de la narration.

3. Il arrive parfois qu'un court événement soit décrit dans les moindres détails et que cette description s'étale sur plusieurs lignes. Il s'agit alors d'un effet d'allongement (ou d'étirement) de la narration. Le temps de l'histoire est alors plus petit que le temps de la narration.

4. Parfois, une partie de l'histoire est complètement absente, passée sous silence. La narration effectue alors un saut dans le temps afin de passer à des événements qui se produisent plus tard dans l'histoire. La partie manquante de l'histoire se nomme alors une ellipse.

5. On assiste à une pause lorsque le temps de l'histoire est suspendu et que la narration est utilisée, par exemple, pour décrire le contexte dans lequel se déroule l'histoire, pour expliquer quelque chose ou pour passer un commentaire sur les éléments de l'histoire.

Dans un récit, il y a rarement une correspondance exacte entre la durée des événements racontés et la narration. Les auteurs peuvent donc contrôler le temps de deux façons, soit en l'accélérant ou en l'allongeant, ce qui permet au narrateur de créer un rythme dans le déroulement du récit en exploitant la perception relative du temps.​

L'effet d'accélération de la narration

Quelques lignes peuvent résumer l'essentiel ​d'une longue durée importante. Les événements s’étalant dans le temps sont alors condensés en quelques phrases ou en quelques paragraphes. Cet effet d'accélération est récurrent dans les romans.

1. Ce fut donc une occupation pour Emma que le souvenir de ce bal. Toutes les fois que revenait le mercredi, elle se disait en s'éveillant : « Ah ! il y a huit jours... il y a quinze jours... il y a trois semaines, j'y étais. » Et peu à peu, les physionmies se confondirent dans sa mémoire; elle oublia l'air des contredanses, elle ne vit plus si nettement les livrées et les appartements; quelques détails s'en allèrent, mais le regret lui resta. (Dans ce court extrait tiré du roman Madame Bovary de Gustave Flaubert s'écoulent plusieurs semaines.)
- Madame Bovary, Gustave Flaubert

2. En six ans, ​Justine avait obtenu son diplôme, acheté sa première maison et voyagé en Asie. ​

3. À la suite de sa rémission, l'homme décida de mordre dans la vie et de vivre comme si c'était son dernier jour. En moins de quatre ans, il bâtit un empire qui lui permit d'accomplir ses rêves les plus fous. 

4. Marie avait donné naissance à un beau garçon, l'avait vu grandir, l'avait encouragé dans ses projets, l'avait épaulé lorsqu'il était devenu père. Aujourd'hui, elle reconnaissait qu'elle a​vait réussi sa mission. 


L'effet d'allongement de la narration

Certains événements relativement brefs sont étirés par la narration, ce qui leur donne plus d’importance. L’effet d’allongement dans la narration peut être créé par les retours en arrière, qui représentent des événements antérieurs à l’action principale, ou des anticipations, qui précisent des événements postérieurs, ce qui allonge la narration. 

1. Pendant une fraction de seconde, leur regard se croisa. L'homme remarqua que les yeux de la jeune femme étaient d'une couleur particulière. Un mélange de bleu et de violet. Son regard semblait cacher un mystère, il était captivé par celui-ci. 

2. Il serra le volant de son automobile. Le choc fut instantané. Il vit sa vie défiler devant lui. Il songea aux moments de bonheur passés auprès des siens et il pensa à tout ce qu'il n'avait pas encore accompli. Est-ce que l'impact serait fatal? Est-ce qu'il sortira indemne de cet accident? Toutes ces questions se bousculaient dans son esprit. 

3. Il était à huit mètres du fil d'arrivée. Il regardait droit devant lui. Il entendait les spectateurs l'encourager. Son coeur battait la chamade. La sueur perlait sur son front. Il repensait à tous les sacrifices qu'il avait faits pour se rendre là. Il allait enfin recevoir la reconnaissance qu'il attendait. Une larme coula sur joue...


L'ellipse

Il y a ellipse lorsqu'on omet de raconter certains passages de l'histoire jugés moins importants pour passer à des moments ultérieurs. On accélère alors au maximum le rythme du récit puisque la narration est absente d'une partie de l'histoire.

1. À la fin de la soirée, Marie avait la certitude que Max était l'homme de sa vie. Deux mois après cette soirée, le couple aménageait ensemble, et un an plus tard, leur petite fille naissait.

2. Amir n'avait pas sommeil, il décida donc de lire un peu avant de se coucher. Au bout de trois heures, il était toujours debout et était incapable de se détacher de son livre tant celui-ci était captivant.

La pause

​On utilise la pause pour suspendre l'histoire, ce qui a pour effet d'interrompre les actions et de ralentir le rythme du récit au maximum. On emploie alors la narration pour décrire, expliquer ou commenter certains éléments de l'histoire. Elle ne sert plus à faire avancer l'histoire.

1. Elle me lança un regard noir. J'avais toujours trouvé qu'elle exagérait, qu'elle avait toujours été extrêmement jalouse de moi. Il est vrai qu'elle avait eu moins de chance que moi dans la vie, mais ce n'était pas une raison pour me détester. Je tournai les talons et quittai les lieux.

2. Il me fit entrer dans la pièce. Celle-ci avait été décorée simplement, mais avec goût. Les murs, blancs, faisaient réfléchir la lumière qui pénétrait par l'unique fenêtre du salon. Deux fauteuils se trouvaient tout au fond, près d'une petite table sur laquelle avait été déposée une théière. Il m'invita à m'asseoir et me versa une tasse de thé.


À consulter :

Le texte narratif

Les vidéos
Les exercices
Les références