Français f1437

Le poème en prose ou en vers libres

Le poème en prose

Le poème en prose représente pour l'écrivain une grande liberté d'expression et se distingue des autres poèmes habituels principalement en raison du fait qu'il contient des procédés issus de la façon usuelle de parler (vers inégaux, pas de rimes, pas de strophes). En d'autres mots, le poème écrit en prose ressemble, à première vue,​ à un texte courant, mais renferme une langue poétique qui cherche, entre autres, à surprendre et à émouvoir.

 

Certains poèmes en prose sont organisés en paragraphes de longueur variable, avec des phrases de longueur inégale. D'autres ressemblent à des textes courants du point de vue de leur organisation : les phrases remplissent la page et les mots s'enchaînent comme dans un texte narratif, mais la langue est poétique.


Rimbaud n’a pas inventé le poème en prose, mais il est certainement de ceux qui ont le plus contribué, au XIXe siècle, à fonder une « modernité poétique » qui, au siècle suivant, devait accepter l’idée d’une poésie en prose, à dignité égale avec les formes fixes de la poésie classique formelle.

Guerre

Enfant, certains ciels ont affiné mon optique : tous les caractères nuancèrent ma physionomie. Les Phénomènes s'émurent. - À présent, l'inflexion éternelle des moments et l'infini des mathématiques me chassent par ce monde où je subis tous les succès civils, respecté de l'enfance étrange et des affections énormes. - Je songe à une Guerre, de droit ou de force, de logique bien imprévue.
C'est aussi simple qu'une phrase musicale.
- Arthur Rimbaud


Le Spleen de Paris, oeuvre de Charles Baudelaire, renferme plusieurs poèmes écrits en prose.

Le miroir

Un homme épouvantable entre et se regarde dans la glace.
« - Pourquoi vous regardez-vous au miroir, puisque vous ne pouvez vous y voir qu'avec déplaisir ? » L'homme épouvantable me répond : « Monsieur, d'après les immortels principes de 89, tous les hommes sont égaux en droits; donc je possède le droit de me mirer; avec plaisir ou déplaisir, cela ne regarde que ma conscience. »
Au nom du bon sens, j'avais sans doute raison; mais, au point de vue de la loi, il n'avait pas tort. 
- Charles Baudelaire


Des poèmes en prose sont issus de la plume de Pierre Morency, poète québécois.

Vous brûlerez

Au pays de pierre fendre, l'année commence par une infinité de matins couchés en rond de chien sous les poêles, sourds à ce qui monte dehors, même à l'appel cassé des vieilles corneilles. Les heures sont figées au fond des bols. Un diamant trace et trace sur les vitres une flore impossible et superbe. Dans cette maison-là vous pensez souvent à la solitude et à la santé des territoires. En ce moment, immobile à la fenêtre, vous vous demandez. Plus tard, vers les quatre heures, les lointains s'enflammeront, la plaine frisera de vent, un fleuve de farine déferlera dans les plis de la neige durcie. Vous deviendrez peu à peu la force de l'horizon, glisserez hors de vous, filerez sur le totalement neuf, contre l'écume qui éveille. Vous brûlerez.
- Pierre Morency

 

Le poème en prose est né au XIXe siècle avec le recueil de poèmes Gaspard de la nuit d'Aloysius Bertrand. 


Le poème en vers libres

Un poème en vers libres est un poème qui ne présente aucune structure formelle régulière : ni vers mesurés, ni rimes, ni strophes. Cependant, et là se trouve sa principale différence avec le poème en prose, le poème en vers libres respecte certaines règles de disposition : une mise en page dégagée laissant plusieurs zones blanches, la présence (habituellement) de majuscules en début de ligne, des échos sonores (qui ne sont pas uniquement des finales rimées), des longueurs métriques variables, des séquences de vers à dimension variable séparées par un saut de ligne (simili-strophes), etc.
Bref, il s'agit de vers qui ne riment pas obligatoirement, qui sont inégaux dans le nombre de syllabes et qui ne respectent pas un rythme fixe. 


Le poème en vers libres n'obéit pas à une structure régulière. Toutefois, au premier coup d'oeil, le lecteur sait très bien qu'il est en présence d'un poème en raison de la disposition du texte sur la page.


Marine

Les chars d'argent et de cuivre -
Les proues d'acier et d'argent -
Battent l'écume, - 
Soulèvent les souches des ronces.
Les courants de la lande,
Et les ornières immenses du reflux
Filent circulairement vers l'est,
Vers les piliers de la forêt, -
Vers les fûts de la jetée,
Dont l'angle est heurté par des tourbillons de lumière.
- Arthur Rimbaud


Au Québec, Gaston Miron est l'auteur de plusieurs poèmes écrits en vers libres.

La route que nous suivons

À la criée du salut nous voici
armés de désespoir

au nord du monde nous pensions être à l’abri
loin des carnages de peuples
de ces malheurs de partout qui font la chronique
de ces choses ailleurs qui n’arrivent qu’aux autres
incrédules là même de notre perte
et tenant pour une grâce notre condition

soudain contre l’air égratigné de mouches à feu
je fus debout dans le noir du Bouclier
droit à l’écoute comme fil à plomb à la ronde
nous ne serons jamais plus des hommes
si nos yeux se vident de leur mémoire

beau désaccord ma vie qui fonde la controverse
je ne récite plus mes leçons de deux mille ans
je me promène je hèle et je cours
cloche-alerte mêlée au paradis obsessionnel
tous les liserons des désirs fleurissent
dans mon sang tourne-vents
venez tous ceux qui oscillent à l’ancre des soirs
levons nos visages de terre cuite et nos mains
de cuir repoussé frappées de sol et de travaux

nous avançons nous avançons le front comme un delta
« Good-bye farewell ! »
nous reviendrons nous aurons à dos le passé
et à force d’avoir pris en haine toutes les servitudes
nous serons devenus des bêtes féroces de l’espoir.
- Gaston Miron

 

La prose et le vers libre
Le texte poétique

Les vidéos

Le poète et essayiste nous offre une performance de son oeuvre Le dandy.

f1437i1.JPG

​(Clique sur l'image ci-dessus afin d'accéder à la vidéo.)

Les exercices
Les références