Français f1606

Le récit fantastique

​​​​​​​​Le récit fantastique met en scène un personnage vivant dans un univers réel, dont la vie est chamboulée quand apparaissent tout à coup des phénomènes surnaturels ou merveilleux.

On nomme parfois « trangression » le moment où l'auteur brise le réel pour y insérer des éléments fantastiques. Cette transgression survient habituellement lors de l'élément déclencheur.

Comprendre le récit fantastique

Le but de tout récit fantastique est de susciter le trouble, l'inquiétude, la peur et l'angoisse chez le personnage principal (et chez le lecteur), sans toutefois tomber dans l'effroi comme le font les auteurs au 20e siècle.

Le phénomène étrange qui survient amène le personnage principal à douter de ce qui l'entoure puisque la frontière entre le réel et l'irréel devient floue. Le personnage cherche alors à comprendre ce qui lui arrive. Pour ce faire, il observe, analyse, réfute, rejette. Il ne croit pas facilement aux apparences.

Les lieux

Les lieux dans un récit fantastique sont souvent lugubres. Il n'est donc pas rare que l'histoire se déroule dans un souterrain, un labyrinthe, un tombeau, un château hanté, une montagne perdue, un cimetière, une ruelle sombre, une chambre secrète, une maison hantée, etc. Ainsi, le lieu participe à l'ambiance et ajoute à l'ambiguïté entre le réel et l'irréel. 

Le temps et l'époque

Tout comme le lieu, le temps et l'époque (c'est-à-dire le moment où se déroule l'histoire) participent à l'ambiance du récit. Ce dernier se déroule souvent la nuit, à l'aube ou au crépuscule. De cette façon, le temps peut perturber la perception et fournir une explication logique à l'état du personnage, sans toutefois se révéler véridique. 

L'époque fait référence à une période historique: l'Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, etc.

Les thèmes

Les thèmes dans les récits fantastiques sont, à première vue, improbables : apparition fantomatique, délire, sortilège, pacte avec le diable, vengeance, apparition de monstres/démons, disparition, meurtre insolite, etc.

La fin

La fin d'un récit fantastique est ouverte (on dit que c'est une non-fin). Le phénomène étrange survenu en début d'histoire n'est pas résolu. Le doute reste donc en suspens, ce qui laisse énormément de place à l'interprétation.

Si le personnage trouve une explication logique à l'évènement étrange, le récit devient alors un récit policier. Ex.: Les chiens de Baskerville de Sir Arthur Conan Doyle.​

Les procédés d'écriture du récit fantastique

Le narrateur

Les auteurs utilisent souvent le narrateur personnage principal dans leurs récits fantastiques. Ainsi, le narrateur nous livre son interprétation des évènements. L'utilisation du je amène un point de vue subjectif de l'histoire racontée.

Le narrateur peut être plus ou moins digne de confiance. Il peut, par exemple, être fatigué, malade, sous antibiotique, drogué, etc. Cela ajoute à l'ambiguïté du récit fantastique.

Créer l'angoisse et la peur

Afin de créer des sentiments de peur et d'angoisse chez le personnage principal (et chez le lecteur), l'auteur utilise plusieurs procédés littéraires.

1. La description
2. La modalisation
3. Les figures de style (la comparaison, la métaphore, la personnalisation, l'ellipse, etc.)
4. Le futur antérieur ou le conditionnel
5. Les verbes de perception (voir, entendre, toucher, ressentir, écouter, regarder, etc.)
6. Le vocabulaire connotatif
7. Les adverbes (peut-être, sans doute, probablement, etc.)
8. Les phrases interrogatives
9. Les champs lexicaux

Ces procédés visent à accentuer l'effet d'ambiguïté, la perte de repères, l'inquiétude, le flou et la possibilité des évènements étranges du récit. Le doute et l'incertitude engendrent par la suite la peur et l'angoisse.

L'auteur tente de convaincre le lecteur que l'histoire fantastique peut sembler étrange, mais qu'elle est bel et bien réelle.

La différence entre un récit fantastique et merveilleux

Ces deux univers narratifs se ressemblent beaucoup. Il peut donc être difficile de les différencier. Pourtant, il existe une différence subtile entre les deux.​

Dans un récit fantastique, le personnage ne croit pas au phénomène étrange qui survient, tandis que dans le récit merveilleux, les phénomènes surnaturels sont acceptés d'emblée et considérés comme étant complètement normaux. Comme le lieu et l'époque sont flous et lointains dans les récits merveilleux, les personnages acceptent que des choses hors normes arrivent.

Si tu veux en savoir plus sur le récit fantastique, clique ici.


Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit ici d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

​​​​​​​Voici quelques informations supplémentaires concernant le récit fantastique : 

​La naissance du récit fantastique

Les premiers récits fantastiques sont apparus au cours du 19e siècle dans un monde laïcisé.

Ce type de récit puise d'abord ses origines dans la matière littéraire du Moyen Âge où toutes sortes de créatures et d'évènements se produisaient (diable, sorcière, enchantements, etc.). 

Puis, peu à peu, quelques récits ont divergé des principes fondamentaux du récit merveilleux et se sont mélangés à d'autres types de récits, comme le roman gothique anglais de la fin du 18e siècle. C'est ainsi que les récits fantastiques sont nés.

Deux récits importants

Deux récits, sans s'inscrire dans l'univers fantastique, ont pavé la place à l'ambiance glauque et les thèmes sinistres qu'affectionne particulièrement ce type de récit. Il s'agit de Dom Juan et de Faust

Dom Juan

En 1682, Molière publie la pièce de théâtre Dom Juan ou le Festin de pierre. La pièce raconte l'histoire d'un libertin qui repousse sans cesse les limites de la bienséance. Dans le dernier acte, la statue du Commandeur apparaît et expédie le personnage (Dom Juan) dans l'abîme de l'enfer.

 
Clique sur l'image pour l'agrandir

Faust

Faust est un conte populaire allemand. Le héros, un savant nommé Faust, a consacré sa vie à chercher la connaissance universelle (découvrir le secret de l'univers), mais n'y arrive pas. Il fait alors un pacte avec Méphistophélès (l'un des sept princes de l'enfer) en échange de son âme.

Plusieurs auteurs ont repris le conte pour en faire une adaptation. La plus connue est sans doute l'opéra de Goethe.

 
Clique sur l'image pour l'agrandir

Les genres de prédilection

Deux genres se prêtent parfaitement au récit fantastique : le conte et la nouvelle.​

En inscrivant leur récit dans l'un de ces deux genres, les auteurs pouvaient se faire publier plus facilement dans les journaux, dans la section des feuilletons. Ils ont donc bénéficié de l'essor de la presse à bon marché et des feuilletons littéraires, tout comme les auteurs de récit policier.

Quelques créatures fantastiques

Le Bonhomme Sept Heures est un vagabond maléfique qui kidnappe les enfants désobéissants qui traînent encore dans les rues après 19 heures. C'est une créature issue de l'imaginaire québécois et canadien-français. 

Un croque-mitaine est un personnage maléfique qui sert à faire peur aux enfants et à les éloigner des endroits dangereux. Il peut se tenir près des cours d'eau pour noyer ceux qui s'en approchent, manger les doigts et le nez des enfants qui ne les protègent pas en hiver, etc.

Un dragon est un animal immense ayant des ailes, des griffes et une grande queue de reptile. Il peut être de toutes les couleurs, même les plus flamboyantes, et crache habituellement du feu.

Un démon est généralement un ange déchu qui se révolte contre Dieu. Il incite les humains à faire le mal. Il existe plusieurs types de démons.

Le diable est un être qui représente le mal absolu. Il est un anti-dieu et le maître des ténèbres.On le nomme parfois Satan, Belzébuth ou Lucifer.

Un double est une copie, une réplique d'une personne, qui apparaît sans explication.

Un fantôme est une apparition surnaturelle d'une personne décédée. Il peut se présenter sous une forme translucide, drapé d'un drap blanc ou portant des chaînes.

Un farfadet est un petit être malicieux et mesquin.

Une fée est une petite femme, ailée, dotée de pouvoirs qui peuvent influencer le destin des êtres humains. Elle peut être bonne ou maléfique. Ex.: la fée Carabosse (méchante) versus la fée Clochette (bonne)​​​​​

Un feu follet est une lumière ou une flamme qui apparaît spontanément dans les forêts, les marécages et les cimetières. Il est considéré par certains comme une manifestation d'esprits malins ou d'âmes en peine venus hanter ces endroits. D'après des scientifiques, il pourrait s'agir de combustion spontanée due à la rencontre de méthane et de phosphore que dégagent des animaux ou des plantes en décomposition.

Un gnome est un petit génie, laid et difforme, qui vit sous la terre où il conserve ses richesses et ses trésors.

Un gobelin est un lutin qui peut se transformer en animal.

Un gremlin est une petite créature farceuse et ayant une prédilection pour la mécanique. Cet être est né durant la Seconde Guerre mondiale. Les membres de la Royal Air Force de Grande-Bretagne se servaient du gremlin pour expliquer les incidents mécaniques dont étaient victimes leurs pilotes.

Un hippogriffe est un monstre ailé, moitié cheval et moitié griffon.

Un kraken est un monstre marin qui ressemble à une pieuvre énorme.

Un loup-garou est un homme qui, la nuit venue, se transforme en loup cruel et vorace et reprend sa forme humaine lorsque le jour revient.

Un lutin (ou un troll) est un petit être taquin et malicieux.

Une momie est un cadavre d'humain (desséché et embaumé) qui s'anime.

Un monstre est une énorme créature qui effraie. Il peut prendre plusieurs formes.

Un mort-vivant (ou un zombie) est une personne qui revient à la vie (dans son corps) après avoir été déclarée décédée.

Un vampire est une créature qui sort la nuit pour sucer le sang des êtres vivants.

Un yéti, aussi appelé abominable homme des neiges, est une créature mi-humaine, mi-animale qui vit dans les montagnes de l'Himalaya.


Les auteurs célèbres

Bram Stoker : Dracula (1897)

Edgar Allan Poe : Le portrait ovale (1842)

Guy de Maupassant : Le Horla (1886 et 1887)

Honoré de Balzac : La peau de chagrin (1831)

Mary Shelley : Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818)

Oscar Wilde : Le portrait de Dorian Gray (1890)

                         

Source : http://lirenligne.net/accueil

Clique sur les images pour lire ces récits fantastiques.

Les vidéos
Les exercices
Les références