Français f1606

Le récit fantastique

​​​​​​​​Un récit fantastique s'ancre d'abord dans le réel. Puis, de façon soudaine, un phénomène étrange, voire surnaturel ou irrationnel, vient bouleverser la vision du monde du personnage. Dès lors, ce dernier doute de la réalité des événements, et ce, du début à la fin.

Le moment où l'auteur transgresse le réel pour basculer dans le surnaturel se nomme parfois la trangression. Celle-ci survient habituellement lors de l'élément déclencheur.

Comprendre le récit fantastique

Le but de tout récit fantastique est de susciter le trouble, l'inquiétude, la peur et l'angoisse chez le personnage principal (et chez le lecteur), sans toutefois tomber dans l'effroi comme le font les auteurs au 20e siècle.

Le phénomène étrange qui survient amène le personnage principal à douter de ce qui l'entoure puisque la frontière entre le réel et l'irréel devient floue. Le personnage cherche alors à comprendre ce qui lui arrive. Pour ce faire, il observe, analyse, réfute, rejette. Il ne croit pas facilement aux apparences.

Les lieux

Les lieux dans un récit fantastique sont souvent lugubres. Il n'est donc pas rare que l'histoire se déroule dans un souterrain, un labyrinthe, un tombeau, un château hanté, une montagne perdue, un cimetière, une ruelle sombre, une chambre secrète, une maison hantée, etc. Ainsi, le lieu participe à l'ambiance et ajoute à l'ambiguïté entre le réel et l'irréel. 

L'époque

Tout comme le lieu, l'époque (c'est-à-dire le moment où se déroule l'histoire) participe à l'ambiance du récit. Ce dernier se déroule donc dans un entre-deux: la nuit, l'aube, le crépuscule, le brouillard, etc. De cette façon, le temps peut perturber la vision et fournir une explication logique à l'état du personnage, sans toutefois se révéler véridique. 

L'époque peut aussi faire référence à une période historique: l'Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, etc.

Les thèmes

Les thèmes dans les récits fantastiques sont, à première vue, improbables: apparition fantomatique, délire, sortilège, pacte avec le diable, vengeance, apparition de monstres/démons, disparition, meurtre insolite, etc.

La fin

La fin d'un récit fantastique est ouverte (c'est une non-fin en soi). Le phénomène étrange survenu en début d'histoire n'est pas résolu. Le doute reste donc en suspens, ce qui laisse énormément de place à l'interprétation.

Si le personnage trouve une explication logique à l'événement étrange, le récit devient alors un récit policier. Ex.: Les chiens de Baskerville de Sir Arthur Conan Doyle.​

Les procédés d'écriture du récit fantastique

Le narrateur

Les auteurs utilisent souvent le narrateur héros ou le narrateur personnage dans leurs récits fantastiques. Ainsi, le narrateur nous livre son interprétation des événements. L'utilisation du je amène un point de vue subjectif de l'histoire racontée.

Le narrateur peut être plus ou moins digne de confiance. Il peut, par exemple, être fatigué, malade, sous antibiotique, drogué, etc. Cela ajoute à l'ambiguïté du récit fantastique.

Créer l'angoisse et la peur

Afin de créer des sentiments de peur et d'angoisse chez le personnage principal (et chez le lecteur), l'auteur utilise plusieurs procédés littéraires.

1. La description
2. La modalisation
3. Les figures de style (la comparaison, la métaphore, la personnalisation, l'ellipse, etc.)
4. Le futur antérieur ou le conditionnel
5. Les verbes de perception (ex.: voir, entendre, toucher, ressentir, écouter, regarder, etc.)
6. Le vocabulaire connotatif
7. Les adverbes (ex.: peut-être, sans doute, probablement, etc.)
8. Les phrases interrogatives
9. Les champs lexicaux

Ces procédés visent à accentuer l'effet d'ambiguïté, la perte de repères, l'inquiétude, le flou et la possibilité des événements étranges du récit. Le doute et l'incertitude engendrent par la suite la peur et l'angoisse.

L'auteur tente de convaincre le lecteur que l'histoire fantastique peut sembler étrange, mais qu'elle est bel et bien réelle.

La différence entre un récit fantastique et merveilleux

Ces deux univers narratifs se ressemblent beaucoup. Il peut donc être difficile de les différencier. Pourtant, il existe une différence subtile entre les deux.​

Dans un récit fantastique, le personnage ne croit pas au phénomène étrange qui survient. Tandis que dans le récit merveilleux, les phénomènes surnaturels sont acceptés d'emblée et considérés comme étant complètement normaux. Comme le lieu et l'époque sont flous et lointains dans les récits merveilleux, les auditeurs acceptent que des choses hors normes arrivent.

Au cinéma, les films de «fantasy» sont l'équivalent du type merveilleux en littérature. Il ne faut donc pas confondre les deux.

Le texte littéraire (notions avancées)​

Les vidéos
Les exercices
Les références