Français f1638

Le récit merveilleux

​​​​​​​​Un récit merveilleux met de l'avant un monde où l'émerveillement, la magie, le surnaturel et les miracles sont à l'honneur. Il n'a de limite que l'imagination de l'auteur.

Comprendre le récit merveilleux
Les procédés d'écriture du récit merveilleux
La différence entre un récit fantastique et merveilleux

Comprendre le récit merveilleux

Le récit merveilleux a d'abord une fonction d'apprentissage pour les enfants. Il permet, entre autres, à ces derniers de vivre leurs peurs et d'apprendre à se trouver des alliés dans une situation délicate.

Il a ensuite une fonction de contrôle social de par la morale qu'il propose à la fin de l'histoire. Cela permet de dicter les conduites à adopter et celles à bannir.

Toutefois, le but premier des récits merveilleux est le plaisir et l'amusement des auditeurs.

Le merveilleux chrétien

Le merveilleux chrétien fait ressortir le côté surnaturel dans les récits du christianisme. Ainsi, il rassemble des valeurs et des croyances chrétiennes (spiritualité, raison, science, expansion de l'âme) avec des éléments magiques (magicien, dragon, etc.).

L'exemple le plus probant nous provient sans nul doute de la littérature arthurienne. En effet, on y retrouve des personnages aux qualités surhumaines tels que le roi Arthur et ses chevaliers (Lancelot du lac, Perceval, Caradoc, Bohort, Calogrenant, Hector des Mares, Leodagan, Yvain, Gauvain, Galahad...). Toutefois, on y retrouve également des éléments et des personnages magiques tels que l'épée Excalibur, le Graal, Merlin l'enchanteur, la fée Morgane, la Dame du lac, etc.

«L'imagination des auteurs [médiévaux] est nourrie par tous les motifs merveilleux que la tradition celtique leur a léguée, mais ils choisissent tantôt de les rationaliser, tantôt de les christianiser.»

Source:
Exposition La légende du roi Arthur : Bibliothèque nationale de France


Cliquer sur l'image pour lire l'extrait.

Le merveilleux païen

Le merveilleux païen fait ressortir les éléments de la mythologie grecque (et romaine) tels que les dieux et les déesses, les Titans, les Géants, les mortels divinisés (ex.: Achille), etc.

Chaque dieu a une fonction spécifique (ex.: Athéna est la Déesse de la guerre). Leur présence influence les thèmes des récits et sert à raconter une histoire en particulier.

On peut diviser les divinités grecques par les catégories suivantes:

1. Divinités agraires
2. Divinités allégoriques
3. Divinités des cieux
4. Divinités telluriques
5. Divinités marines
6. Divinités de la médecine
7. Divinités terrestres
8. Autres divinités (ex.: Déesse de la beauté, Dieu du bonheur, Dieu du silence, etc.)

Il existe plusieurs récits merveilleux païens encore connus aujourd'hui:

1. L'Illiade
2. L'Odyssée
3. Les douze travaux d'Hercule
4. La mort d'Achille
5. Le Cheval de Troie
6. Thésée et le Minotaure
7. Ulysse
8. etc.


Cliquez sur l'image pour lire le récit.

Le merveilleux féérique

Le merveilleux féérique met l'accent sur le monde des fées. Il puise ses origines dans les mythes et les légendes universels et présente une morale à la fin. Un conte de fées et un conte merveilleux sont souvent des synonymes.


Cliquer sur l'image pour lire l'histoire.

Le merveilleux naïf

Le merveilleux naïf se base sur deux principes importants : la foi et le mysticisme.

La foi

L'univers merveilleux naïf fait interagir deux types de croyances: la foi de celui qui raconte et la foi de celui qui entend. Le conteur doit donc croire que l'histoire qu'il raconte est vraie et doit amener son auditeur à croire la même chose.

Le mysticisme

Le mysticisme est une doctrine qui propose que Dieu (les saints, les anges, etc.) et les hommes puissent évoluer dans le même monde.


Le merveilleux naïf fait donc intervenir Dieu, les miracles, les anges, les saints et les hommes, mais aussi les démons et le diable dans ses histoires.

«[...] ce qui n'est pas possible aujourd'hui était sans doute possible autrefois, quand le monde, plus jeune et plus innocent, était digne encore que Dieu fit pour lui des miracles, quand les anges et les saints pouvaient se mêler, sans trop déroger de leur grandeur céleste, à des peuples simples et purs...»

Source: Essai sur le merveilleux dans la littérature française depuis 1800, page 64.


Cliquer sur l'image pour lire l'histoire.

Le merveilleux scientifique

Le merveilleux scientifique est un peu plus terre à terre, plus rationnel. Il propose d'expliquer l'invraisemblable de l'univers merveilleux par des lois scientifiques inventées. Ces lois proposent alors un monde possible et parallèle.

 
 Cliquer sur l'image pour lire l'histoire.

Le récit merveilleux scientifique et le récit de science-fiction découlent des mêmes sources. Les deux sont parfois considérés comme des synonymes.

Les genres de prédilection

Trois formes semblent convenir parfaitement au récit merveilleux : le conte, la légende et le roman.

Les procédés d'écriture du récit merveilleux

La symbolique

Dans un récit merveilleux, les objets, les personnages et les lieux sont chargés de symboles. C'est ce qui amène une dimension plus profonde à l'histoire.

Les stéréotypes

Dans les récits merveilleux, les auteurs se servent des stéréotypes afin de prendre un raccourci littéraire (afin d'éviter de tout expliquer aux auditeurs).Un stéréotype est une opinion toute faite, la plupart du temps fausse, concernant une personne qui limite son caractère unique.

Les auteurs se servent parfois de stéréotypes afin de caractériser leurs personnages.

1. Une sorcière vieille et laide
2. Une reine maléfique
3. Un prince charmant
4. Un preux chevalier
5. Un destrier loyal
6. etc.

Les lieux

Les lieux, dans un récit merveilleux, sont souvent lointains. Par exemple, l'action peut se dérouler dans un royaume ou un monde inventé (Ex. : le royaume d'Arendelle dans la Reine des neiges.)

L'époque

L'époque n'est pas spécifiée, elle est floue. Toutefois, l'histoire se déroule, généralement, dans un passé lointain. Par exemple, la formule Il était une fois... est récurrente dans les contes de fées.​

La différence entre un récit fantastique et merveilleux

Ces deux univers narratifs se ressemblent beaucoup. Il peut donc être difficile de les différencier. Pourtant, il existe une différence subtile entre les deux.

Dans un récit fantastique, le personnage ne croit pas au phénomène étrange qui survient. Tandis que dans le récit merveilleux, les phénomènes surnaturels sont acceptés d'emblée et considérés comme étant complètement normaux. Comme le lieu et l'époque sont flous et lointains dans les récits merveilleux, les auditeurs acceptent que des choses hors normes arrivent.

Au cinéma, les films de «fantasy» sont l'équivalent du type merveilleux en littérature. Il ne faut donc pas confondre les deux.

​​Le récit merveilleux (notions avancées)​

Les vidéos
Les exercices
Les références