Histoire h1108

Guerre du Vietnam

Après la guerre d’indépendance en Indochine, le Vietnam, le Laos et le Cambodge ont obtenu leur indépendance officielle en 1954.

À cette époque, le Vietnam est divisé en deux : le Vietnam Sud et le Vietnam Nord. La réunification des deux régions n’était pas prévue. Le 23 octobre 1955, le Vietnam Sud formait une nouvelle république. Par crainte de fraudes électorales possibles, le gouvernement refusait de tenir un vote sur la réunification du Vietnam.

Le soutien américain

Le gouvernement américain soutenait le pouvoir militaire en place à Saïgon, capitale du Vietnam Sud. Les États-Unis fournissaient une aide économique directe ainsi qu’un entraînement des forces militaires. Le gouvernement de Saïgon, dirigé par Diem, était autoritaire. Le pouvoir ne comptait que sur un seul parti politique et une forte répression policière et armée.


Diem, chef du Vietnam Sud

Pendant ce temps, le gouvernement du Vietnam Nord, siégeant à Hanoï, espérait encore la réunification. Dirigé par Hô Chi Minh, le Vietnam Nord était un État communiste.


Hô Chi Minh

Frustrations au Vietnam Sud et début de la guerre

Créé par des Vietnamiens frustrés par le régime dictatorial de Diem, un mouvement d’extrême gauche fut fondé en 1959 : Le Front de Libération National (FLN) ou Viet Cong. Le FLN a tenté de renverser le gouvernement de Saïgon, marquant le début du conflit entre le Vietnam Sud et le Vietnam Nord.

Diem et son frère furent assassinés le 1er novembre 1963. L’armée américaine, toujours alliée au Vietnam Sud, participait au conflit et envoyait des troupes pour hausser la pression sur le communisme, surtout après l’assassinat du président Kennedy, qui envisageait de retirer les troupes américaines au Vietnam.

Intensification du conflit

Peu à peu, le conflit prenait de plus en plus d’ampleur. Lors de la Résolution du golfe du Tonkin, le gouvernement américain autorisait l’utilisation de toutes les ressources militaires pouvant ramener la paix au Vietnam. À la fin de 1965, il y avait 80 000 soldats américains au Vietnam qui lançaient des missions offensives. La stratégie consistait à faire peur aux communistes en tuant le plus de Vietnamiens possible.


Attentat Viet Cong à Saigon en 1965

Pendant ce temps, Hô Chi Minh incitait la population du sud à se révolter contre la puissance étrangère en place. En 1967, les armées du Vietnam Nord ont perpétré des attaques massives sur les bases américaines.


Les troupes américaines utilisaient le napalm pour attaquer

L’Offensive du Têt

Le 31 janvier 1968, 85 000 soldats du FLN attaquaient les villes et les bases militaires du sud.
 

Cibles touchées par l’Offensive du Têt

La pression était de plus en plus forte sur les Américains, surtout après un massacre ayant causé la mort de 500 Vietnamiens. Toujours en 1968, Richard Nixon était élu et promettait la paix avec honneur au Vietnam, en évacuant toutes les armées du sud du Vietnam. Le Vietnam Nord y a vu l’occasion de chasser les Américains et de prendre le pouvoir au Vietnam Sud. L’armée du sud, sans les forces américaines, était incapable de se défendre.
 
Nixon a ensuite envoyé de nouvelles troupes américaines au Laos et au Cambodge pour y éliminer les forces du Vietnam Nord qui s’y trouvaient. Cette décision a suscité de nombreuses critiques aux États-Unis.


Nixon, expliquant son plan d’envoi de troupes au Cambodge

Suite à ces critiques, Nixon a mis fin à la Résolution du Tonkin et précisait que les États-Unis n’enverraient plus de troupes hors du Vietnam. Début 1972, il ne restait plus que 6 000 soldats américains au Vietnam. Le 30 juin, 180 000 Vietnamiens communistes attaquaient et remportaient la bataille. Les États-Unis ont répliqué en effectuant des assauts aériens sur les cibles importantes.

Les négociations

Nixon souhaitait mettre fin à la guerre avant la nouvelle période d’élection. Il a fait plusieurs concessions, mais aucun accord ni aucune signature n’ont été faits. À la suite de plusieurs conflits extérieurs et du scandale politique du Watergate, Nixon a cessé toute action au Vietnam en janvier 1973.

Le 27 janvier fut marqué par la signature du traité de paix, qui a été suivie par la fin de la guerre et l’évacuation des derniers soldats américains en mars.


Signature des accords de paix de Paris le 27 janvier 1973

Le traité de paix impliquait la libération de tous les prisonniers, l’évacuation de tous les soldats américains, la fin des opérations au Laos et au Cambodge, la mise sur place d’un conseil de réconciliation et l’aide financière américaine au Vietnam Sud. Le Vietnam fut officiellement réuni le 24 juin 1976.


Pendant les derniers jours, par hélicoptères, les Américains avaient évacué sur leurs navires tous leurs ressortissants

Les vidéos
Les exercices
Les références