Histoire h1172

Les idées libérales et leur effet sur l'affirmation de la nation (notions avancées)

Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

Les idées libérales sont rattachées au libéralisme, une doctrine qui prône des principes comme la liberté et l'égalité des individus.


Réseau de concepts des idées libérales (cliquer pour agrandir)
Source

Origines des idées libérales

Les idées libérales apparaissent aux 17e et 18e siècles en Europe. À cette époque, des philosophes (appelés philosophes des Lumières) remettent en question la façon dont sont dirigées les sociétés. Que ce soit en Europe ou en Amérique, le pouvoir est détenu par un roi ou une reine : c'est ce que l'on appelle la monarchie.


Philosophes du 18e siècle (cliquer pour agrandir)
Source

Les philosophes des Lumières souhaitent que tous les hommes soient égaux et qu'ils aient les mêmes droits et libertés. Au niveau politique, ils soutiennent que le pouvoir ne devrait pas appartenir à une seule personne, mais plutôt à des représentants de la population qui sont élus. Le philosophe anglais John Locke est l'un des premiers à faire la promotion des idées libérales.

Ces nouvelles idées vont se répandre et trouver écho en Europe et en Amérique. Elles vont être à l'origine des révolutions en France et aux États-Unis.

L'arrivée des idées libérales dans la Province of Quebec

Les idées libérales vont être diffusées dans la colonie avec la Révolution américaine et la Révolution française, mais aussi dans les journaux qui font leur apparition à cette époque, comme La Gazette de Québec et La Gazette de Montréal.


La Gazette de Québec, édition du 28 juin 1764 (cliquer pour agrandir)
Source

Les milliers de loyalistes qui vont immigrer dans la colonie à la suite de la Révolution américaine vont également soutenir les idées libérales et ils vont demander, avec l'appui de Canadiens, un régime parlementaire (régime dans lequel des représentants élus de la population forment un parlement).

Avec l'Acte constitutionnel (constitution de 1791), la Province of Quebec devient un régime parlementaire, avec la chambre d'assemblée, formée de députés élus par la population.

La chambre d'assemblée et l'affirmation de la nation

Créée en 1791, la chambre d'assemblée devient le lieu où se manifestera l'affirmation de la nation canadienne-française. Dès sa création, de nombreuses tensions et crises parlementaires y ont lieu. Francophones et anglophones canadiens s'affrontent et tentent d'adopter des lois qui leur sont favorables.


Schéma de la structure politique sous l'Acte constitutionnel de 1791 (cliquer pour agrandir)
Source

Au Bas-Canada, la population est majoritairement francophone. Toutefois, les anglophones, bien que minoritaires, sont appuyés par le gouverneur et sont majoritaires dans les conseils. Par conséquent, ils ont davantage de pouvoir politique que les francophones, ce qui augmente les tensions entre les deux groupes.

Le Parti canadien, qui deviendra plus tard le Parti patriote, demande depuis 1791 des changements pour rendre plus démocratique le système politique. Une des demandes les plus importantes est celle pour l'obtention d'un gouvernement responsable. Les députés du Parti canadien sont d'avis que cela pourrait permettre de mieux servir les intérêts de la nation canadienne-française. Après plusieurs échecs politiques à la chambre d'assemblée, plusieurs Canadiens prennent les armes et s'insurgent contre les autorités britanniques ; ce sont les rébellions des patriotes.

Les vidéos
Les exercices
Les références