Histoire h1213

Le multiculturalisme et l'intégration des immigrants

Multiculturalisme

Le Québec, doté depuis 1986 d’une déclaration condamnant le racisme et la discrimination raciale, a accueilli plus de 355 000 immigrants au cours des années 1990. L’arrivée massive d’immigrants permet au Québec de compenser l’écart, de plus en plus grand, entre le taux de natalité et le vieillissement de la population. Ces nouveaux arrivants permettent au Québec de poursuivre son développement économique en accueillant des individus en âge de travailler.

Le multiculturalisme désigne la coexistence de plusieurs cultures dans une société.

En 1990, le gouvernement a précisé sa politique en matière d’immigration, affirmant ainsi certaines caractéristiques de la société que le gouvernement veut préserver :

  • Reconnaître le français comme la langue commune ;
  • Reconnaître la société démocratique, à laquelle tous doivent contribuer et que tous doivent respecter ;
  • Favoriser les échanges interculturels et intercommunautaires pour mettre en place une société pluraliste.

Le multiculturalisme peut occasionner certains défis à la société, notamment en ce qui concerne l’intégration des immigrants au sein de leur société d’accueil.

Depuis les années 1980, les nouveaux arrivants proviennent de différents endroits et de différentes cultures, alors qu'auparavant beaucoup d'immigrants provenaient d'Europe où les différences linguistiques et culturelles sont moins marquées. La société québécoise a donc dû s’adapter à cette situation, où plusieurs immigrants ne parlent pas la langue commune à leur arrivée.

En 2007, suite à des tensions liées à l'intégration des immigrants et à certaines demandes liées aux accommodements raisonnables, le gouvernement met sur pied une commission d’enquête pour établir des balises pour faciliter les rapports entre la société d’accueil et les communautés immigrantes. C'est ainsi que la Commission d'enquête Bouchard-Taylor a révélé un malaise au sein de la population par rapport à l'intégration des immigrants aux valeurs de la société québécoise.

En 2011, la majorité des immigrants provenaient d'Haïti, de Chine, d'Algérie, du Maroc et de la France.

Les vidéos
Les exercices
Les références