Histoire h1358

La coexistence du français et de l'anglais aujourd'hui au Québec (notions avancées)

Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

La langue française et la langue anglaise coexistent sur le territoire québécois depuis la fin du 18e siècle. Depuis, un défi est présent : le fait de défendre le français, prédominant, sans pour autant négliger l'anglais, minoritaire.

Ainsi, vivant sur un territoire majoritairement francophone, entouré de territoires anglophones, la population québécoise est préoccupée par la protection du français. Certaines lois sont mises en place, comme la Loi 101. Toutefois, certaines statistiques montrent un recul du français, surtout au profit de l'anglais.

Montréal, la métropole québécoise

Des données récentes montrent une diminution du pourcentage de la population parlant le français à la maison sur l'île de Montréal. En 2006, les données d'une étude réalisée par l'Office québécois de la langue française montrent que 52,6% des habitants de l'île de Montréal parlent le français à la maison, comparativement à 53,8% en 1996.

L'affichage commercial

Pour s'assurer que l'affichage commercial soit bilingue, avec la prédominance du français, le gouvernement adopte en 1993 la Loi modifiant la Charte de la langue française. Toutefois, certains commerçants ne respectent pas cette loi.

La défense du français

La situation du français inquiète plusieurs personnes. Par conséquent, de nombreux groupes, partis politiques, personnalités publiques ou organisations prennent part au débat entourant la défense du français.

L'Office québécois de la langue française, la Société Saint-Jean-Baptiste, le Mouvement Québec français, le Parti québécois, l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ).

Les vidéos
Les exercices
Les références