Histoire h1372

L'agriculture en Nouvelle-France et ses effets sur l'organisation du territoire (notions avancées)

Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

Malgré le fait que le commerce des fourrures soit la principale activité économique de la colonie, la majorité des habitants de la Nouvelle-France pratique l'agriculture.

À l'origine, les colons pratiquent une agriculture de subsistance, donc qui n'est pas destinée à être exportée. Plus tard, au 18e siècle, l'agriculture est plus productive et des surplus sont vendus dans les marchés, dans les villes et même en France.

Avec le temps, la colonie diversifie sa production et transforme plusieurs produits agricoles pour faire notamment de la farine ainsi que de la bière et fabrique des toiles et des cordages.

Les effets de l'agriculture sur le territoire

La pratique de l'agriculture modifie le territoire de la colonie. Pour faire de l'agriculture, il est nécessaire de préparer les terres. Autour du fleuve Saint-Laurent, on défriche de plus en plus de terres. On procède également à la construction d'infrastructures comme des moulins à farine.

Les agriculteurs vendent leurs surplus dans les marchés qui se tiennent en ville. Ils échangent alors leurs produits agricoles contre divers objets, comme des vêtements.


Un marché à Montréal vers 1745 (cliquer pour agrandir)

Source

Les vidéos
Les exercices
Les références