Histoire h1373

L'artisanat en Nouvelle-France et ses effets sur l'organisation du territoire (notions avancées)

Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

Dès le début de la Nouvelle-France, le besoin d'artisans et de gens de métier se fait sentir. Une première école de métiers est créée à la fin du 17e siècle. Puisque l'agriculture est plus productive et ne nécessite donc plus autant de main-d'oeuvre qu'auparavant, plusieurs apprennent un métier, ce qui contribue à l'apparition de différents métiers dans la colonie.

La Nouvelle-France accueille également plusieurs artisans, comme des charpentiers, des maçons, des forgerons, des ébénistes, des chapeliers ou encore des tonneliers. Plusieurs s'installent en ville et ouvrent un atelier ou une boutique, ce qui donne naissance à certains quartiers artisans.

Plusieurs activités artisanales se développent dans la colonie, comme la confection de perruques, la fabrication de tonneaux ainsi que de divers objets en métal.

Planche intitulée Perruquier Barbier, provenant de l'Encyclopédie de Diderot et Alembert (cliquer pour agrandir)
Source

Les effets sur l'organisation du territoire

L'artisanat a des répercussions sur le territoire puisque les artisans ont tendance à se regrouper à l'intérieur des villes, ce qui crée des quartiers d'artisans. Les artisans s'installent également en campagne et aident à la construction d'églises et de maisons.

Les vidéos
Les exercices
Les références