Histoire h1377

L'économie du bois (notions avancées)

Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

Au début du 19e siècle, l'économie est marquée par l'essor du commerce du bois, qui remplace la fourrure comme principal produit d'exportation.

Facteurs de développement du commerce du bois

Le blocus de Napoléon

En 1806, alors que le Royaume-Uni et la France sont en guerre, Napoléon 1er, empereur français, impose un blocus continental. Il a ainsi obligé les ports européens à cesser tout échange commercial avec le Royaume-Uni. Par conséquent, les Britanniques ne pouvaient plus vendre leurs produits aux marchés européens, tout comme ils ne pouvaient plus en acheter.

Un blocus est une opération dont le but est de couper le ravitaillement et/ou les communications d'une zone ou d'un État pour l'isoler.

Le blocus de Napoléon a alors forcé le Royaume-Uni à augmenter ses échanges commerciaux avec ses colonies, particulièrement celles d'Amérique du Nord. Comme la marine britannique a besoin de navires (pour le commerce et la guerre), elle doit trouver un nouveau marché pour se procurer du bois. C'est pourquoi elle se tourne vers le Bas-Canada. Cette situation amène des investisseurs anglais qui ont les capitaux nécessaires pour développer l'industrie du bois. Cet argent sert notamment à construire des scieries, payer les salaires des travailleurs et à financer des projets.


Carte des pays européens participant au blocus continental (cliquer pour agrandir)
Source

Les tarifs préférentiels et les premières banques

Pour le commerce de son bois, la principale difficulté du Bas-Canada est le coût très élevé du transport jusqu'en Europe. Pour changer la situation, le Royaume-Uni met en place des tarifs préférentiels qui favorisent le commerce du bois avec la colonie. C'est l'équivalent d'une politique protectionniste où la métropole, dans le but de protéger l'économie de ses colonies, accepte de payer plus cher les produits coloniaux dans le but de développer leur économie.

Le commerce du bois fait augmenter les transactions financières et mène à la création des premières banques. Celles-ci facilitent l'accès aux capitaux et émettent du papier-monnaie. En 1817 était fondée la Bank of Montreal. Comprenant 289 associés, la banque a collaboré à l'activité économique du Canada puisqu'elle pouvait, entre autres :

  • émettre ses propres billets de banque;
  • offrir des prêts commerciaux aux marchands;
  • offrir un lieu sûr pour entreposer les fonds;
  • financer le commerce outre-mer;
  • financer les projets (construction des canaux, des routes).

Organisation du commerce du bois

Cette industrie en plein essor nécessite une importante main-d'œuvre : bûcherons, scieurs, équarrisseurs, draveurs, cageux, débardeurs, mesureurs, etc. La majorité de cette main-d'œuvre est constituée de Canadiens-français et d'immigrants irlandais. Souvent, le travail dans l'industrie du bois durant l'hiver constitue un travail d'appoint pour des agriculteurs.


Des draveurs sur la rivière des Outaouais, vers 1884
Source

Le Canada-Uni produit surtout du bois de construction, du bois équarri (pour la construction de bateaux) et des douves (pièces servant à la construction de tonneaux). Ces produits proviennent de plusieurs régions comme la Mauricie, l'Outaouais et le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le port de Québec joue un rôle important puisqu'il est le point de départ de la majorité des produits du bois exporté au Royaume-Uni.


Graphique présentant la quantité de bois exporté au Royaume-Uni en partance du port de Québec entre 1812 et 1842
Source

Effets du développement du commerce du bois

Le commerce du bois fait augmenter le nombre d'ouvriers et d'artisans dans la colonie et augmente également l'influence de la bourgeoisie d'affaires, principalement d'origine britannique, sur l'économie et la société.

De nouvelles régions, où l'on trouve des ressources forestières, sont colonisées. C'est le cas du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Mauricie et de l'Outaouais.

Les vidéos
Les exercices
Les références