Histoire h1385

Les changements dans le monde agricole de 1867 à nos jours

L'agriculture dans la seconde moitié du 19e siècle

Dans la seconde moitié du 19e siècle, l'agriculture est réorientée. Auparavant, la production agricole était surtout tournée vers la culture du blé et de l'avoine. Aussi, les agriculteurs cultivaient la pomme de terre et plusieurs variétés de légumes.

L'agriculture est réorientée vers la production laitière. Les cheptels de vaches laitières augmentent et plusieurs fabriques de beurre et de fromage apparaissent. Cette production comporte de nombreux avantages (moins dépendante du climat et nécessite moins de main-d'oeuvre) et devient la production dominante à la fin des années 1800.


Un agriculteur ramasse de la crème pour fabriquer du beurre (1912)
William James Topley, BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES Canada, PA-010335
Source

L'agriculture bénéficie également de nouvelles techniques de production améliorées. Dans le but de mieux former les agriculteurs, des écoles d'agriculture sont ouvertes et des journaux agricoles sont publiés.

La première école d'agriculture au Canada est celle de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, fondée en 1859.

L'agriculture au 20e siècle

Au début du 20e siècle, l'utilisation de machines agricoles contribue également à l'augmentation de la production.



Une ferme laitière vers 1922
Source

La période 1945-1960

Après la Seconde Guerre mondiale, d'autres changements surviennent et modernisent l'agriculture au Québec. C'est le cas de l'électrification des campagnes entre 1945 et 1960, qui est un projet du gouvernement. Au même moment, des coopératives sont créées afin de permettre la naissance de réseaux de distribution en milieu rural.

Avec l'arrivée de l'électricité, les agriculteurs peuvent utiliser la réfrigération et alimenter des machines agricoles, ce qui augmente considérablement la productivité et le rendement. L'agriculture, qui était auparavant familiale, devient une agriculture plus commerciale. Bien que le nombre de fermes soit à la baisse, leur productivité est beaucoup plus grande.

La période 1960-1980

Cette période est aussi marquée par une diminution du nombre de fermes et de la main-d'oeuvre agricole, notamment à cause de la mécanisation et de l'arrivée de nouvelles technologies telles que les engrais et les pesticides. La productivité agricole s'en trouve encore augmentée.

De plus, des quotas de production sont instaurés afin de limiter les quantités, car la production augmente et les surplus sont si importants qu'ils pourraient ne pas tous être vendus durant l'hiver.

La période après 1980

Depuis 1980, les fermes sont toujours moins nombreuses, de même que les travailleurs agricoles, qui ne représentent plus que 1,5% de la main-d'oeuvre québécoise en 2000. Les nouvelles technologies et une machinerie agricole toujours plus performante expliquent en partie ce phénomène.

Le nombre de fermes est en diminution, mais la superficie des exploitations est de plus en plus grande. Par conséquent, elles sont encore plus productives. Toutefois, la superficie totale des terres cultivées est en diminution constante.

La production agricole québécoise est de plus en plus tournée vers le marché international. Entre autres, l'industrie porcine du Québec est orientée vers les marchés mondiaux. En 2011, plus de 60% de la production de porc est exportée à travers le monde, notamment en Russie, aux États-Unis, en Chine et au Japon. Les éleveurs de porc québécois produisent deux fois plus de porcs que la province en consomme.

Plus récemment, de nouvelles préoccupations des Québécois et Québécoises en matière de santé ont permis l'essor de la production agricole biologique.


Logos des produits biologiques québécois
Source

Les vidéos
Les exercices
Les références