Histoire h1389

Culture et mouvements de pensée en Nouvelle-France (1608-1760) (notions avancées)

Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

L'absolutisme de droit divin

L'absolutisme, ou monarchie absolue, est un type de régime politique où le souverain détient tous les pouvoirs. Dans le but de renforcer son pouvoir, le souverain peut affirmer tenir son pouvoir d'une divinité. On parle alors de monarchie absolue de droit divin.

Dans les années 1700, la France est une monarchie absolue de droit divin. Par conséquent, le pouvoir politique et la religion sont intimement liés. Le roi de France dirige également l'Église de France. Entre autres, c'est lui q​ui nomme l'évêque de la Nouvelle-France et non pas le pape.

h1389i4_v2.jpg
Armoiries royales de France
, MCG 19940024-001, Musée canadien de la guerre


En Nouvelle-France, le roi est représenté par le gouverneur et l'intendant, qui dirigent la colonie. Ces administrateurs de la colonie vivent dans des lieux symbolisant la puissance de la monarchie de France : le château Saint-Louis (gouverneur) et le palais de l'intendant (intendant).

Le catholicisme

Le catholicisme est la religion chrétienne qui reconnaît l'autorité du pape en ce qui a trait aux dogmes et qui respecte les directives de l'Église catholique.

Plusieurs acteurs incarnent le catholicisme en Nouvelle-France. Il y a les évêques, les missionnaires, les communautés religieuses comme les Jésuites ou les Ursulines, l'école de même que la famille.

L'Église se donne comme devoir d'évangéliser les Amérindiens et de les convertir à la religion catholique. Les Jésuites ont, entre autres, travaillé auprès des autochtones dans ce but. On peut d'ailleurs en apprendre sur ces œuvres missionnaires dans les Relations des Jésuites. Les Jésuites ont également été impliqués dans l'éducation en Nouvelle-France.

h1389i2.jpg
Relations des Jésuites de la Nouvelle-France, 1662-1663
Source​

Une des manifestations du catholicisme dans la colonie française est la vie quotidienne des familles canadiennes. En effet, la vie quotidienne des colons est fortement influencée par le calendrier religieux, qui prescrit des fêtes religieuses (Pâques, Noël, etc.), des périodes de jeûne, des journées où la consommation de viande est interdite ou encore des journées où il est interdit de travailler.

La famille joue un rôle important puisque c'est par elle que se transmettent les enseignements relatifs à la religion (histoire de la Bible, Évangiles, etc.). Aussi, les gens se rendent en famille à l'église et pratiquent les différents rituels.

La religion catholique est omniprésente dans la colonie et rythme la vie des gens. L'Église est responsable de la construction de nombreux lieux de culte, mais aussi d'écoles et d'hôpitaux.

L'esprit d'indépendance et d'adaptation des Canadiens

Les Français ont apporté leur mode de vie et leur culture en Nouvelle-France, ce qui n'empêche pas le développement d'une différence culturelle qui sera de plus en plus importante avec le temps. Cet esprit s'observe notamment chez les habitants, les coureurs des bois ainsi que les marchands.

Pour leur part, les Canadiens se démarquent surtout en raison de leur esprit d'indépendance vis-à-vis de l'État et de l'Église. En effet, ils sont reconnus pour être plus indépendants d'esprit et moins obéissants que les Français. Plusieurs exemples vont dans ce sens:

  • la pratique du commerce des fourrures sans permis;
  • une certaine résistance à l'autorité;
  • la vie en territoire amérindien.

Pour ce qui est de l'adaptation, les Canadiens ont dû s'adapter au climat d'un tout nouveau milieu. Pour ce faire, ils empruntent plusieurs objets aux Amérindiens, comme les canots d'écorce et les raquettes, modifient leur habillement et leurs maisons.

h1389i3.jpg
La maison Vézina, située à Boischatel, près de Québec, est une maison canadienne
Source​

Les vidéos
Les exercices
Les références