Histoire h1417

La culture et les croyances athéniennes

La civilisation grecque, et plus particulièrement la cité-État d'Athènes, est très influente au 5e siècle av. J.-C. Les autres cités-États, et même les civilisations voisines enviaient sa prospérité. Athènes diffusait sa culture à plusieurs endroits autour de la Méditerranée, et même autour de la mer Noire. C'est en fondant des colonies que les Grecs se font connaître sur un aussi grand territoire.

Cliquer ci-dessous pour connaître la définition d'une colonie.Une colonie est un territoire habité et exploité par un État étranger. Les Grecs fondaient de nombreuses colonies sur le territoire entourant la mer Méditerranée.

h1417-1b.png

La culture athénienne

Les Athéniens accordaient beaucoup d'importance à la culture. Ils avaient donc une société très développée culturellement. Des domaines comme l'architecture, la philosophie et la religion étaient même enseignés aux futurs citoyens masculins d'Athènes.

La mythologie et la religion

h1417-4.jpg
Athéna, déesse protectrice d'Athènes
Source
Poséidon, dieu de la mer, de la navigation, des tempêtes et des tremblements de terre
Source

La mythologie grecque est répandue un peu partout autour de la Méditerranée durant l'Antiquité. Elle est composée d'une multitude de mythes, ces histoires racontent les exploits de différents dieux et héros grecs. Ces récits permettaient aux Grecs d'enseigner les traits de caractère et les comportements à valoriser dans la société, comme le courage, l'honneur, la persévérance, etc. 

Les mythes permettaient aussi d'expliquer des éléments qu'on ne comprenait pas. Le fonctionnement des volcans en est un bon exemple.

Les volcans, selon la mythologie grecque, crachaient des flammes lorsqu'Hephaïstos, le dieu du feu et des forgerons, activait sa forge située sous un volcan.

La philosophie

La philosophie est une activité humaine qui vise à développer la manière dont l'être humain réfléchit.

Cliquer ci-dessous pour avoir des informations supplémentaires sur le mot philosophie.

Philosophie est un mot grec qui signifie: amour de la sagesse.

h1417-2.jpg
Le penseur, cette sculpture d'Auguste Rodin réalisée en 1880, représente un homme qui réfléchit.
Source

Les Athéniens, à l'aide de la philosophie, tentaient de répondre à certaines questions plutôt complexes en se servant d'une méthode de réflexion basée sur la raison. Voici quelques exemples de questions :

  • Qu'est-ce que le bonheur?

  • Qu'est-ce que le bien et le mal?

La mythologie et la religion ont déjà répondu à ces questions. Contrairement à ces dernières, qui se basent sur des textes et des histoires mythiques, la philosophie se base sur la logique. C'est pourquoi les philosophes veulent des preuves, des arguments objectifs qui leur permettront de trouver la bonne réponse au problème. Socrate (469 à 399 av. J.-C.), Platon (427 à 348 av. J.-C.) et Aristote (384 à 322 av. J.-C) sont trois des plus grands philosophes grecs.

La méthode de raisonnement élaborée par les philosophes grecs est la base de la méthode scientifique de résolution de problème utilisée aujourd'hui. Les scientifiques se basent sur des faits pour répondre aux hypothèses auxquelles ils doivent faire face dans leur travail.

L'éducation

h1417-5.jpg h1417-6.jpg
Éducation des garçons en Grèce antique
Source
Éducation des filles en Grèce antique
Source

Dans la société athénienne, l'éducation était très différente selon le sexe de l'élève. Les garçons devaient apprendre à devenir de bons citoyens tandis que les filles devaient apprendre à devenir de bonnes épouses et mères.

Les garçons

L’éducation différait selon les cités-États : à Athènes, les garçons allaient à l’école de 7 à 18 ans pour ensuite faire deux années de service militaire. Ces deux années (de 18 à 20 ans) servaient essentiellement à former le jeune à devenir un bon citoyen.

Tout jeune, le garçon est éduqué par sa mère, son père et sa nourrice, puis par l’esclave de la maison et, enfin, par des maîtres. L’enfant est très tôt stimulé intellectuellement aussi bien que physiquement. Pour qu'il devienne un bon citoyen, qui peut débattre lors des réunions de l'Écclésia, il apprend la langue, la philosophie et l'art de la rhétorique (art de parler devant un public).

Les filles

Les filles avaient une éducation différente : ne remplissant pas de fonction dans la société, elles étaient éduquées en fonction de leurs futurs rôles de femme et de mère de famille. Dans la cité, c’est le père qui choisit le mari de sa fille. Les femmes devaient apprendre à être vertueuses et fidèles à leurs maris. Elles étaient aussi responsables de la tenue de la maison qui correspond à l'espace privé.

Les vidéos
Les exercices
Les références