Science et technologie s1369

Les prévisions du temps

En météorologie, on distingue deux grandes catégories de prévisions: les prévisions du temps et les prévisions climatiques.

Les prévisions du temps visent à prédire le temps qu'il fera dans les prochaines heures ou les prochains jours; ce sont donc des prévisions à court terme.

Les prévisions climatiques visent à prédire les changements globaux que pourrait subir le climat terrestre dans les prochains mois ou les prochaines années; ce sont donc des prévisions à long terme.  

Les prévisions du temps sont celles dont on parle habituellement. Elles permettent de prédire la température, les précipitations, le vent, l'humidité et la pression atmosphérique dans les prochaines heures ou les prochains jours. Le tableau suivant démontre l'efficacité des prévisions métérologiques à court, moyen ou long terme.

Efficacité des prévisions météorologiques

Jour 2
​Jour 7
​Jour 14
​85 %
​55 %
​35 %

Les prévisions climatiques servent à prédire les changements globaux que pourrait subir la Terre dans les 10, 100 ou 1000 prochaines années.

Par exemple, les chercheurs se demandent si la pollution que nous produisons va réchauffer ou refroidir notre planète et ainsi modifier nos conditions de vie.

Ces recherches sont importantes, car elles permettront de prendre maintenant les bonnes décisions pour conserver l'équilibre climatique de notre planète dans les années à venir.

La nature

On peut toujours prévoir le temps qu’il fera en observant la nature.

Un ruban de cirrocumulus en travers du ciel annonce la pluie.

Si on observe une lune brillante au contour net, il devrait faire beau, mais froid le lendemain.

Pour se garder un petit coin d’herbe au sec, les vaches s’allongeraient avant la pluie.

À l’approche de la pluie, le taux d’humidité dans l’air augmente et les pommes de pin se referment.

Les coccinelles qui butinent de fleur en fleur sont annonciatrices de soleil pour toute la semaine.

source

La pression atmosphérique

Pour effectuer leurs prévisions, les météorologues doivent toujours tenir compte de la pression atmosphérique. Les variations de pression indiquent des changements dans les masses d'air circulant dans une région, ce qui entraîne nécessairement des variations de température.

L’air d’une haute pression se déplace toujours vers une zone de basse pression. Il en résulte un déplacement de l’air: du vent. Ce mouvement de l’air est appelé aussi cellule de convection.

La pression atmosphérique

La technologie

Aujourd'hui, même s’il est de plus en plus facile de prévoir le temps qu’il fera, il en demeure que c’est une des tâches les plus difficiles. En effet, la prévision que l’on fait pour les prochaines 72 heures est maintenant presqu’aussi bonne qu’une prévision de 24 heures faite en 1980.

Les prévisions météorologiques se sont grandement améliorées. C’est le développement de l'informatique qui joue un rôle très important. Les services météorologiques disposent des ordinateurs les plus puissants du monde. Ces ordinateurs peuvent exécuter plus d'un milliard d'opérations par seconde. L’atmosphère est en fait virtuellement découpé en une multitude de boîtes dont les arêtes mesurent une centaine de kilomètres. À chaque nœud (sommet d’une boîte), on fixe des valeurs initiales aux différents paramètres (température, vents, pression atmosphérique…) et on lance le modèle climatique. L’ordinateur calculera donc les prévisions pour les valeurs des paramètres et on pourra observer le tout sous forme d’images ou de cartes. 

s1369i1.jpg

source

Tous les jours, on relève et consigne les données météorologiques de plus de 15 000 observateurs. Ces données sont échangées en temps universel en utilisant le code météorologique (langage international). Pour compléter ces données, on utilise aussi les informations sur la température, la pression atmosphérique, l’humidité, la hauteur des précipitations recueillies par les bouées dérivantes.

On lâche près de 3 000 ballons sondes tous les jours dans l'atmosphère pour recueillir aussi des données météorologiques et on reçoit aussi les images de cinq satellites géostationnaires. Finalement, on peut localiser les précipitations, connaître leur vitesse, leur forme et la manière dont elles se déplacent grâce aux différents radars implantés dans de nombreux pays.

Même avec toutes ces sources de données et les progrès immenses qui ont été accomplis, les météorologues n'ont pas encore les moyens de tout savoir du temps qu'il fait. C’est encore un rêve de penser qu’on peut obtenir des prévisions fiables à 100%.

Les vidéos
Les exercices
Les références