Science et technologie s1462

La fabrication d'un vaccin

L'immunité est la capacité de résister à l'apparition d'une maladie en combattant l'agent infectieux qui en est la cause. Cette immunité peut être naturelle ou stimulée à l'aide de la vaccination.

La réaction immunitaire naturelle

Notre corps possède un système de défense contre les agents infectieux qui causent une maladie : le système immunitaire. Cette défense est accomplie grâce aux globules blancs et aux anticorps que notre organisme produit. Lorsque nous sommes capables de résister à un agent infectieux, nous disons que nous sommes immunisés contre la maladie qu'il cause. Les globules blancs agissent principalement de deux façons : en détruisant les agents infectieux par phagocytose ou en sécrétant des anticorps capables de les neutraliser.

Un globule blanc, composante principale du système immunitaire humain

Source

Lorsque notre organisme entre en contact pour la première fois avec un agent infectieux, notre système immunitaire doit produire de nouveaux anticorps pour le combattre. Cette réaction peut prendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, pour que les bons anticorps soient fabriqués en quantité suffisante. Si l'agent infectieux est dangeureux, ce délai lui fournit le temps nécessaire pour faire des dommages importants à notre organisme.

Cependant, si une deuxième infection survient, notre système immunitaire réagit de manière plus efficace puisqu'il a gardé en mémoire la façon de fabriquer les anticorps adéquats. De plus, quelques exemplaires des anticorps restent présents dans notre organisme, même lorsque l'agent infectieux est absent. Ainsi, notre corps possède déjà des anticorps pour combattre un agent infectieux et la production de nouveaux anticorps est accélérée. Puisque la neutralisation se déroule plus rapidement, les conséquences de la maladie sont beaucoup moins graves.

Il existe un moyen de rendre notre organisme apte à combattre les agents infectieux sans avoir à subir les dommages d'une première infection : la vaccination.

Le rôle de la vaccination

Un vaccin est une substance qui stimule le système immunitaire afin qu'il fabrique des anticorps spécifiques pour immuniser l'organisme contre une maladie donnée.

Les vaccins servent à protéger la santé des personnes en leur permettant d'éviter de développer certaines maladies dont les conséquences pourraient être dangeureuses. Lors de la vaccination, des agents infectieux atténués sont introduits dans notre organisme. Un agent infectieux atténué est inoffensif pour notre santé puisqu'il ne peut pas causer de maladie. Toutefois, à son contact, le système immunitaire réagit en fabriquant des anticorps pour le combattre. Notre organisme développe de cette façon une mémoire immunitaire. Si un agent infectieux contre lequel notre organisme a été vacciné nous envahit, il sera combattu rapidement puisque notre système immunitaire dispose déjà des anticorps pour le combattre et qu'il pourra rapidement en produire de nouveaux.

Les vaccins sont généralement administrés au moyen d'une injection même si quelques-uns sont administrés oralement. En plus d'immuniser chaque personne individuellement, on peut éviter des épidémies en effectuant des campagnes de vaccination auprès de populations entières. Une personne peut aussi recourir à la vaccination avant un voyage afin de se protéger contre des maladies répandues à l'étranger. Il existe des vaccins contre de multiples maladies : diphtérie, coqueluche, tétanos, varicelle, rougeole, rubéole, hépatite A et B, fièvre jaune, typhoïde, méningite, etc.

Vaccin administré par injection

Source
Vaccin administré oralement

Source

La fabrication des vaccins

La fabrication de vaccins permet d'obtenir des virus ou des bactéries qui ont perdu leur pouvoir pathogène, mais qui ont conservé leurs caractéristiques. À leur contact, le corps les identifie et stimule la production d'anticorps spécifiques sans développer la maladie. La fabrication d'un vaccin débute toujours par une culture cellulaire massive de l'agent infectieux. Par la suite, les cellules cultivées doivent être traitées afin de les rendre inoffensives. Deux principaux procédés existent pour inactiver les virus ou les bactéries.

Les vaccins vivants (ou vaccins atténués)

Pour produire des vaccins vivants, on utilise des souches de bactéries ou de virus vivants auxquelles on a fait perdre leur pouvoir de provoquer une maladie à l'aide d'un traitement chimique. Ces souches d'agents infectieux atténués sont ensuite mélangées avec divers produits afin d'assurer leur conservation. Dans ce type de vaccin, l'agent infectieux est toujours vivant, mais il a perdu son pouvoir de provoquer des infections. Les vaccins contre la rougeole, la rubéole, les oreillons, la poliomyélite, la fièvre jaune et la tuberculose sont fabriqués de cette façon.

Les vaccins inertes (ou vaccins inactivés)

Les vaccins inertes peuvent être produits de deux façons. D'abord, ils peuvent contenir des bactéries ou des virus qui ont été inactivés ou tués à l'aide de diverses méthodes (produits chimiques, rayonnement ultraviolet, etc.). Ces bactéries, bien qu'ayant conservé leur pouvoir de causer des maladies, ne sont plus dangeureuses pour la santé. On peut également mettre au point ce type de vaccin en n'utilisant qu'une ou plusieurs parties de l'agent infectieux, soit celles qui sont reconnues par les anticorps de l'hôte. Il faut donc identifier ces parties, nommées antigènes, et les isoler pour ensuite les rendre inoffensives à l'aide d'un traitement chimique. Les antigènes sont ensuite mélangés avec divers produits afin d'assurer leur conservation. Les vaccins contre la coqueluche, la typhoïde, le choléra et la grippe sont de ce type.

Les vidéos
Les exercices
Les références