Science et technologie s1572

Les articulations (notions avancées)

Les notions abordées dans cette fiche dépassent celles qui sont vues au secondaire. Il s'agit ici d'un complément pour ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

Les articulations

La majorité des maladies liées aux articulations sont de nature inflammatoire. Le suffixe –ite révèle une inflammation, donc l’arthrite est une inflammation de l’articulation. On connaît aussi la bursite (inflammation de la bourse, souvent associée à de l’enflure) et la capsulite. L’arthrose, qui est une forme d’arthrite, est provoquée par un effritement au niveau des cartilages dans l’articulation et/ou de la tête des os de celle-ci (après l’usure complète des cartilages). Enfin, lorsque soumis à une trop grande tension, il arrive que les ligaments s’étirent ou déchirent. C’est ce que l’on nomme une entorse ou une foulure. Il y a trois degrés :
1˚ étirement des ligaments ;
2˚ étirement et déchirure partielle des ligaments ;
3˚ déchirure complète des ligaments.
Les articulations peuvent aussi être regroupées selon leur mobilité (immobile, semi-mobile ou mobile), mais aussi selon leur structure (fibreuse, cartilagineuse ou synoviale).

Articulation fibreuse

Ce type d’articulation est généralement associé aux articulations immobiles. Le tissu conjonctif dense est l’élément qui permet d’unir les os. Il n’y a cependant pas de cavité, ni de cartilage. Quelques-unes de ces articulations sont semi-mobiles, où la mobilité est fonction de la longueur du tissu conjonctif.

Les os du crâne sont un bel exemple d’une articulation fibreuse immobile.

Articulation cartilagineuse

Comme son nom l’indique, ce type d’articulation possède du cartilage, mais est toutefois dépourvu de cavité. On ne peut cependant catégoriser ces articulations spécifiquement selon leur mobilité, puisque cette dernière est varie d’immobile à semi-mobile. Les synchondroses sont un type d’articulation cartilagineuse généralement temporaire, où le cartilage est de type hyalin. On dit qu’elles sont temporaires puisqu’elles sont présentes pendant la croissance osseuse et se referment une fois celle-ci terminée. Les symphyses possèdent plutôt un cartilage fibreux qui agit comme un amortisseur, puisque le cartilage est à la fois compressible et élastique.

Les articulations entre le sternum et les côtes ainsi que les articulations de la colonne vertébrale sont des exemples d'articulations cartilagineuses.

Articulation synoviale


Source

Ce type d’articulation possède une cavité remplie de liquide synovial. La majorité des articulations du corps sont dans ce groupe d’articulations très mobiles. En fait, les articulations des membres sont dans cette catégorie, puisque la cavité et le liquide synovial permettent une grande liberté de mouvement. Cette catégorie d’articulation possède 5 caractéristiques structurales :

1. Chaque os de cette articulation possède un petit coussinet de cartilage articulaire qui permet d’éviter la compression de la tête osseuse.

2. Toutes ces articulations possèdent une cavité articulaire contenant le liquide synovial.

3. La capsule articulaire enveloppe la cavité articulaire. Il y a une première couche de tissu externe, composée de tissu conjonctif dense et irrégulier, qui se fixe aux os adjacents et que l’on nomme capsule fibreuse. Elle permet d’apporter de la résistance à l’articulation, entre autres en ce qui a trait aux forces de tension ou de traction. Ensuite, la membrane synoviale est faite de tissus conjonctifs lâches et tapisse la paroi interne de la capsule fibreuse. Son rôle est de circonscrire, avec le cartilage hyalin, le liquide synovial et elle définit donc le pourtour de la cavité. Elle possède de plus deux types cellulaires, un jouant un rôle défensif au niveau immunitaire et l’autre au niveau de la synthèse protéique.

4. Le liquide synovial joue principalement un rôle de lubrifiant au même titre que la graisse entre les engrenages d’une machine. Il possède une consistance visqueuse semblable au blanc d’œuf, mais qui diminue en viscosité à mesure qu’il se réchauffe. Il est présent dans la cavité articulaire, mais aussi à l’intérieur du cartilage. Ce dernier est constitué un peu comme une éponge et s’il est comprimé, le liquide sort dans l’articulation et retourne dans le cartilage au moment de la décompression. Ce mécanisme se nomme lubrification par suintement et il a pour objectif de diminuer la friction.

5. Enfin, les ligaments renforcent les articulations en liant les os entre eux. Il y a deux types de ligaments, soit les ligaments intrinsèques (ou capsulaires) qui sont constitués d’un épaississement de la capsule, soit les ligaments externes ou internes qui se situent à l’extérieur ou à l’intérieur de la capsule, mais qui sont indépendants de cette dernière.

La capsule et les ligaments sont riches en terminaisons nerveuses sensitives qui renseignent le cerveau à tout moment sur la position des articulations. D’autres structures, quoiqu’en dehors de l’articulation, participent à la lubrification de celle-ci. Ces structures sont la bourse et la gaine de tendon.

Les genoux, les hanches, les poignets et les coudes sont des exemples d'articulations synoviales.

Les vidéos
Les exercices
Les références