Science et technologie s1603

Aide-mémoire - Troisième secondaire - ST

Voici un guide de préparation contenant toutes les notions abordées dans le cours de science et technologie de troisième secondaire.

L'univers vivant

L'ADN

L'ADN (acide désoxyribonucléique) est une molécule ayant une forme de double hélice contenant le code génétique renfermant toute l'information héréditaire d'un individu. Cette molécule est l'unité de base des gènes. L'ADN se trouve dans le noyau des cellules.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La mitose

La mitose est un mode de division cellulaire qui permet de produire des cellules lors de la croissance d'une personne ou pour remplacer des cellules mortes (régénération cellulaire).

s1603i35.png 

source

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La méiose et le cycle de développement sexué

La méiose est un mode de division cellulaire qui permet de produire des cellules sexuelles, les gamètes. Ce mode de division cellulaire présente des avantages:

  • le mélange des gènes provenant des parents permet d'assurer une plus grande diversité génétique, ce qui favorisera l'adaptation de l'espèce;
  • les descendants obtenus par l'union des cellules sexuelles ne sont pas identiques aux parents.

s1603i36.png

Source

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La diversité génétique

La diversité génétique représente l'ensemble des variations de tous les gènes d'une même espèce. La principale source de diversité génétique dans une espèce est la reproduction sexuée. La diversité génétique permet aux espèces de s'adapter aux changements, ce qui assure la survie de l'espèce.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les tissus

Un tissu est un ensemble de cellules, identiques ou non, qui ont une fonction commune dans un organisme.

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir des exemples de tissus.

Les tissus musculaires formant les muscles et les tissus nerveux, composés de neurones, sont des exemples de tissus.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les organes

Un organe est une partie différenciée d’un organisme composée d'un ensemble de tissus qui remplit une ou plusieurs fonctions spécifiques.
Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir des exemples d'organes.

Le coeur, le foie et les poumons sont des organes présents dans le corps humain.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les systèmes biologiques

Un système biologique est un ensemble de cellules, de tissus ou d’organes qui effectuent une ou des fonctions communes. Les principales fonctions assurées par le corps humain sont:

  • La fonction de nutrition, soit le besoin de se nourrir et de respirer;
  • La fonction de relation, soit le besoin de maintenir son équilibre et d'interagir avec son environnement;
  • La fonction de reproduction, soit le besoin de se reproduire pour assurer la survie de l'espèce.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les types d'aliments

Les aliments sont des éléments nutritifs essentiels pour le bon fonctionnement du corps.

Il existe six types d'aliments.

​Aliments ​Fonction ​Sources
​Eau​Permet la régulation du métabolisme.
Favorise plusieurs réactions chimiques.
Permet le transport de différents éléments partout dans l'organisme (par le sang).
​Pratiquement tout ce que l'on mange ou ce que l'on boit.
ProtéinesPermettent à l'organisme de construire et de réparer les tissus comme les os, les muscles et la peau. Au besoin, peuvent fournir de l'énergie aux cellules.​Viandes, poissons, oeufs, noix, tofu
​Glucides​Permettent de fournir à l'organisme de l'énergie à court terme.
Fruits, légumes, miel, céréales, légumineuses
​Lipides​Permettent de fournir à l'organisme de l'énergie à long terme (permet de créer des réserves d'énergie).​Huiles ou graisses dans le beurre, la crème, les noix, les viandes et les fromages
​Vitamines​Permettent d'assurer le bon fonctionnement et le développement de l'organisme.Fruits, légumes (particulièrement ceux de couleur vert foncé ou orange), oeufs, viandes, lait, céréales, noix
​Sels minéraux
Entrent dans la composition de certains tissus.
Contribuent à la régulation du métabolisme.
Permettent la contraction des muscles.
Assurent le bon fonctionnement du système nerveux.
​Fruits, légumes, légumineuses, viandes, lait, poissons

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La valeur énergétique des aliments

La valeur énergétique d'un aliment représente la quantité d'énergie qui peut être extraite et fournie à l'organisme. La liste suivante permet d'évaluer la valeur énergétique des aliments:

  • Glucides: 17 kJ/g
  • Lipides: 37 kJ/g
  • Protéines: 17 kJ/g

Les autres catégories d'aliments (les vitamines, les minéraux et l'eau) ne fournissent pas d'énergie aux cellules.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'anatomie du tube digestif et des glandes digestives

Le tube digestif est composé des éléments suivants.

  • La bouche (cavité buccale).
  • Le pharynx.
  • L'oesophage.
  • L'estomac.
  • L'intestin grêle (ou petit intestin).
  • Le gros intestin.

Les glandes digestives sont les glandes suivantes.

  • Les glandes salivaires.
  • Le foie.
  • Le pancréas.
  • Les glandes gastriques.
  • Les glandes intestinales.

s1603i1.JPG 

source

Les rôles du tube digestif sont de décomposer les aliments, d'absorber les nutriments et l’eau ainsi que d'évacuer les déchets.

Le rôle des glandes digestives est de sécréter des substances chimiques, les enzymes, pour faciliter certaines réactions chimiques de dégradation des aliments dans le système digestif.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La physiologie du tube digestif et des glandes digestives

Le rôle des différentes structures du système digestif est décrit dans le tableau ci-dessous.

​Structure ​Rôle mécanique
​Rôle chimique
​BouchePermettre la mastication des aliments pour augmenter la surface de contact de la nourriture et faciliter son passage dans le système digestif.
Permettre l'insalivation afin de rendre la nourriture humide.
​Par l'action des glandes salivaires, permettre la digestion de l'amidon par l'amylase salivaire.
​Pharynx​Permettre l'action d'avaler de la nourriture et/ou la salive (déglutition).
​Oesophage​Permettre, par le péristaltisme, d'amener la nourriture du pharynx jusqu'à l'estomac.
​EstomacPermettre, par le brassage, de mélanger la nourriture aux sucs gastriques.
Permettre, par le péristaltisme, d'envoyer la nourriture transformée vers l'intestin grêle.
​Produire de l'acide chlorhydrique (HCl) par l'action des glandes gastriques.
Permettre la digestion des protéines par la présence d'une enzyme, la pepsine, pour produire des acides aminés.
​Intestin grêle
​Briser les lipides en petites gouttelettes par émulsion.
Permettre, par le brassage et le péristaltisme, à la nourriture de se déplacer vers le gros intestin.
Permettre l'absorption du glucose, des acides aminés, des acides gras et du glycérol.
​Par l'action des sucs pancréatiques et des sucs intestinaux, permettre la digestion des lipides par une enzyme, la lipase, pour produire des acides gras et du glycérol.
​Gros intestin
​Permettre l'absorption de l'eau, des vitamines et des minéraux.
Favoriser l'absorption des nutriments par le brassage.
Amener la nourriture non absorbée à l'extérieur du corps par péristaltisme.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La fonction des constituants du sang

Le sang est un tissu liquide qui circule dans les vaisseaux sanguins et dans le coeur.

Le sang est constitué d'un élément liquide et de trois éléments figurés.

​Éléments du sang
​Constitution ​Rôle
​Plasma
(55 % du sang)
​Élément liquide du sang ayant une couleur plutôt jaunâtre et constitué à 90% d'eau.
​Transporter les éléments figurés, les anticorps, les hormones et les déchets du sang.
​Globules rouges
(44 % du sang)
​Cellules sanguines sans noyau en forme de beigne.​Transporter de l'oxygène et du gaz carbonique par l'hémoglobine.
​Globules blancs
(moins de 1 % du sang)
​Cellules sanguines ayant un noyau et dont la forme est arrondie.​Défendre l'organisme contre les antigènes (bactéries, virus, etc.).
​Plaquettes
(moins de 1 % du sang)
​Fragments de cellules sanguines n'ayant pas de noyau et possédant une forme très irrégulière.​Aider à la coagulation du sang, c'est-à-dire à la formation de caillots sanguins.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les groupes sanguins et leur compatibilité

Un agglutinogène est une petite protéine présente à la surface des globules rouges qui permet l'identification du groupe sanguin.

Il existe quatre groupes possibles d'agglutinogènes.

​Groupe sanguin
​Agglutinogènes présents
​Agglutinogènes absents
​Groupe A
Agglutinogène A
​Agglutinogène B
​Groupe B
​Agglutinogène B
​Agglutinogène A
​Groupe AB
​Agglutinogène A
Agglutinogène B
​Groupe O
​Agglutinogène A
Agglutinogène B

Le facteur Rhésus (Rh) est également un agglutinogène pouvant se retrouver à la surface des globules rouges.

  • Si le facteur Rhésus est présent sur le globule rouge, on dira que le groupe sanguin est positif (+).
  • Si le facteur Rhésus est absent sur le globule rouge, on dira que le groupe sanguin est négatif (-).

Il existe donc huit groupes sanguins: A+, A-, B+, B-, AB+, AB-, O+ et O-.

Une agglutinine est un type d'anticorps présent dans le plasma sanguin qui peut s'agglutiner avec les agglutinogènes étrangers, dans le but de les neutraliser.

Il existe trois types d'agglutinines:

  • l'agglutinine anti-A, qui se lie à l'agglutinogène A;
  • l'agglutinine anti-B, qui se lie à l'agglutinogène B;
  • l'agglutinine anti-Rh, qui se lie au facteur Rh.

Le tableau suivant présente la compatibilité entre deux groupes sanguins différents. Le principe de base est le suivant: on ne peut pas recevoir des agglutinogènes que l’on ne possède pas au départ.

​Donneur
R
e
c
e
v
e
u
r
​O-​O+​B-​B+​A-​A+​AB-​AB+
AB+
​Oui​Oui​Oui​Oui​Oui​Oui​Oui​Oui
AB-​OuiOui​​Oui​Oui
​A+​Oui​Oui​Oui​Oui
​A-​Oui​Oui
​B+​Oui​Oui​Oui​Oui
​B-​Oui​Oui
​O+​Oui​Oui
O-​Oui

Le donneur universel est le groupe sanguin pouvant donner à n'importe quel groupe sanguin. Chez les humains, il s'agit du groupe O-.

Le receveur universel est le groupe sanguin pouvant recevoir de n'importe quel groupe sanguin. Chez les humains, il s'agit du groupe AB+.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'anatomie du système circulatoire

Le système circulatoire permet de transporter et d'échanger des gaz, des nutriments et des déchets dans l'organisme. Le principal organe du système circulatoire est le coeur, qui est un muscle qui a à peu près la taille du poing d'un adulte.

s1603i2.JPG
Source
1. Oreillette droite
2. Oreillette gauche
3. Veine cave supérieure
4. Aorte
5. Artère pulmonaire
6. Veine pulmonaire
7. Valvule auriculo-ventriculaire
8. Valvule artérielle
9. Ventricule gauche
10. Ventricule droit
11. Veine cave inférieure
12. Valvule auriculo-ventriculaire
13. Valvule artérielle

Les vaisseaux sanguins qui permettent d'assurer la circulation du sang ont différents noms selon leur rôle.

​Nom du vaisseau sanguin
​Rôles
​Artères​Vaisseaux sanguins qui conduisent le sang du coeur vers les organes.
​Artérioles​Vaisseaux sanguins situés entre les artères et les capillaires.
​Capillaires​Petits vaisseaux sanguins à paroi mince permettant les échanges gazeux entre les cellules et le sang.
​Veinules​Vaisseaux sanguins situés entre les capillaires et les veines.
​Veines​Vaisseaux sanguins qui conduisent le sang des organes (capillaires) vers le coeur.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les circulations systémique et pulmonaire

La circulation systémique correspond à la circulation du sang oxygéné qui part du coeur et qui se rend à tous les organes du corps pour se terminer par le retour du sang désoxygéné provenant des organes au coeur.
L'ordre dans lequel le sang se déplace dans la circulation systémique est le suivant:

  1. Ventricule gauche
  2. Artère aorte
  3. Artérioles
  4. Capillaires (où auront lieu les échanges avec les cellules)
  5. Veinules
  6. Veines caves (inférieure ou supérieure)
  7. Oreillette droite

s1603i4.JPG 

source

La circulation pulmonaire correspond à la circulation du sang désoxygéné qui part du coeur et qui se rend aux poumons afin d'y être oxygéné à nouveau pour se terminer par le retour du sang oxygéné des poumons au coeur.

L'ordre dans lequel le sang se déplace dans la circulation pulmonaire est le suivant:

  1. Ventricule droit
  2. Tronc pulmonaire
  3. Artères pulmonaires
  4. Capillaires pulmonaires (où auront lieu les échanges gazeux)
  5. Veinules
  6. Veines pulmonaires
  7. Oreillette gauche

s1603i5.png 

source

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'anatomie et la physiologie du système lymphatique

Le système lymphatique est l'ensemble des organes qui interviennent dans la circulation de la lymphe. Le rôle du système lymphatique est de permettre la circulation des anticorps hors des vaisseaux sanguins. Ce système comprend un réseau de vaisseaux, d'organes et de ganglions lymphatiques.
Les principales composantes du liquide qui circule dans le système lymphatique sont la lymphe, un liquide formé par le liquide interstitiel (le liquide dans lequel baignent les cellules) et par les anticorps.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le système immunitaire

Le système immunitaire comprend tous les éléments du système lymphatique (vaisseaux, ganglions et organes lymphatiques) ainsi que tous les autres éléments qui contribuent à la défense de l'organisme, comme les globules blancs.

Il existe deux façons principales d'obtenir l'immunité spécifique à un antigène.

  • À la suite d'une infection de l'organisme, les globules blancs peuvent produire des anticorps pour combattre cette infection.
  • L'injection d'un vaccin permet de développer une immunité active, puisque le vaccin contient des antigènes, affaiblis ou morts, qui permettent aux globules blancs de garder en mémoire le type d'anticorps lié au type d'antigène injecté. Les globules blancs pourront donc produire des anticorps pour combattre cette infection si elle devait se manifester.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'anatomie du système respiratoire

Le système respiratoire regroupe l'ensemble des organes qui interviennent dans la respiration. Ce système comprend les voies respiratoires et les poumons. La principale fonction du système respiratoire est de fournir à l'organisme le dioxygène dont il a besoin ainsi que de le débarrasser du dioxyde de carbone qui, en trop grande quantité, peut être toxique.

Le système respiratoire est composé des organes suivants.

​Organes ​Rôles
​Cavités nasales
​Filtrer, réchauffer et humidifier l'air.
Détecter les odeurs.
​PharynxAssurer le passage de l'air vers les voies respiratoires.
​Larynx​Par la présence de l'épiglotte, permettre de fermer les voies respiratoires lors de la déglutition et de les ouvrir lors du passage de l'air.
Par la présence des cordes vocales, permettre la production de sons.
​Trachée​Filtrer l'air afin d'emprisonner les corps étrangers.
​Poumons​Permettre l'absorption de l'oxygène et le rejet du dioxyde de carbone.
​Bronches​​Filtrer l'air afin d'emprisonner les corps étrangers.
​Bronchioles​Acheminer l’air des bronches aux surfaces d’échanges contenues dans les alvéoles.
​Alvéoles​Faire les échanges gazeux avec les capillaires sanguins: assurer la diffusion de l’oxygène (O2) à travers les alvéoles vers les capillaires, ainsi que celle du dioxyde de carbone (CO2) des capillaires vers la cavité alvéolaire.


s1603i6.JPG 

source

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les échanges gazeux

À la suite d'une inspiration, la concentration du dioxygène et sa pression sont supérieures dans les alvéoles pulmonaires que dans les capillaires sanguins. Le déplacement du dioxygène se fait donc de l’alvéole pulmonaire vers le capillaire sanguin (vers la circulation sanguine).

Quant à elle, la concentration du dioxyde de carbone est plus faible que celle du sang qui arrive aux alvéoles par la circulation sanguine, puisque le sang de la circulation sanguine a accumulé tous les déchets de la respiration cellulaire. Le déplacement du dioxyde de carbone se fait du capillaire sanguin vers l’alvéole pulmonaire.

s1603i3.JPG

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'anatomie et la physiologie du système urinaire

Le système excréteur est l'ensemble des organes qui interviennent dans l'excrétion. Ce système comprend principalement le système urinaire, mais inclut aussi le système respiratoire et les glandes sudoripares.

Le système urinaire a deux fonctions:

  • filtrer le sang afin de recueillir l'urée, les autres déchets azotés et le surplus de substances présentes dans le sang (eau et sels minéraux);
  • permettre l'évacuation des déchets via l'excrétion.

Les organes suivants sont les composantes principales du système excréteur.

​Organes ​Rôles
​Reins​Filtrer le sang pour en retirer les déchets azotés (urée et autres) et les substances en surplus comme l'eau et les sels minéraux afin de former l'urine.
​Uretères​Acheminer l'urine des reins à la vessie.
​Vessie​Recueillir l'urine avant qu'elle soit évacuée.
​Urètre​Relier la vessie à l'extérieur du corps.

Ces organes sont représentés dans le schéma du système urinaire suivant.

  1. Système urinaire.
  2. Reins.
  3. Uretères.
  4. Vessie.
  5. Urètre.

s1603i7.JPG 

source

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les composants de l'urine

L'urine est principalement composée d'eau (environ à 95%), mais elle contient aussi différents solutés comme l'urée (un déchet azoté), des sels minéraux (potassium et sodium) et quelques autres substances (vitamines et urochrome, qui colore l'urine en jaune et qui provient de la dégradation de l'hémoglobine). Le pH de l’urine tourne autour de 6 (entre 4,5 et 8) selon le métabolisme et le régime alimentaire de la personne.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le maintien de l'équilibre sanguin

Trois organes ont pour rôle de maintenir un équilibre dans le sang.

  • Les reins participent à l'équilibre sanguin en étant responsables de la filtration du sang, permettant ainsi de retirer de la circulation sanguine certaines substances potentiellement nuisibles pour l'organisme.
  • Les poumons aident à maintenir un équilibre sanguin adéquat en éliminant le CO2 qui, en trop grande quantité, fait baisser le pH du sang.
  • Les glandes sudoripares peuvent rétablir l'équilibre sanguin en faisant varier la constitution de la sueur.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le système nerveux

Le système nerveux regroupe l'ensemble des organes qui interviennent dans la réception d'un stimulus ainsi que dans la production, la transmission et le traitement de l'influx nerveux.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le système nerveux central

Le système nerveux central (SNC) est la partie du système nerveux qui comprend l'encéphale (qui regroupe le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral) et la moelle épinière.  Son rôle est de recevoir l’information perçue par les sens, de l’interpréter et d'élaborer une réponse motrice qui sera envoyée au système nerveux périphérique.

Les rôles des différentes composantes du SNC sont décrits dans le tableau suivant.

​Organes ​Rôles
​Cerveau​Siège des facultés intellectuelles comme la mémoire, la logique et le jugement.
Lieu où l'information provenant des organes de sens est reçue, analysée et interprétée.
Lieu de production de multiples influx nerveux.
​CerveletA​ssurer la coordination des mouvements ainsi que l'équilibre.
​Tronc cérébral
Assurer la transmission des informations entre le cerveau, le cervelet et la moelle épinière.
Contrôler les centres vitaux (fonctions involontaires du corps).
​Moelle épinière
Transmettre l'influx de l'encéphale aux nerfs moteurs et aussi des nerfs sensitifs à l'encéphale.
Gérer les réflexes rachidiens.

Dans l'image suivante, le SNC est représenté en rose.

s1603i8.jpg

source

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le système nerveux périphérique

Le système nerveux périphérique (SNP) comprend deux voies principales, la voie sensitive et la voie motrice. Le système nerveux périphérique comprend tous les nerfs qui partent de la moelle épinière ou de l'encéphale et qui se rendent dans toutes les parties du corps, et vice-versa.
Le rôle du SNP est de transporter l’influx nerveux des sens vers l’encéphale et de l’encéphale vers les muscles.

Il existe trois grandes catégories de nerfs:

  • les nerfs sensitifs, qui envoient l'information des récepteurs sensoriels vers le SNC;
  • les nerfs moteurs, qui envoient l'information du SNC vers les muscles;
  • les nerfs mixtes, qui sont composés de nerfs sensitifs et de nerfs moteurs.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le neurone et l'influx nerveux

Le neurone est la plus petite partie vivante du système nerveux responsable de la transmission de l'influx nerveux.

Le neurone est composé de trois parties.

​Composante du neurone
​Rôles
​Dendrites​Conduire l'influx nerveux dans le corps cellulaire.
​Corps cellulaire
​Partie centrale du neurone contenant le cytoplasme et le noyau.
​Axone​Permettre la propagation de l'influx nerveux hors du corps cellulaire vers les terminaisons nerveuses. Elle est entourée par une gaine de myéline qui augmente la vitesse de transmission de l'influx.

s1603i10.JPG

source

L'influx nerveux est une activité électrique qui se propage dans le système nerveux grâce à la stimulation de neurones successifs.

La synapse est la zone de contact entre deux neurones ou entre un neurone et une autre cellule qui permet le transfert de l'information.

Dans le neurone, l'influx nerveux circule toujours dans le même sens. Il est d'abord reçu par les dendrites qui l'acheminent ensuite au corps cellulaire. De là, l'influx circule du corps cellulaire vers l'axone pour aboutir aux terminaisons nerveuses de l'axone. À cet endroit se trouvent des petits sacs de neurotransmetteurs, soit des substances chimiques permettant la stimulation d'un neurone voisin, d'un muscle ou d'une glande. Ils sont libérés dans la synapse et stimulent la cellule voisine (neurone, muscle, glande, etc.).

s1603i9.JPG 

source

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'acte volontaire et l'arc réflexe

Voici le trajet de l'influx nerveux dans différents contextes.

​Situation
​​Description ​Trajet
​Acte involontaire
​​Acte déclenché automatiquement, sans qu'il y ait une prise de conscience.​Nerfs sensitifs → Tronc cérébral → Nerfs moteurs
Arc réflexeRéaction rapide et involontaire effectuée en réponse à un stimulus.​Organes sensitifs → Nerfs sensitifs → Moelle épinière → Nerfs moteurs → Muscles
​Acte volontaire
Acte conscient contrôlé par le cerveau.
​Si les muscles qui sont volontairement activés sont situés au niveau de la tête​Cerveau → Nerfs moteurs → Muscles
​Si les muscles qui sont volontairement activés sont situés plus bas que la tête​Cerveau → Tronc cérébral → Moelle épinière → Nerfs moteurs → Muscles
​Sensations ​Perception d'une stimulation qui se traduit par la stimulation d'un organe récepteur.
​Si la sensation est détectée par une zone située au niveau de la têteOrgane sensitif → Nerfs sensitifs → Cerveau​
​Si la sensation est détectée par une zone située plus bas que la tête​Organe sensitif → Nerfs sensitifs → Moelle épinière → Tronc cérébral → Cerveau

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La vue et l'oeil

Les principales parties de l'oeil sont illustrées dans le schéma ci-dessous.

s1603i11.JPG 

source

Le tableau ci-dessous explique le rôle de chacune des parties impliquées dans la vision.

​Organes ​Rôles
​Cornée​Aider à la transmission et à la convergence des rayons lumineux.
​Humeur aqueuse
​Alimenter la cornée et le cristallin en glucose et en dioxygène, et en éliminer les déchets.
​IrisContrôler l'ouverture et la fermeture de la pupille, permettant ainsi de contrôler la quantité de lumière qui se rend à la rétine. C'est la partie colorée de l'oeil.
CristallinPermettre à l'oeil de faire une​ accommodation afin d'obtenir une image nette.
Humeur vitrée
​Permettre le passage des rayons lumineux.
Maintenir le cristallin et la rétine en place.
Permettre l'évacuation des déchets du cristallin et de la rétine, en plus de les alimenter en glucose et dioxygène.
Rétine​Transformer la lumière en influx nerveux. Cette membrane intérieure de l'oeil contient les cônes (vision diurne et couleurs) et les bâtonnets (vision nocturne et contrastes).

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'ouïe et l'oreille

Les principales parties de l'oreille sont identifiées dans le schéma ci-dessous.

s1603i12.png 

source

Le tableau ci-dessous précise le rôle des principales parties responsables de l'ouïe.

Organes
​Rôles
​Conduit auditif
​Acheminer les sons jusqu'au tympan.
​Tympan​Vibrer sous l'effet des ondes sonores et transmettre la vibration aux osselets.
​Osselets
Marteau: Transmettre les sons du tympan.
​Enclume: Transmettre la vibration à l'étrier.
​Étrier: Transmettre les vibrations dans le liquide contenu dans l'oreille moyenne.
​CochléeRecevoir les vibrations de l'oreille moyenne et transformer ces ondes sonores en influx nerveux.
​Canaux semi-circulaires
​Assurer le maintien de l'équilibre.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le toucher et la peau

Les stimuli sont perçus par la peau (pression, température, douleur) par les récepteurs sensoriels. Ces derniers transforment en influx nerveux les sensations perçues par la peau.

  • Les terminaisons nerveuses, comme les corpuscules de Pacini, de Ruffini et de Meissner, réagissent à la pression.
  • Les terminaisons nerveuses libres, quant à elles, réagissent à la température et la douleur.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le goût et la langue

Les papilles gustatives de la langue permettent de transformer en influx nerveux des saveurs (sucré, salé, acide, amer et umami).
Les molécules sapides (qui ont une saveur) entrent d'abord en contact avec la langue et stimulent les bourgeons gustatifs. Les saveurs sont transformées en influx nerveux pour être analysées dans l'aire gustative du cerveau.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'odorat et le nez

Les principales parties responsables de l'odorat sont illustrées dans le schéma ci-dessous.

s1603i13.JPG

Source

Le tableau ci-dessous précise le rôle des principales parties responsables de l'odorat.

​Organes ​Rôles
​Fosses nasales
Permettre de réchauffer l'air, de le filtrer et de l'humidifier.
​Tache olfactive
Permettre de détecter les odeurs et de les transformer en influx nerveux par la présence des cils olfactifs.
​Bulbe olfactif
Recevoir l'information de la tache olfactive et la transmettre vers le cerveau pour qu'elle soit analysée.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le système musculosquelettique

Le système musculosquelettique remplit plusieurs fonctions.

  • Il est responsable du soutien.
  • Il permet à l'humain de se déplacer.
  • Il protège certains organes.

Les principales parties du squelette sont illustrées dans le schéma ci-dessous.

s1603i14.JPG

Le tableau ci-dessous précise le rôle des principales parties du squelette.

Organes ​Rôles
​TêteEntourer et protéger l'encéphale.
Former le visage.
Délimiter les cavités dans lesquelles se retrouvent les organes des sens.
​Thorax​Protéger le coeur, les poumons et les plus gros vaisseaux sanguins.
Supporter les articulations qui relient les membres supérieurs au tronc.
​Colonne vertébrale
Agir comme support central pour le corps.
Protéger la moelle épinière.
Permettre les mouvements du tronc.
​Membres supérieurs
​Permettre la préhension des objets.
​Membres inférieurs
​Supporter le poids du corps humain.
Assurer le déplacement de l'être humain.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les articulations

Les articulations sont des liens qui unissent deux ou plusieurs os. De plus, elles permettent de donner une certaine mobilité au squelette. Finalement, elles offrent parfois un rôle de protection.

Par la présence des articulations, plusieurs types de mouvements sont possibles.

​Mouvement ​Description
Flexion​Rapprocher deux os d'une articulation.
​Extension​Éloigner deux os d'une articulation en l'étirant.
​Abduction​Écarter latéralement un membre de l'axe du corps.
​Adduction​Ramener un membre du corps dans l'axe du corps.
​Rotation​Déplacer un membre autour d'un axe.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Les muscles

Les muscles permettent le mouvement des différentes parties du corps. Ils peuvent également stabiliser les articulations, permettre de garder une posture et maintenir une température corporelle adéquate.

Des muscles antagonistes sont des muscles qui ont des effets opposés. Lorsqu'un muscle se contracte, un autre muscle se relâche, ce qui permet la flexion du membre et vice-versa.

Il existe trois types de muscles.

Type de muscle
​Rôle Situation dans le corps
​Strié (squelettique)
​Contractions volontaires du corps qui tirent sur les os.Dans les muscles squelettiques (muscles qui sont attachés aux os).
​Lisse​Contractions involontaires du corps pour permettre des mouvements lents.
​Parois de l'estomac, de l'intestin, des vaisseaux sanguins ou de la vessie, par exemple.
​Cardiaque​Contractions involontaires permettant de propulser le sang dans le corps.
​Parois du coeur.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La puberté masculine

Les changements observés lors de la puberté masculine sont:

  • développement des organes génitaux;
  • production de spermatozoïdes;
  • apparition des poils;
  • développement des os et des muscles;
  • allongement du pénis;
  • augmentation du volume des testicules et du scrotum;
  • accélération de la croissance;
  • mue de la voie;
  • augmentation de la libido;
  • recherche de l'autonomie;
  • changements d'humeur.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La régulation hormonale chez l'homme

Les changements qui surviennent lors de la puberté chez l'homme sont provoqués par une augmentation de la sécrétion de FSH et de LH, qui agissent sur les testicules, qui répondent en produisant davantage de testostérone. C'est cette hormone qui est responsable des changements à la puberté chez l'homme.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La spermatogenèse

La spermatogenèse est le processus pendant lequel il y a production de spermatozoïdes dans les testicules. Elle commence dans les tubules séminifères (situés à l'intérieur des testicules) et se termine dans les épididymes (situés sur les testicules).

À la puberté, l'hypophyse libère deux hormones dans le sang, l'hormone folliculostimulante (FSH) et l'hormone lutéinisante (LH). Ces hormones agissent sur les testicules: la LH amène les testicules à sécréter de la testostérone, alors que la FSH rend les testicules réceptifs aux effets de la testostérone. Les testicules se mettent donc à produire des spermatozoïdes, environ 400 millions par jour.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'érection et l'éjaculation

L'érection est le phénomène qui se produit lorsque le pénis grossit et se raidit. L'érection est déclenchée par une stimulation sexuelle, qui agit sur le système nerveux. Ce dernier amène une augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins (dilatation) du pénis. Le pénis se remplit de sang, créant ainsi l'érection.

L'éjaculation est l'expulsion du sperme à l'extérieur du corps de l'homme. Elle permet aux spermatozoïdes d'entrer dans le corps de la femme pour amener la fécondation d'un ovule.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La puberté féminine

Les changements observés lors de la puberté féminine sont:

  • développement des organes génitaux;
  • régulation du cycle menstruel;
  • développement des os et des muscles;
  • développement des seins et des hanches;
  • augmentation de la taille de l'utérus;
  • accélération de la croissance;
  • mue de la voie;
  • augmentation de la libido;
  • recherche de l'autonomie;
  • changements d'humeur.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

La régulation hormonale chez la femme

Les changements qui surviennent lors de la puberté chez la femme sont provoqués par une augmentation de la sécrétion de FSH et de LH, qui agissent sur les ovaires. Ces derniers répondent en produisant davantage d'oestrogène. Cette hormone stimule la production d'ovules et est responsable des caractères sexuels secondaires. La progestérone, une hormone produite par le corps jaune, agit également en régulant le cycle menstruel en plus d'avoir des effets sur le corps de la femme durant la grossesse.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'ovogenèse

L'ovogenèse est le processus pendant lequel il y a production d'ovules dans les ovaires. Les hormones responsables de la production d'ovule sont l'hormone folliculostimulante (FSH) et l'hormone lutéinisante (LH). Ces hormones agissent sur les ovaires, amenant la production d'ovules.

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

Le cycle ovarien et le cycle menstruel

Le cycle ovarien est une série de phénomènes biologiques qui se déroulent à chaque mois dans l'un des deux ovaires et qui a pour résultat la production d'un ovocyte.
Le cycle menstruel est une série de phénomènes biologiques qui se déroulent à chaque mois dans l'utérus.

Ces deux cycles ont une durée de 28 jours.

Le tableau suivant résume les principaux phénomènes se produisant durant le cycle ovarien.

​Phase ​Durée ​Phénomènes du cycle ovarien
​Préovulatoire​Jours 1 à 13
La FSH et la LH stimulent la maturation d'un follicule qui sécrète à son tour des oestrogènes. Alors que l'oestrogène augmente, la sécrétion de la FSH et de la LH cesse.
La sécrétion d'oestrogènes se poursuit jusqu'à l'atteinte d'un niveau assez élevé qui déclenche une libération brusque d'hormones, surtout de la LH mais aussi de la FSH.
​Ovulatoire​Jour 14
​Le follicule libère l'ovocyte vers la trompe de Fallope.
​Postovulatoire​Jours 15 à 28
​Sous l'effet de la LH, le follicule qui a libéré l'ovocyte se transforme en corps jaune. Celui-ci sécrète de la progestérone et un peu d'oestrogène, ce qui fait baisser brusquement les taux de la FSH et de la LH. Le développement d'autres follicules est ainsi empêché.
Si l'ovocyte libéré est fécondé, le corps jaune reçoit un signal provenant de l'embryon. Le corps jaune libère des hormones jusqu'à ce que le placenta soit développé et puisse lui-même sécréter ses hormones.
Si l'ovocyte libéré n'est pas fécondé, la dégénérescence du corps jaune commence environ 10 jours après sa formation. La sécrétion d'hormones est alors arrêtée. Les taux de progestérone et d'oestrogène chutent, ce qui occasionne la reprise de la sécrétion de FSH et de LH par l'hypophyse.

Le tableau suivant résume les principaux phénomènes se produisant durant le cycle menstruel.

​Phase ​Durée ​Phénomènes du cycle menstruel
Menstruelle​Jours 1 à 5
Lorsque les taux de progestérone et d'oestrogène sont au plus bas, le follicule se met alors à sécréter plus d'oestrogène.
La muqueuse utérine (endomètre) se détache de la paroi utérine, ce qui provoque un écoulement de sang par le vagin, les menstruations.
Préovulatoire​Jours 6 à 14
L'endomètre se reforme et s'épaissit sous l'effet des oestrogènes.
​Postovulatoire​Jours 15 à 28
L’endomètre se prépare à accueillir l’embryon. Sous l'effet combiné de la progestérone et de l’œstrogène, l’endomètre devient une muqueuse encore plus épaisse et elle sécrète alors des nutriments qui soutiendront l’embryon jusqu’à son implantation.
Si la fécondation a lieu, l'endomètre reste intact et il n'y a donc pas de menstruations.
Si la fécondation n’a pas lieu, la dégénérescence du corps jaune débute. La diminution du taux de progestérone amène la rupture des vaisseaux sanguins de l’endomètre.

s1319i1.JPG 

​Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter​ la bibliothèque virtuelle.​

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.​​

L'univers matériel

Le point de fusion

Le point de fusion est la température à laquelle une substance passe de l’état solide à l’état liquide. Il s'agit d'une propriété physique caractéristique de la matière: chaque substance a son propre point de fusion.

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir des exemples de points de fusion.

Le point de fusion de l'eau est de 0 ºC, alors que celui de l'aluminium est 660 ºC.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Le point d'ébullition

Le point d'ébullition est la température à laquelle un corps passe de l’état liquide à l’état gazeux. Il s'agit d'une propriété physique caractéristique de la matière: chaque substance a son propre point d'ébullition.

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir des exemples de points d'ébullition.

Le point d'ébullition de l'eau est de 100 ºC, alors que celui de l'aluminium est 2 467 ºC.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La masse volumique

La masse volumique (ρ) est une propriété caractéristique qui représente la quantité de matière (masse) qui se trouve dans un espace (une unité de volume) donné.

Pour calculer la masse volumique, on utilise la formule suivante:
|\rho=\displaystyle \frac {m}{V}|
|\rho| représente la masse volumique (g/ml ou g/cm3)
|m| représente la masse (g)
|V| représente le volume (ml ou cm3)

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir un exemple de calcul de la masse volumique.

Quelle est la masse volumique d'une substance ayant une masse 44,85 g et un volume de 65 ml ?

|\rho=\displaystyle \frac {m}{V}|
|\rho=\displaystyle \frac {44,85 \space g}{65 \space ml}|
|\rho= 0,69 g/ml|

Lorsque la masse volumique est connue, il est possible d'identifier la substance, puisque chaque substance possède sa propre masse volumique. Dans cet exemple, la masse volumique calculée correspond à celle de l'essence.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La solubilité

La solubilité représente la quantité maximale de soluté pouvant être dissoute dans un solvant à une température donnée. Au-delà de cette quantité, la solution est saturée.

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir un exemple de calcul de la solubilité.

On réussit à dissoudre 11,35 g d'un sel dans 25 ml d'eau. Quelle est la solubilité de ce sel ?

La solubilité s'exprime en grammes de soluté par 100 ml de solution. Il faut donc déterminer la solubilité par produit croisé.

|\displaystyle \frac {11,35 \space g}{25 \space ml}=\displaystyle \frac {x}{100 \space ml}|

|{x}= 45,4 \space g/100 \space ml|

La solubilité est une propriété caractéristique: il est donc possible d'identifier la substance en fonction de sa solubilité en utilisant un tableau de référence. Dans ce cas, le sel serait du |LiCl|.

La solubilité d’une substance dépend de la température du solvant. Lorsqu'un soluté solide est utilisé, la solubilité augmente si la température de la solution augmente. En effet, il sera plus facile de dissoudre du sel de table dans 100 ml d’eau chaude que dans 100 ml d’eau froide.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les propriétés chimiques caractéristiques

Les propriétés chimiques caractéristiques permettent d'identifier une substance pure à l'aide d'une réaction chimique qui changera la nature de la substance.

Les tests suivants permettent d'identifier certaines substances.

​Tests État de la substance
à identifier

​Résultats possibles
​Papier tournesol
​Liquide​Papier qui devient rouge: Solution acide
Papier qui devient bleu: Solution basique
Papier qui ne change pas de couleur: Solution neutre
​Papier de dichlorure de cobalt
​Liquide​Papier qui devient rose: Présence d'eau
​Eau de chaux
​Gaz​Eau de chaux blanchâtre: Présence de dioxyde de carbone (CO2)
​Tison​Gaz​Tison qui se rallume: Présence de dioxygène (O2)
​Éclisse de bois enflammée
​Gaz​Explosion: Présence de dihydrogène (H2)
​Réaction à la flamme
​Solide (sels)
​Variable selon le sel testé
​Liquide de Fehling
Liquide
​Solution brune: présence de glucides
​Réaction des protéines (Biuret)
​Liquide​Solution mauve: présence de protéines

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les propriétés des solutions

Une solution est un mélange homogène composé d'un solvant et d'un ou plusieurs solutés.

  • Le soluté est la substance qui est dissoute dans le solvant. Le soluté est la substance présente en plus petite quantité dans une solution.
  • Le solvant est la substance présente en plus grande quantité dans une solution. C’est dans le solvant que l’on peut dissoudre le soluté.

Une solution aqueuse est une solution dans laquelle le solvant est l'eau.

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir des exemples de solutions.

L'air est une solution gazeuse contenant un solvant (diazote) et plusieurs solutés (dioxygène, dioxyde de carbone, etc.)

L'eau salée est une solution aqueuse contenant un solvant (eau) et un soluté (sel).

L'acier est une solution solide contenant un solvant (fer) et un soluté (carbone).

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La concentration et ses unités de mesure

La concentration représente le rapport entre la quantité de soluté et la quantité de solution. Elle se calcule de différentes façons:

  • la concentration en grammes par litre (g/L);
  • La formule pour calculer la concentration en grammes par litre est
    |C = \displaystyle \frac {m}{V}|

    |C| représente la concentration (g/L)
    |m| représente la masse (g)
    |V| représente le volume (L)
  • la concentration en pourcentage (%), dans laquelle la quantité de solution est 100 ml ou 100 g.
Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir un exemple de calcul de la concentration en g/L.
En laboratoire, tu dissous 1,2 g de soluté dans 250 ml de solution. Quelle est la concentration en g/L?
|C = \displaystyle \frac {m}{V}|
|C = \displaystyle \frac {1,2 g}{0,25 L}|
|C = 4,8 g/L|
Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir un exemple de calcul de la concentration en %.
En laboratoire, tu dissous 1,2 g de soluté dans 250 ml de solution. Quelle est la concentration en %?
|\displaystyle \frac {1,2 g}{250 ml} = \frac {x}{100 ml}|
|x = \displaystyle \frac {1,2 g \times 100 ml}{250 ml}|
|x = 0,48 \%|

On peut faire varier la concentration de différentes façons.

Changement
​Conséquence sur la concentration
​Dilution (ajout de solvant)
​Diminution de la concentration
​Dissolution (ajout de soluté)
​Augmentation de la concentration
​Évaporation (diminution du solvant)
​Augmentation de la concentration

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Le modèle particulaire

Le modèle particulaire est un modèle scientifique basé sur l'idée que la matière est composée de particules. Il permet d'expliquer certains comportements et certaines propriétés de la matière. Ce modèle est décrit par les cinq éléments ci-dessous.

  1. La matière est composée de particules minuscules espacées entre elles qui sont représentées par des billes de différentes couleurs.
  2. Une substance pure est constituée de particules identiques.
  3. Des forces d'attraction peuvent retenir les particules entre elles: plus les particules sont rapprochées les unes des autres, plus les forces d'attraction sont importantes, ce qui explique pourquoi les particules solides sont très ordonnées contrairement aux particules gazeuses.
  4. Les particules sont toujours en mouvement, car elles possèdent une certaine quantité d'énergie lui permettant de se déplacer.
  5. Si la température augmente, la vitesse du mouvement des particules augmente aussi. Plus la température d'une substance est élevée, plus les particules de celles-ci vont avoir de l'énergie.

Cependant, le modèle a des limites, puisqu'il ne peut pas expliquer la conductibilité électrique d'une substance, ni les transformations chimiques.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La dissolution

La dissolution est un procédé qui consiste à mettre un soluté dans un solvant dans le but de préparer une solution constituée d’une seule phase, soit un mélange homogène.

Lors d'une dissolution, les particules du soluté vont venir se placer entre les particules du solvant pour créer la solution.

s1603i15.JPG

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La dilution

La dilution est un procédé utilisé qui vise à diminuer la concentration d’une solution en y ajoutant du solvant sans changer la quantité de soluté.

En effet, si la quantité de solvant augmente et que la quantité de soluté demeure la même, le volume de la solution totale augmentera alors que sa concentration diminue.

Ainsi, si on double le volume d'une solution, sa concentration sera diminuée de moitié, alors qu'un ajout de quatre fois plus de solvant diminuera par quatre fois la concentration.

s1604i1.JPG

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Le changement de phase

Un changement de phase est un changement d'un état de la matière vers un autre état sous des variations de température ou de pression. Le tableau ci-dessous démontre les états possibles de la matière.

​Solide Liquide
​Gazeux
​Modèle particulaire
s1603i16.jpgs1603i17.JPGs1603i18.jpg
​Agitation des particules
​Faible​Moyenne​Élevée
​Force d'attraction
​Forte​Forte​Faible
​Distance entre les particules
​Rapprochées​Rapprochées​Éloignées
​Mouvements​Vibration​Vibration et rotation
​Vibration, rotation et translation

Lorsque la température augmente, le mouvement des particules s'intensifie. À ce moment, ce mouvement devient plus intense et parvient à surpasser la force d'attraction qui existe entre les particules. C'est alors que se produisent les changements de phase.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les types de réactions chimiques

Il existe quatre types de réactions chimiques importantes:

  • Une réaction de décomposition est la division d'un composé chimique en composés plus simples ou en atomes. La respiration et la combustion sont des exemples de réactions de décomposition.

s1603i19.JPG

  • Une réaction de synthèse se produit lorsque deux réactifs se combinent pour former un seul et nouveau produit. La photosynthèse est un exemple de réaction de synthèse.

s1603i20.JPG

  • Une réaction d'oxydation est une transformation chimique impliquant de l'oxygène ou une substance ayant les mêmes propriétés. La combustion et la formation de la rouille sont des exemples de réaction d'oxydation.

s1603i22.JPG

  • Une réaction de précipitation se produit lorsqu’une réaction donne lieu à la formation d’un pré​cipité (un produit insoluble). Une précipitation est observée par la formation d'un dépôt solide lors du mélange de deux solutions aqueuses.

s1603i21.JPG

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les formes d'énergie

Une forme d'énergie est une manifestation de la présence d'énergie à un endroit donné. L'énergie se mesure en Joules (J).
Il existe quatre principales formes d'énergie:

  • L'énergie thermique, ou chaleur, soit l'énergie associée au mouvement des particules contenues dans une substance.
  • L'énergie chimique, soit l'énergie emmagasinée dans les liaisons chimiques présentes dans les molécules.
  • L'énergie rayonnante, soit la forme d'énergie contenue et transportée par les ondes comme la lumière.
  • L'énergie mécanique, soit la forme d'énergie liée au mouvement d'un corps.

Ainsi, différents appareils peuvent transformer de l'énergie pour la rendre sous forme utile. Un grille-pain transforme l'énergie électrique en énergie thermique, alors qu'une lampe infrarouge transforme l'énergie électrique en énergie rayonnante.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les substances pures

Une substance pure est une substance formée d’une seule sorte d’atomes ou de molécules.

Il existe deux types de substances pures:

  • Un élément est une substance formée d’une seule sorte d’atomes.  Il est impossible de séparer ce type de substance par des moyens physiques ou chimiques.
Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir des exemples d'éléments.

Le fer |(Fe)|, le sodium |(Na)| ou le diazote |(N_2)| sont tous des éléments puisqu'ils sont formés d'une seule sorte d'atome.

  • Un composé est une molécule constituée d'atomes différents liés chimiquement ensemble.
Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir des exemples de composés.

L'eau |(H_2O)|, le gaz carbonique |(CO_2)| et le glucose |(C_6H_{12}O_6)| sont tous des composés, car ils sont formés d'au moins deux atomes différents.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les mélanges homogènes

Un mélange homogène est un mélange d'au moins deux substances dans lequel une seule phase est visible: il est impossible de distinguer les constituants du mélange. Dans le corps humain, la lymphe et l'urine sont des exemples de mélanges homogènes.

Dans un mélange homogène, les particules des différents constituants sont réparties de façon uniforme.

s1603i38.png

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les mélanges hétérogènes

Un mélange hétérogène est un mélange dans lequel deux ou plusieurs phases sont visibles (plusieurs constituants visibles).

Dans un mélange hétérogène, les particules des différents constituants ne sont pas réparties de façon uniforme.

s1603i37.png 

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les fluides compressibles et incompressibles

Il existe deux types de fluide.

  • Un fluide incompressible est un fluide dont on ne peut changer le volume. Les liquides sont des fluides incompressibles (eau, huile, mercure, etc.).
  • Un fluide compressible est un fluide dont on peut changer le volume: on peut le comprimer dans un espace plus restreint en exerçant une pression sur ce fluide. La totalité des gaz sont des fluides compressibles (air, oxygène, hydrogène, azote, etc.).

Le mouvement des fluides dans le corps humain varie si le fluide est liquide ou gazeux.

  • Dans le cas d'un liquide comme le sang, qui est un fluide incompressible, la contraction du coeur amène une diminution du volume des cavités à l'intérieur du coeur, ce qui augmente la pression sur le sang à l'intérieur du coeur.
  • Dans le cas des gaz comme le dioxygène ou le dioxyde de carbone, qui sont des fluides compressibles, l'inspiration amène une augmentation du volume de la cage thoracique, ce qui diminue la pression à l'intérieur des poumons. L'air provenant de l'extérieur entre dans les poumons pour rééquilibrer les pressions.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La pression

La pression est définie comme la force exercée par les particules lorsqu’elles entrent en collision avec une surface.

La pression est influencée par:

  • la force ou la masse: plus un fluide a une force ou une masse importante, plus la pression qu'il exercera sera grande;
  • la surface de contact: plus un fluide exerce une force sur une grande surface, plus la pression qu'il exercera sera petite.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La relation entre pression et volume

Dans un fluide compressible, la pression est inversement proportionnelle au volume. Ainsi, si on double la pression sur un fluide, on diminuera le volume de moitié. De plus, si on triple la pression sur ce même fluide, le volume sera trois fois plus petit que son volume initial.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La fréquence d'une onde

La fréquence d'une onde représente le nombre de cycles produits par une onde par unité de temps. On calcule la fréquence en Hertz (Hz).

Plus la fréquence d'une onde est basse (ondes de couleur rouge), plus le son produit par cette fréquence est grave. De même, plus la fréquence est élevée (ondes de couleur mauve), plus le son produit sera aigu.

s1603i23.JPG

Source 

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La longueur d'une onde

La longueur d’onde représente la distance entre deux points identiques d’une onde à un instant donné.

s1603i24.JPG

Plus les longueurs d'onde sont petites, plus les rayons sont énergétiques. Par exemple, les rayons X ont une faible longueur d'onde. Toutefois, ils dégagent une grande quantité d'énergie.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

L'amplitude d'une onde

L’amplitude d’une onde sonore représente la puissance du son. C'est la hauteur maximale atteinte par l'onde par rapport à sa position au repos.

s1603i25.JPG

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

L'échelle des Décibels

L'échelle des Décibels est une échelle relative utilisée pour quantifier l'intensité du son. L'échelle varie de 0 dB à 150 dB. Pour chaque augmentation de 10 dB, l'intensité sonore est dix fois plus intense. Ainsi, si l'augmentation du son est de 20 dB, l'intensité sonore est 100 fois plus grande.

Une exposition prolongée à des sons ayant une intensité sonore supérieure à 100 dB peut causer des risques sérieux pour l'oreille humaine. De plus, lorsque l'intensité sonore dépasse 120 dB, des dommages irréversibles peuvent se produire. Pour une période de 8 heures, on considère que l'ouïe est en danger à partir d'un niveau sonore de 80 dB.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique regroupe l'ensemble de toutes les ondes électromagnétiques en fonction de leur longueur d'onde et de leur fréquence. L'image ci-dessous permet de situer les différentes régions du spectre électromagnétique.

s1603i26.jpg 

Source

Le tableau suivant décrit différentes applications des ondes du spectre électromagnétique.

​Spectre électromagnétique
​Applications
​Rayons gamma
​Traitement du cancer, conservation des aliments
​Rayons X
​Radiographie, inspection des bagages
​Rayons ultraviolets (UV)
​Traitement de certaines maladies, stérilisation d'instruments chirurgicaux
​Lumière visible
Éclairage, laser, photographie, écrans d'ordinateurs
​Rayons infrarouges (IR)
​Télécommande à distance, communication avec les satellites
​Micro-ondesTransmission par satellite, par téléphone cellulaire et par internet; four à micro-ondes
​Ondes radio
Radio, télévision

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La déviation des ondes lumineuses

La réflexion est le phénomène par lequel les rayons lumineux rebondissent sur un obstacle et retournent vers le milieu d'où ils proviennent en changeant de direction. Selon le type de surface que les rayons lumineux frappent, la réflexion peut se faire de deux façons.

  • La réflexion diffuse intervient sur les surfaces irrégulières (ou non-polies). La lumière est réfléchie dans plusieurs directions.
  • La réflexion spéculaire est une réflexion régulière de la lumière. Contrairement à la réflexion diffuse, elle ne peut exister que si les rayons lumineux rencontrent une surface parfaitement plane ou polie, comme les miroirs.

La réflexion d'un rayon lumineux suit deux lois:

  • l'angle d'incidence (θi) est toujours égal à l'angle de réflexion (θr);
  • le rayon incident et le rayon réfléchi se trouvent toujours dans le même plan.

s1603i27.JPG

La réfraction est la déviation d'un rayon lumineux lorsqu'il passe d'un milieu transparent à un autre. En entrant dans un autre milieu, la vitesse de propagation varie, et ce changement de vitesse se manifeste par une déviation de la trajectoire initiale du rayon lumineux.

s1603i28.jpg 

Source

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les lentilles

Les lentilles sont des objets transparents faits de verre ou de plastique dont au moins une des faces est courbe et qui ont la propriété de réfracter la lumière.

Il existe deux types de lentilles.

  • Les lentilles convergentes réfractent les rayons lumineux parallèles de façon à les rapprocher de l'axe principal vers un même point, le foyer.

s1603i29.JPG

  • Les lentilles divergentes réfractent les rayons lumineux parallèles de façon à les éloigner de l'axe principal. Les prolongements des rayons réfractés se rejoignent en un point, le foyer.

s1603i30.JPG 


L'oeil humain est formé d'une lentille convergente, le cristallin. Le cristallin permet d'envoyer les rayons lumineux jusqu'à la rétine afin de permettre la formation d'une image nette. Puisque les rayons lumineux arrivent de sources différentes, le cristallin doit être en mesure de changer de forme afin de permettre en tout temps la formation d'une image nette. Ce phénomène est nommé accommodation du cristallin.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

L'univers Terre et espace

L'échelle des temps géologiques

​L’échelle des temps géologiques divise l'histoire de la Terre en unités plus courtes en se basant sur l'apparition et la disparition de différentes formes de vie. Ces divisions de l'échelle des temps sont décrites dans l'ordre chronologique dans le tableau ci-dessous.

​Échelle des temps géologiques
Principaux évènements
Précambrien
​Formation de la Terre
Formation des océans
Présence de la première forme de vie
​PaléozoïqueApparition des premiers vertébrés
Apparition des premiers végétaux
Apparition des premiers organismes terrestres
Mésozoïque
Apparition des premiers dinosaures
Apparition des reptiles
Apparition des premiers mammifères
​Cénozoïque​Apparition de la plupart des espèces d'oiseaux
Apparition des mammifères et des plantes à fleur connues aujourd'hui

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les couches stratigraphiques

​Une couche stratigraphique est un ensemble composé de dépôts sédimentaires ayant les mêmes caractéristiques (couleur, taille des particules, nature de la roche, etc.). Les couches stratigraphiques les plus basses sont les plus anciennes et celles les plus hautes sont les plus jeunes. Les scientifiques peuvent donc déterminer l'âge approximatif des roches par l'examen de leur emplacement dans un ensemble de couches superposées et ainsi dater les fossiles qu'ils y retrouveront.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les fossiles

Les fossiles sont des traces d’organismes généralement préservées dans des roches sédimentaires. Comme les fossiles se forment en même temps que les couches stratigraphiques, les fossiles ont le même âge que la couche dans laquelle ils sont situés. De plus, les fossiles situés dans les couches stratigraphiques les plus enfouies sont plus vieux que les fossiles présents dans les couches stratigraphiques en surface.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

L'unité astronomique

L’unité astronomique représente une unité de longueur correspondant à la distance moyenne de la Terre au Soleil.

|1\,ua = \text {150 millions de km} = 150\,000\,000\,km = 150 \times 10^{6}\,km|

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir un exemple de calcul de conversion en unités astronomiques.

Si Saturne se situe à |1,429 \times 10^9 | km du Soleil, que représente cette distance en unités astronomiques ?

Par proportion, on obtient:

|\displaystyle \frac{1 \space ua}{x}=\frac{150\,000\,000\,km}{1,429 \times 10^9\,km}|

|{x}=9,53 \space ua|

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

L'année-lumière

L’année-lumière est définie comme étant une unité de longueur correspondant à la distance parcourue par la lumière en une année terrestre.

|1 al = \text {9460 milliards de km} = 9,46 \times 10^{12} \space km|
|1 al = 63\,240\,ua|

Clique sur l'onglet ci-dessous pour voir un exemple de calcul de conversion en années-lumières.

L'amas des Pléiades est à |3,80 \times 10^{15}| km de la Terre. Quelle est cette distance en années-lumière?

Par proportion, on obtient:

|\displaystyle \frac{1 \space al}{x}=\frac{9,46 \times 10^{12}\,km}{3,80 \times 10^{15}\,km}|

|{x}=402 \space al|

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les conditions favorables au développement de la vie

Les conditions favorables au développement de la vie sont les conditions qui ont permis l'apparition d'êtres vivants. Il existe une liste de conditions qu'une planète doit remplir pour permettre le développement d'une forme de vie. Ces conditions sont:

  • une distance idéale par rapport à l'étoile (la zone habitable);
  • une orbite de forme plutôt circulaire;
  • la présence d'une atmosphère;
  • une masse idéale pour la planète;
  • la présence d'eau liquide;
  • la présence d'une lithosphère.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

L'univers technologique

Le croquis

Un croquis est un dessin fait à main levée (sans l'aide d'instruments de dessin) qui permet d'exprimer rapidement sous forme graphique une idée ou un concept.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les tracés géométriques

Les tracés géométriques représentent l'ensemble des lignes qui forment un dessin technique en deux dimensions et dont l'exécution est basée sur les règles de géométrie, c'est-à-dire l'art de tracer des lignes et des courbes à l'aide d'une règle et d'un compas.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les lignes de base

Les lignes de base utilisées en dessin technique sont des lignes dont l'apparence et la signification sont régies par des conventions internationales. Ces lignes sont représentées dans le tableau ci-dessous.

Type de ligne Fonction Épaisseur du trait Exemple
Ligne de contour visibleReprésente les contours et les détails visibles de l'objetFort
Ligne de contour cachéReprésente les contours et les détails cachés de l'objetMoyen
Ligne de coteIndique la longueur d'une dimension de l'objet ou d'une partie de celui-ci (toujours placée entre deux lignes d'attache)Fin
Ligne d'attacheIndique le début et la fin d'une cote (entoure toujours une ligne de cote)Fin
Ligne d'axeIndique le centre d'un cercle ou la présence d'une symétrie dans une pièceFin

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La perspective

La perspective est une forme de représentation qui donne une impression de profondeur. Cette technique permet d'illustrer un objet en donnant l'illusion des trois dimensions.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La projection orthogonale à vues multiples

La projection à vues multiples est une représentation en deux dimensions de différentes vues d'un objet, chacune des vues correspondant à une des faces de l'objet.

s1603i31.JPG 

Source

Habituellement, trois vues sont suffisantes pour décrire les caractéristiques et les dimensions d'un objet. Par convention, on utilise les vues de face, de droite et de dessus.

s1603i32.jpg 

Source

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La projection orthogonale isométrique

La projection isométrique est la représentation en perspective d'un objet placé de manière à ce que les trois arêtes principales (qui correspondent aux trois dimensions de l'objet) forment des angles égaux de 120°. On peut se fier aux dimensions d'une projection isométrique pour connaître les dimensions réelles d'un objet. Toutefois, les angles sont déformés par rapport à la réalité.

s1603i33.jpg 

Source

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La projection oblique

La projection oblique est la représentation en perspective d'un objet placé de manière à ce qu'une de ses faces soit parallèle à la feuille de dessin, tandis que la profondeur est représentée par des droites obliques et parallèles entre elles.

s1603i34.jpg

La projection oblique présente les vraies dimensions (longueur, hauteur et mesures d'angles) de la face principale (la face parallèle à la feuille). Toutefois, la représentation des mesures associées à la profondeur de l'objet est faussée.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

L'échelle et son utilisation

Une échelle est le rapport entre les dimensions d'un objet sur un dessin et les dimensions réelles de l'objet.
Il existe trois façons de représenter un objet à l'échelle.

​Échelle ​Contexte d'utilisation
​Notation
​Échelle vraie grandeur
​Pour représenter un objet tout en respectant ses dimensions réelles​1:1
​Échelle de réduction
​Pour représenter un objet en réduisant ses dimensions​1:2, 1:3, ...
Échelle d'agrandissementPour représenter un objet en agrandissant ses dimensions​2:1, 3:1, ...

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les coupes

La coupe est le dessin d'un objet qu'on imagine coupé par une ligne d'axe de coupe et qui permet de rendre visibles les détails cachés d'un objet. La coupe permet de rendre plus apparents et plus compréhensibles les détails cachés à l'intérieur d'un objet.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les cotations

Les cotations servent à indiquer les dimensions de l'objet (longueur, hauteur, profondeur) et l'emplacement de divers éléments sur l'objet, comme un trou, une courbe ou une pente.

Il faut respecter quelques règles de base pour coter adéquatement un dessin.

  • Ne jamais croiser des lignes de cotation.
  • Placer les lignes de cote les plus courtes le plus près de l’objet à coter.
  • Dans la mesure du possible, regrouper les cotes entre les vues ou au-dessus des vues.
  • Coter à l’endroit où la forme décrit le mieux l’objet.
  • Ne pas coter sur les lignes de contour cachées.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les schémas et les symboles

Il existe différents types de schémas qui peuvent être utilisés pour représenter un objet.

  • Le schéma de construction est un dessin qui représente les pièces et les matériaux utilisés dans la fabrication d'un objet technique. De plus, certaines informations nécessaires à la construction des différentes pièces de même que les liaisons et les guidages entre celles-ci sont indiquées.
  • Le schéma de principe est un dessin qui représente le fonctionnement d'un objet technique: on y indique les forces et les mouvements en jeu.
  • Le schéma électrique est un dessin simplifié qui représente l'agencement des composantes d'un circuit électrique à l'aide de symboles normalisés.

Les symboles permettent de représenter le mouvement ou les forces exercées sur certaines pièces. Le tableau ci-dessous résume les principaux symboles utilisés.

Types de force Flexion
Traction
Compression
Cisaillement Torsion
Symboles
es1606i9.jpg
es1606i10.jpg es1606i11.jpg
es1606i12.jpg
es1606i13.jpg

Types de mouvement Translation rectiligne unidirectionnelle
Translation rectiligne bidirectionnelle
Rotation unidirectionnelle
Rotation bidirectionnelle
Mouvement hélicoïdal bidirectionnel
Symboles
es1606i4.jpg es1606i5.jpg es1606i6.jpg es1606i7.jpg es1606i8.jpg

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La fonction de liaison

La fonction de liaison est la fonction mécanique élémentaire jouée par tout organe qui lie ensemble différentes pièces d'un objet technique.

Il existe différents types de liaison.

​Type de liaison
​Description​Exemple

Liaison encastrement

​Il n'y a aucun mouvement entre les pièces liées.
Source
Liaison pivot glissantLa pièce guidée peut avoir un mouvement de rotation et de translation selon le même axe.
Source
​Liaison pivot​La pièce guidée peut avoir un mouvement de rotation selon un seul axe.
Source
​Liaison rotule​La pièce guidée peut avoir un mouvement de rotation dans plusieurs directions.
Source
​Liaison glissièreLa pièce guidée peut avoir un mouvement de translation selon un seul axe.
Source
​Liaison hélicoïdaleLa pièce guidée peut avoir un mouvement hélicoïdal (mouvement de rotation combiné à un mouvement de translation).​
Source

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les fonctions mécaniques élémentaires

Une fonction mécanique élémentaire est le rôle joué par une pièce à l'intérieur d'un objet technique.

Il existe cinq fonctions élémentaires:

​Fonction ​Définition
​LiaisonTout organe qui lie ensemble différentes pièces d'un objet technique.
​GuidageTout organe qui permet à un autre élément de se déplacer d'une façon précise, soit en rotation, en translation ou les deux à la fois.
​Étanchéité​Tout organe qui empêche un élément liquide, solide ou gazeux de s'échapper de son contenant.
​Lubrification​Tout organe qui permet de réduire le frottement entre deux pièces.
​Support​Tout organe qui sert à supporter et maintenir une ou plusieurs autres pièces dans une position donnée.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les mécanismes de transmission de mouvement

Un mécanisme de transmission du mouvement est un mécanisme qui transmet le mouvement d'une pièce vers une autre sans en modifier la nature. Le mouvement transmis peut être un mouvement de translation, de rotation ou hélicoïdal.

Il existe divers types de mécanismes de transmission du mouvement.

​Mécanisme ​Représentation ​DescriptionOrgane moteur
Organe mené
Organe intermédiaire
​Changement de vitesse
​Roues de friction
s1602i12.pngMécanisme comprenant deux roues non dentées qui ont un point de contact entre elles.
​Variable​Variable​Aucun​La petite roue tourne plus rapidement que la grande.
​Engrenages (ou roues dentées)
s1602i13.png​Mécanisme comprenant deux roues dentées ayant un point de contact entre elles.
​Variable​Variable​Aucun​​La petite roue tourne plus rapidement que la grande.
​Courroie et poulies
s1602i14.png​Mécanisme constitué de deux poulies reliées entre elles par une courroie.
​Variable​Variable​Courroie​​La petite roue tourne plus rapidement que la grande.
​Chaîne et roues dentées
s1602i15.png​Mécanisme constitué de deux roues dentées reliées entre elles par une chaîne.
​Variable​Variable​Chaîne​​La petite roue tourne plus rapidement que la grande.
​Vis sans fin et roue dentée
s1602i16.pngMécanisme constitué d'une vis et d'une roue dont les dents sont en contact avec les filets de la vis.
​Vis sans fin
​Roue dentée
​Aucun​Il y aura toujours une diminution de la vitesse.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les mécanismes de transformation de mouvement

Un mécanisme de transformation du mouvement est un mécanisme qui modifie la nature d'un mouvement lorsqu'il est transmis d'une pièce vers une autre. Le mouvement transformé peut être un mouvement de translation ou de rotation.

Il existe divers types de mécanismes de transformation du mouvement.

​Mécanisme ​Représentation ​Description ​Organe moteur
​Organe mené
​Réversibilité
Pignon et crémaillère
s1602i17.pngMécanisme comprenant une roue dentée (le pignon) qui, en tournant, entraîne la crémaillère dans un mouvement de translation.
Variable
Variable​Réversible
Vis et écrou
s1602i18.pngMécanisme comprenant une vis qui, en tournant, entraîne la translation de l'écrou.
​VariableVariable​Irréversible
Bielle et manivelle
s1602i19.png​Mécanisme comprenant une bielle, qui effectue un mouvement de translation, reliée à une manivelle, qui effectue un mouvement de rotation.
VariableVariable​Réversible
Came et tige poussoir
s1602i20.pngMécanisme qui comprend une came qui, en tournant, entraîne la translation de la tige poussoir.
​Came​Tige poussoir
​Irréversible

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les contraintes des matériaux

Une contrainte correspond à la tendance d'un matériau à se déformer sous l'effet de forces externes exercées sur lui. Une contrainte décrit donc l'effet des forces exercées sur un matériau.

Il existe différentes contraintes.

Type de contrainte Description Symbole
CompressionLes forces ont tendance à écraser le matériau.
TractionLes forces ont tendance à étirer le matériau. La traction est l'inverse de la compression.
TorsionLes forces agissant sur le matériau ont tendance à le tordre.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les propriétés mécaniques des matériaux

Une propriété mécanique est une propriété caractéristique d'un matériau qui décrit son comportement lorsqu'il est soumis à une ou plusieurs contraintes mécaniques.

Il existe plusieurs propriétés mécaniques justifiant le choix d'un matériau par rapport à un autre.

Propriété Définition Exemple
DuretéPropriété d'un matériau de résister à la pénétration d'un autre matériau.

Le diamant est le matériau qui possède la plus grande dureté.

DuctilitéPropriété d'un matériau de s'étirer sans se rompre.

Le cuivre, qui peut être étiré, est utilisé dans la fabrication de fils électriques.

ÉlasticitéPropriété d'un matériau de se déformer puis de reprendre sa forme initiale par la suite.Le pneu d'une voiture se déforme sous le poids de celle-ci.
FragilitéPropriété d'un matériau de se briser plutôt que de se déformer.Un verre en porcelaine se brise plutôt que de se déformer.
MalléabilitéPropriété d'un matériau de s'aplatir ou de se courber sans se rompre.L'aluminium est un matériau malléable que l'on peut aplatir en feuilles.
RésiliencePropriété d'un matériau de résister aux chocs sans se rompre.Un casque de moto est conçu pour résister aux chocs.
RigiditéPropriété d'un matériau de garder sa forme, même lorsqu'il est soumis à diverses contraintes.Le tablier d'un pont est conçu pour garder sa forme malgré le poids des voitures qui y circulent.
Résistance à la corrosionPropriété d'un matériau de résister à l'action de substances corrosives qui peuvent provoquer, entre autre, la formation de rouille.Une carrosserie d'automobile doit pouvoir résister à la rouille.
Conductibilité électriquePropriété d'un matériau de transmettre le courant électrique.Les fils électriques doivent être fabriqués dans un matériau conducteur.
Conductibilité thermiquePropriété d'un matériau de transmettre la chaleur.Un chaudron doit laisser passer la chaleur afin de pouvoir cuire les aliments.
Coefficient de dilatation thermiquePropriété d'un matériau dont le volume varie en fonction d'un changement de température.Le liquide à l'intérieur d'un thermomètre se dilate sous l'effet de la chaleur.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les bois et les bois modifiés

Le bois est un matériau ligneux provenant de la coupe et de la transformation des arbres. Il existe deux types de bois: les bois durs (grande résistance, grande dureté) et les bois mous (faible résistance, faible dureté).

Les bois modifiés sont des bois traités ou mélangés à d'autres substances pour obtenir un matériau possédant des propriétés différentes de celles du bois naturel.

Type de bois modifié Composition Propriétés
​Bois dur
​Bois provenant principalement des arbres feuillus, comme l'érable, le chêne ou le cerisier.
​Dureté
Rigidité
Résistance à l'usure
​Bois mou
​Bois provenant principalement des conifères comme le pin, le sapin et l'épinette.
​Mollesse
Flexibilité
Légèreté
ContreplaquéFabriqué en collant ensemble de grandes feuilles de bois de façon à ce que les fibres des feuilles soient alternées perpendiculairement les unes par rapport aux autres.Souplesse
Solidité
Semblable au bois dur, mais moins dispendieux
Panneau de particulesFabriqué à partir des résidus de coupe que l'on mélange avec une colle.Moins dispendieux que le contreplaqué
Peu résistant à l'eau
Panneau de fibresFabriqué avec du bois réduit en fibres que l'on mélange avec une colle.Facilité d'emploi
Résistance à l'usure
Moins dispendieux que le bois

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les métaux et les alliages

Un métal est un matériau extrait d'un minerai. C'est une substance généralement brillante, qui conduit bien l'électricité et la chaleur. Voici les propriétés de quelques métaux.

Métaux Propriétés mécaniques
Fer (Fe)Ductilité, malléabilité
Aluminium (Al)Malléabilité, ductilité, élasticité, légèreté, bonne conductibilité, résistance à la corrosion
Cuivre (Cu)Ductilité, malléabilité, lourdeur, excellente conductibilité électrique et thermique
Zinc (Zn)Dureté, ductilité, malléabilité, résistance à la corrosion
Magnésium (Mg)Légèreté, inflammabilité, malléabilité, ductilité
Nickel (Ni)Dureté, malléabilité, grande résistance à la corrosion
Chrome (Cr)Grande dureté, résistance à la corrosion, bonne conductibilité
Étain (Sn)Ductilité, malléabilité, faible point de fusion
Titane (Ti)Grande ductilité, légèreté, résistance à la corrosion
Plomb (Pb)Mollesse, malléabilité, lourdeur, ductilité, résistance à la corrosion
Tungstène (W)Mollesse, ductilité, légèreté, résistance aux hautes températures

Un alliage non ferreux ne contient pas de fer, mais combine plutôt d'autres métaux. Voici quelques alliages non ferreux et leurs principales propriétés.

Alliages non ferreux Propriétés mécaniques
LaitonDuctilité, malléabilité, lourdeur, résistance à la corrosion, bonne conductibilité
BronzeDureté, malléabilité, lourdeur, résistance à la corrosion, bonne conductibilité
TitaniumLégèreté, malléabilité, résistance à la corrosion, grande dureté

Un alliage ferreux est un alliage dont le principal constituant est le fer. Voici quelques alliages ferreux et leurs principales propriétés.

Alliages ferreux Propriétés mécaniques
FonteFragilité, dureté, lourdeur
Acier inoxydableRésistance à la corrosion, résistance mécanique, dureté
Acier douxFaible résistance à la corrosion, dureté
Fer blancFacilité de pliage et de coupe, résistance à la corrosion

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La pasteurisation

La pasteurisation consiste à chauffer un aliment pendant un certain temps afin de détruire le plus de bactéries dangereuses possible tout en préservant la qualité de l'aliment.
La pasteurisation est très utile dans la conservation des aliments.

  • Elle permet d'offrir des aliments moins dangereux pour la santé.
  • Elle prolonge le temps de conservation des aliments.
  • Elle préserve les propriétés nutritives des aliments.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La fabrication d'un vaccin

La fabrication de vaccins permet d'obtenir des virus ou des bactéries qui ont perdu leur pouvoir pathogène, mais qui ont conservé leurs caractéristiques. Il existe deux principaux procédés pour inactiver les virus ou les bactéries.

  • Les vaccins vivants (ou vaccins atténués) sont des virus qui ont perdu leur pouvoir de provoquer une maladie à la suite d'un traitement chimique. Dans ce type de vaccin, l'agent infectieux est toujours vivant, mais il a perdu son pouvoir de provoquer des infections.
  • Les vaccins inertes (ou vaccins inactivés) peuvent être produits par des virus qui ont été inactivés ou tués ou en n'utilisant qu'une ou plusieurs parties de l'agent infectieux, soit celles qui sont reconnues par les anticorps de l'hôte (les antigènes).

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La procréation médicalement assistée

La procréation médicalement assistée regroupe l'ensemble des procédés médicaux qui ont pour but d'aider les femmes à devenir enceintes. Il existe divers procédés de procréation.

Procédés
​Description
​Traitements hormonaux
​Prise de médicaments à base d'hormones par la femme qui ne déclenche pas d'ovulation
​Insémination artificielle
​Implantation de spermatozoïdes dans l'utérus de la femme (lorsqu'ils sont trop peu nombreux)
​Fécondation in vitro
​Fécondation d'un ovule par un spermatozoïde dans une éprouvette à l'extérieur du corps de la femme afin qu'il puisse être implanté une fois fécondé dans l'utérus.
​Fécondation par micro-injection
​Fécondation d'un ovule par injection d'un spermatozoïde à l'extérieur du corps de la femme afin qu'il puisse être implanté une fois fécondé dans l'utérus.

L’insémination artificielle a les utilités suivantes:

  • assurer la reproduction animale;
  • permettre une réponse à l’infertilité chez certains êtres humains;
  • assurer la conservation du patrimoine génétique.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La culture cellulaire

La culture cellulaire est un procédé qui permet aux cellules de se reproduire en dehors de leur milieu de vie naturel ou de l'organisme dont elles proviennent.

Pour pouvoir procéder à une culture cellulaire, il faut tenir compte de certains paramètres.

  • La source des cellules mères, soit la première cellule qui donne naissance aux autres cellules, peut provenir de différents organismes.
  • La croissance doit se faire dans un milieu stérile et dans un support (contenant) approprié selon les cellules. Il doit y avoir les nutriments appropriés et en quantité suffisante pour permettre la croissance.
  • La conservation peut se faire pour des cellules cultivées. Puisque le froid ralentit la croissance des cellules, il faudra envisager mettre les cellules au réfrigérateur, au congélateur ou dans l'azote liquide pour les conserver.
  • Les normes éthiques, soit les règles à respecter par les humains pour vivre en société, doivent être suivies afin d'éviter les cellules cultivées dans des buts nocifs pour les êtres humains.

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

La transformation génétique et les OGM

Une transformation génétique est la modification de l'ADN d'une espèce par le retrait, la modification ou l'introduction de certains gènes.

Il existe des avantages et des inconvénients aux transformations génétiques. En voici quelques-uns.

​Avantages ​Inconvénients
​Production de plantes résistantes aux parasites ou aux insectes
Dispersion des OGM dans la nature, ce qui contaminerait les espèces naturelles
​Production de plantes plus nutritives
​​Effets inconnus à long terme de l'utilisation des OGM
​Production d'une plus grande quantité de plantes
Menace pour la biodiversité
​Meilleure compréhension du rôle et du fonctionnement des gènes
Développement de résistance aux nouveaux gènes
​Production de plantes offrant un rôle spécifique (ex: plante produisant des médicaments, plante pouvant décontaminer le sol)
​Modification de l'écosystème du sol

Pour avoir accès à d'autres exemples et à plus d'explications sur cette notion, n'hésite pas à consulter la bibliothèque virtuelle.

Pour retourner au menu en haut de la page, clique ici.

Les vidéos
Les exercices
Les références