Français f1079

L'hémistiche et la césure

L'hémistiche

L’hémistiche représente la moitié du vers. On l’utilise surtout dans le cas de l’alexandrin (vers de douze syllabes), où il se trouve après la sixième syllabe.

 

Et je les écoutais,/assis au bord des routes
- Arthur Rimbaud

- L’hémistiche se trouve immédiatement après écoutaisais étant la 6e syllabe.

La césure

La césure correspond à une pause ou à un arrêt dans un vers dont elle ne doit pas briser le sens. La césure marque le rythme du poème.

Dans le cas des alexandrins classiques, la césure peut être au même endroit que l’hémistiche. Pour donner un rythme régulier à leurs poèmes, les auteurs plaçaient la césure au même endroit dans tous leurs vers. Il n’y avait toutefois pas de règles fixes concernant la césure, les auteurs la disposaient à leur guise, selon le sens du texte. Il y a donc plusieurs façons de diviser un vers contenant 12 syllabes.

// = césure

Juste ciel ! // tout mon sang dans mes veines se glace. (3-9)
Ô désespoir ! // ô crime ! // ô déplorable race ! (4-2-6)
Voyage infortuné ! // Rivage malheureux (6-6)
Fallait-il approcher // de tes bords dangereux ? (6-6)
- Jean Racine

 

Le texte poétique

Les vidéos
Les exercices
Les références