Autres t1002

Stimuler le goût et la fierté d'apprendre, une clé de la réussite

Le besoin pour l'enfant de comprendre le monde et d'y devenir compétent est aussi fort et profond que son besoin de nourriture, de repos ou de sommeil. Parfois, il est même plus fort.

John Holt, auteur et éducateur américain

Pour stimuler le goût d'apprendre, il n'est jamais trop tôt

Il suffit d'observer un enfant pendant quelque temps pour comprendre qu'il apprend tout par le jeu. En effet, en jouant, il apprend sur le plan moteur, sur le plan cognitif et sur le plan affectif, qui est à la base de tout le reste.

Par le jeu, l’enfant apprend à structurer sa pensée : il développe sa curiosité et prend conscience de l’impact qu’il peut avoir. Il aborde les situations sous divers angles, développe sa créativité et trouve des solutions. En résumé, l’enfant expérimente le plaisir d’agir et le plaisir d’apprendre, ce qui revient au plaisir d’être actif et au plaisir de vivre. Cette période d'apprentissage par le jeu doit être valorisée et vous ne devez pas hésiter à en faire partie.

Concrètement, ce que vous pouvez faire

1. Soutenez tant qu'il est nécessaire cet univers ludique si naturel pour votre enfant, ne le jugez pas négativement parce qu'il invente constamment.

2. Soyez vous-même créatif et jouez avec lui, élevez le jeu à un plus haut niveau en y ajoutant un côté plus constructif.

3. N'hésitez pas à initier le jeu. Inventez par exemple une aventure dans laquelle votre enfant devra répondre à diverses questions pour trouver un trésor, ainsi vous stimulerez l'effort et valoriserez les connaissances.

92492430-t1002i2-filtre_jpg.jpgLa confiance en soi, des ailes pour l'avenir

C’est grâce aux interactions satisfaisantes avec ses parents que l’enfant développe sa confiance en lui et envers les autres.

Que faire pour lui transmettre cette confiance ? Une bonne façon consiste à fixer des objectifs raisonnables et personnalisés. Également, il faut éviter toute comparaison avec d'autres, comparaison qui ne saurait tenir compte objectivement de tous les paramètres. Cette suggestion reste valable à tout âge.

La meilleure attitude, vous l’aviez sûrement lorsque votre enfant a appris à marcher. Pour un petit pas, vous l’avez félicité, puis vous l’avez encouragé à en faire un de plus, et vous avez accepté qu’il tombe et se relève. Tentez aujourd’hui, face aux apprentissages de votre jeune, de retrouver cet émerveillement que vous aviez lorsqu'il a appris à faire ses premiers pas. Sachez également que vos encouragements et vos réactions font toute la différence pour lui.

Concrètement, ce que vous pouvez faire

1. N'hésitez pas à communiquer à votre enfant vos félicitations quand elles sont pleinement méritées : « Bravo ! », « Tu as fait du bon travail ! », « Je suis fier de toi ! », etc.

2. Placez toutes les conditions gagnantes à sa réussite (sans lui donner les réponses, ça va de soi). On y arrive souvent en divisant une tâche complexe en plusieurs étapes davantage à la portée du potentiel de l'enfant. Au besoin, revenez à la base pour le mettre en confiance.

3. Pointez-lui ses réussites personnelles en l'aidant à visualiser les progrès qu'il a faits. Il a besoin de savoir qu'il s'améliore et que vous le remarquez. S'il a des frères et des soeurs, ne faites pas de comparaisons entre eux de vive voix. Comparez toujours l'enfant par rapport à lui-même puisqu'il devra connaître ce qu'il est fondamentalement s'il veut s'épanouir.

Vous êtes un modèle pour votre enfant, sa première idole

Cher parent, savez-vous que c’est vous qui avez la plus grande influence sur votre enfant ?

Même si, parfois, comme parent, il vous semble devoir lutter contre l’influence de l’environnement sur votre jeune, il ne faut pas perdre de vue que vous êtes son assise principale; un modèle et un éducateur de première importance. Il est vrai toutefois que ce rôle n’est pas toujours facile à tenir. Il demeure que vos propres attitudes à l’égard de l’école et des études peuvent avoir de grandes conséquences sur les attitudes de votre enfant pendant son cheminement scolaire.

Concrètement, ce que vous pouvez faire

1. Accordez de la valeur à l'école en vous intéressant à ce qu'il a fait dans la journée, ainsi vous installerez une saine communication entre vous. Il vous sera également plus aisé d'établir une discipline importante à la réussite scolaire dans un climat déjà ouvert et favorable. Tout le monde y gagne.

2. Intéressez-vous aussi, utilisez ce que votre jeune apprend pour amorcer des discussions, cherchez avec lui, ayez un esprit ouvert face aux connaissances. Voyez l'apprentissage comme un partage potentiel. Montrez-lui qu'apprendre n'est pas un processus passif.

3. Ne soyez jamais vous-même découragé, exaspéré, dépassé par une situation; votre jeune s'appuiera sur votre perception des choses. Une attitude négative de votre part freinera sa volonté à faire des efforts.

Stimuler le goût et la fierté d'apprendre, c'est un travail d'équipe

Quand tout le monde forme équipe et tient un discours commun sur l'importance de l'école, il est plus difficile pour le jeune de remettre en doute cette importance.

Les parents veulent que leurs enfants réussissent à l’école. Les enseignants recherchent la réalisation de ce même objectif. Les parents ont besoin des enseignants pour que les enfants connaissent des succès à l’école, tout comme les enseignants ont besoin des parents pour que ces succès soient possibles. Parents et enseignants ont donc tout intérêt à travailler ensemble.

Parfois, il faut pousser plus loin les actions et consulter des intervenants. Accepter d’être aidé, c’est bon pour les jeunes, mais c’est aussi bon pour les parents. N'hésitez pas à consulter tôt si vous faites des observations qui soulèvent chez vous des inquiétudes.

Concrètement, ce que vous pouvez faire

1. N'attendez pas avant de communiquer avec l'enseignant de votre jeune si vous faites une observation qui vous préoccupe. Un simple coup de téléphone ou un message laissé dans l'agenda permet des échanges importants pour mieux faire équipe.

2. Participez aux rencontres quand vous y êtes convié. Les rencontres de début d'année scolaire, les rencontres de parents, les remises de bulletins sont de belles occasions qui permettent des échanges constructifs.

3. Si votre enfant connaît des difficultés majeures, n'attendez pas avant de vous informer sur les ressources d'aide disponibles.

 

La motivation scolaire, un enjeu majeur de la réussite
Mon enfant n'aime pas l'école, que faire ?

Les vidéos
Les exercices
Les références