Autres t1025

Démarche à suivre lorsque mon enfant est victime d'intimidation

Comment aider un jeune victime d'intimidation ?

1. Initiez le dialogue si vous avez des soupçons. Posez des questions et laissez toujours la porte ouverte à la discussion si l'enfant hésite à se confier.

2. Restez calme afin de rassurer votre jeune et ne le blâmez pas.

3. Si votre jeune reste muet et que vous avez de sérieux doutes, informez-vous auprès de ses amis en qui vous pouvez avoir confiance.

4. Conseillez à votre jeune de dénoncer ses agresseurs et d'éviter de se venger, car cela ne pourrait faire qu'empirer la situation.

5. Conseillez à votre jeune de rester avec des amis dignes de confiance et d'éviter les endroits propices à l'intimidation.

6. Mettez au point avec lui une façon efficace de faire face aux attaques. Selon des études, les réactions passives ou de peur, ainsi que les réactions agressives à l'intimidation, peuvent inciter l'auteur à continuer.

Le jeune qui vient vous demander de l'aide a peut-être besoin de paroles d'encouragement en plus de conseils pratiques. Essayez certaines des suggestions qui suivent, en vous servant de votre jugement pour les adapter aux circonstances :

  • « Reste calme et essaie de ne pas montrer que tu es contrarié. Essaie de ne pas réagir en te mettant en colère, car cela peut empirer les choses. »
  • « Regarde la personne droit dans les yeux et dis-lui que tu n'aimes pas ce qu'elle fait. »
  • « Aussitôt que tu le peux, va voir un adulte en qui tu as confiance et raconte-lui ce qui s'est passé. C'est ton droit d'être en sécurité. »
  • « Si tu as peur d'en parler tout seul à un adulte, demande à un ami de t'accompagner. »
  • « Reste près des personnes sur qui tu sais que tu peux compter pour prendre ta défense. »
  • « Ne va pas dans les endroits où tu sais que tu peux te faire intimider. »

Comment dois-je agir auprès de l'école ?

Si l'intimidation nuit au fonctionnement de l'enfant, il faut agir sans attendre. Égide Royer, psychologue et professeur titulaire à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval, a d'ailleurs établi la règle du 48-48-48.

1. Avisez la direction d'école de la situation par téléphone. On devrait vous informer des mesures prises pour que la situation cesse dans les prochaines 48 heures.

2. Si vous ne recevez aucune réponse, avisez par écrit la direction de l'école (avec copie conforme à la direction de la commission scolaire) et demandez une réponse dans les 48 heures suivantes.

3. Si vous ne recevez toujours aucune réponse, avisez le Protecteur de l'élève attitré à la commission scolaire et demandez une réponse dans les 48 heures.

4. En tout temps, si vous croyez que votre enfant est en danger, n'hésitez pas à appeler la police. L'intimidation peut être considérée comme un acte criminel selon le Code criminel du Canada.

Que faire en cas de cyberintimidation ?

1. Recommandez à votre enfant de ne jamais répondre aux messages intimidants.

2. Bloquez les adresses des personnes qui l'intimident et, si vous le jugez bon, retracez-les.

3. Dites à votre enfant de sauvegarder les messages d'intimidation reçus (imprimez-les au besoin), ils sont des preuves importantes quand vient le temps de faire une dénonciation officielle.

4. Si la personne qui intimide va à la même école que lui, il faut la dénoncer (voir l'encadré précédent).

5. En tout temps, appelez la police si la sécurité de votre enfant vous semble compromise.

Un peu de prévention...

1. Encouragez votre enfant à privilégier le contact avec ses amis à l'extérieur de l'espace virtuel.

2. Soyez l'ami Facebook de votre enfant et vérifiez qui sont ses amis. Questionnez-le sur le lien qui l'unit à chacun d'eux et montrez-lui à bien les choisir.

3. Avoir un ordinateur situé dans une zone commune (comme le salon) facilite la supervision parentale. Cela permet de vérifier de temps à autre la teneur des conversations qu'entretient votre enfant et de l'éduquer dans l'usage qu'il fait des technologies.

Si mon enfant est intimidateur, comment dois-je agir ?

1. Gardez votre calme, écoutez-le et dites-lui que vous prenez la situation au sérieux.

2. De concert avec l'école, faites un arrêt d'agir.

3. Revenez sur l'incident et creusez pour connaître les causes qui l'ont motivé.

4. Rappelez-lui l'importance du respect d'autrui et des différences.

5. Outillez-le afin qu'il adopte une autre façon de régler les conflits et de gérer sa colère (demandez l'aide de spécialistes : psychologue, psychoéducateur, etc.).

6. Passez plus de temps avec votre enfant, vérifiez ses activités et informez-vous sur ses amis.

7. Expliquez-lui les conséquences possibles de l'intimidation (expulsion de l'école, plainte à la police, etc.), mais aussi sur celles qui touchent la personne intimidée (suicide, dépression, etc.).

Comment encadrer un enfant témoin d'intimidation ?

1. Proposez-lui d'aller réconforter la personne à qui on a fait du tort en lui disant que ce qu'elle a vécu n'était ni juste ni mérité.

2. Dites-lui de ne pas attendre pour dénoncer, surtout s'il est témoin plus d'une fois d'un événement où l'intimidation d'une même personne est en cause.

3. S'il dit avoir peur de dénoncer, proposez-lui de se faire accompagner par un ami ou d'aller prendre conseil et chercher de l'aide auprès d'une figure d'autorité en qui il a confiance.

4. Suggérez-lui d'aider la personne qui est victime d'intimidation et se montrant amical, serviable, sans toutefois prendre tout le poids du problème sur ses épaules.

 

Mon enfant se fait-il intimider ? Comment savoir et bien réagir ?

Les vidéos
Les exercices
Les références