Histoire h1422

L'organisation sociale en Mésopotamie

Les cités-États

En Mésopotamie, une cité-État est une ville qui est la capitale d'un royaume et possède son propre gouvernement ainsi que ses institutions. Elle est totalement souveraine.

La Mésopotamie regroupe plusieurs villes qu'on appelle cités-États, c'est-à-dire des villes qui possèdent les mêmes pouvoirs qu'un pays actuel. Elle est en mesure de prendre toutes ses décisions de façon indépendante par rapport aux autres territoires. En d'autres mots, une cité-État possède son propre gouvernement, ses propres lois et ses propres institutions. Par contre, le mode de gouvernance peut grandement changer d'une cité à une autre.

Même si les cités-États mésopotamiennes ont des modes de fonctionnement différents, on y retrouve souvent des institutions et des infrastructures semblables. Par exemple, le chef (qu'on appelle roi, prince ou seigneur) habite généralement dans un palais qui est entouré de fortifications. On retrouve également d'autres bâtiments comme un marché (pour échanger des produits) et des temples et des ziggourats (pour prier et honorer les dieux.)

Reconstitution d'une cité-État (Babylone)
Source

L'organisation sociale

La population des cités-États mésopotamiennes est divisée en groupes selon leurs tâches et leurs pouvoirs.

h1422-3.png

Sources des images: Roi / Nobles 1 / Nobles 2 / Peuple 1 / Peuple 2 / Peuple 3 / Esaclves

Le roi

Le roi est le chef ultime de la cité-État. Il gère l'armée, les travaux de construction et d'irrigation, les surplus alimentaires et les impôts. Bref, il détient le pouvoir absolu car il est le représentant des dieux sur terre.

h1422-5.jpg

Fresque de Nabuchodonosor, roi de Babylone
Source

Les nobles

Les nobles représentent le groupe social près de la royauté. Ce groupe est composé des membres de la famille royale, des prêtres, des fonctionnaires et des scribes. La noblesse assiste le roi dans sa prise de décisions, exécute ces ordres et possède les terres. Les scribes possèdent beaucoup de pouvoir, car ils savent lire et écrire.

h1422-6.jpg 

Statue d'un grand prêtre mésopotamien
Source

Le peuple

Le peuple est composé des artisans, des commerçants, des soldats et des paysans. Toutes ces personnes sont illettrées (ne savent pas lire) et forment la majorité de la population. Les artisans fabriquent les objets nécessaires à la vie quotidienne. Les commerçants, pour leur part, vendent des produits au marché et importent des ressources naturelles. Évidemment, les soldats défendent le territoire et font la guerre à l'étranger. Finalement, les paysans s'occupent de l'alimentation de la population en cultivant les champs et en élevant le bétail.

h1422-7.jpg 

Peinture représentant le peuple lors d'un mariage à Babylone
Source

Les esclaves

Les esclaves sont des prisonniers de guerre ou des personnes n'ayant pas pu rembourser une dette. On les utilise comme ouvriers dans la cité-État.

h1422-8.jpg 

Oeuvre représentant des esclaves babyloniens
Source

Le Code d'Hammourabi

Avec l'apparition de cités-États de plus en plus peuplées, il y a un besoin de créer des règlements, des lois et de s'assurer qu'ils soient connus de toute la population. Vers 1750 av. J.-C., un roi de Babylone, nommé Hammourabi, mit au point un code de lois pour assurer l'ordre dans sa cité. Ce code, appelé le Code d'Hammourabi, contient près de 300 articles de loi qui encadrent l'ensemble des domaines : l'agriculture, la famille, le commerce, la propriété, etc.

h1422-4.jpg
Buste du roi Hammourabi
Source

Stèle sur laquelle est inscrit le code D'Hammourabi
Source


Le Code d'Hammourabi illustre à tous les habitants quelles sont les lois à respecter et les conséquences du non-respect de ces lois. Ce code correspond à la loi du Talion: «oeil pour oeil, dent pour dent», comme le démontre le passage suivant:

Si quelqu'un a crevé un œil à un notable, on lui crèvera un œil. S'il a brisé un os à un notable, on lui brisera un os.

Ce code fait une distinction selon la classe sociale à laquelle les personnes appartiennent. La conséquence pour avoir porté atteinte à un noble n'est pas la même que pour une personne du peuple.

Les vidéos
Les exercices
Les références