Français f1427

L'allitération et l'assonance

​​L'allitération et l'assonance sont deux figures de style qui visent à créer des effets sonores fondés sur la répétition de consonnes (allitération) ou de sons vocaliques (assonance) identiques.

L'allitération

L'allitération est une figure de style qui consiste en la répétition d'une ou de plusieurs consonnes. Elle sert à créer différents effets comme  reproduire ou évoquer un bruit associé à un élément, produire une musicalité, etc. 

1. Vous qui voulez captiver vos convives avec un vocabulaire sans équivalent, converser convenablement, sans controverse, évoquer objectivement des convictions attractives et clairvoyantes, ce vocable sans équivoque devrait vous convaincre. 

2. Des blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles
​-Mallarmé

3. C'est le règne du rire amer et de la rage. 
-Émile Nelligan


Cette figure de style jouant avec les sons cherche parfois à inspirer au lecteur une relation entre le sens du texte et l'effet d'insistance inscrit dans sa forme sonore. C'est ce qu'on appelle une harmonie imitative.


Dans l'exemple suivant, la répétition du son [ s ] imite ce qui est représenté, un serpent.

1. Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?
- Andromaque, Jean Racine

​​​

Dans l'exemple suivant, la répétition des consonnes t, d et r crée un effet de dureté.

1. Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
- Le dormeur du val, Arthur Rimbaud


L'assonance

L'assonance est une figure de style qui consiste en la répétition d'un même son vocalique. L'effet recherché est la mise en relief d'une sonorité qui peut être en lien avec le propos. 

L'assonance produit un effet harmonique d'insistance en raison de la répétition d'un même son vocalique (comportant une voyelle).


1. Oh ! qui verra deux fois ta grâce et ta tendresse,
Ange doux et plaintif qui parle en soupirant ?
Qui naîtra comme toi portant une caresse
Dans chaque éclair tombé de ton regard mourant,
Dans les balancements de ta tête penchée,
Dans ta taille indolente et mollement couchée,
Et dans ton pur sourire amoureux, et souffrant ?
- La maison du berger, Alfred de Vigny

2. L'aurore grelottante en robe rose et verte.
-Baudelaire

3. Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages. 
-Lamartine

4. Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant.
-Verlaine

 

Il existe d'autres figures de style.

Les vidéos
 
Les exercices
Les références