Skip to content

Concours Relooke ton coin d'études

En posant une question scolaire sur la Zone d'entraide, tu pourrais gagner un prix de 350 $! Voir les détails

Voir les détails

Zone d’entraide

Question de l’élève

Secondaire 4 • 1a

Bonjour,

À quoi ressemblait l'économie coloniale entre 1840 et 1896 ?

Merci !

Histoire
avatar
avatar

{t c="richEditor.description.title"} {t c="richEditor.description.paragraphMenu"} {t c="richEditor.description.inlineMenu"} {t c="richEditor.description.embed"}

Explications (1)

  • Explication d'Alloprof

    Explication d'Alloprof

    Cette explication a été donnée par un membre de l'équipe d'Alloprof.

    Options
    Équipe Alloprof • 1a April 2021 modifié

    Bonjour Limacerapide,


    Merci pour ta question :) !


    Avant l'Acte d'Union (Protectionnisme) :

    D'abord, le commerce colonial a surtout débuté au début du 19e siècle en raison du blocus continental de Napoléon ayant forcé le Royaume-Uni à s'approvisionner en bois dans sa colonie du Bas-Canada. La métropole pratique alors le protectionnisme en offrant des tarifs préférentiels, c'est-à-dire que les taxes à l'importation sur les matières et produits en provenance des colonies sont moins élevées que celles sur les matières et produits en provenance d'autres pays européens. La métropole protégeait donc l'économie de ses colonies contre la concurrence des autres pays en augmentant les prix de douanes sur les produits en provenance d'autres pays. Les acheteurs britanniques favorisaient donc l'achat de matières et produits en provenance des colonies, puisqu'ils coûtaient généralement moins cher en raison des tarifs douaniers plus faibles. Le commerce du bois ainsi encouragé, le bois devient le principal produit d'exportation du Bas-Canada tandis que le blé devient le principal produit d'exportation du Haut-Canada.


    Économie du Canada-Uni après l'Acte d'Union de 1840 (Libéralisme économique) : Le Royaume-Uni abandonne le protectionnisme et adopte le mouvement de pensée nommé libéralisme économique et son système économique nommé le libre-échange. Selon ce nouveau courant de pensée, dont le principal auteur est Adam Smith, l'État devrait intervenir au minimum dans l'économie et les échanges commerciaux, croyant que le marché se régulerait de lui-même pour le bénéfice du plus grand nombre. Le libéralisme économique s'oppose donc au protectionnisme. Le libre-échange abolit donc les tarifs douaniers, les considérant comme un frein au commerce. Par le fait même, le Canada-Uni se retrouve alors en concurrence direct avec les autres pays qui désirent eux aussi faire commerce avec cette riche puissance. L'Empire britannique ne soutient alors plus l'économie de ses colonies.


    Industrie forestière après 1840 :

    Toutefois, le commerce du bois continue de se développé au cours des années 1840, notamment au Saguenay, en Outaouais et en Mauricie, puisque les marchands du Royaume-Uni demeurent les principaux investisseurs dans ce domaine au Canada-Uni. L'industrie forestière nécessite beaucoup de main-d'oeuvre, offrant alors des emplois aux agriculteurs en hiver, saison au cours de laquelle ils ne peuvent travailler dans les champs en raison du climat. À Québec, on utilise les ressources forestières pour construire des navires, principalement destinés à l'exportation au Royaume-Uni pour la flotte commerciale et militaire. Durant les années 1840, le port de Québec deviendra d'ailleurs l'un des plus grands ports au monde !


    Traité de réciprocité avec les États-Unis (1854) :

    Suite à l'adoption du libre-échange par la métropole, le Canada-Uni fait face à la concurrence des autres pays et voit ses exportations dans divers domaines diminuées. Il doit donc trouver de nouveaux marchés pour vendre ses matières, ressources et produits. C'est alors qu'il se tourne vers son voisin du sud, les États-Unis. En 1854, le Canada-Uni et les États-Unis signent le Traité de réciprocité, permettant d'augmenter les échanges commerciaux entre eux. Le Traité stipule que les États-Unis n'imposeront pas de taxes douanières sur les matières premières ni les produits agricoles en provenance du Canada-Uni. Assurant ainsi un faible prix des produits canadiens aux acheteurs américains, le blé, le bois et le charbon sont massivement exportés vers les États-Unis. Le Traité prendra fin en 1866 alors que les États-Unis refuseront de le renouveler. Le Canada-Uni devra donc trouver de nouvelles solutions pour continuer son développement économique. Toutefois, durant cette période de 12 ans, le Traité de réciprocité aura permis le développement du Canada-Uni, notamment en stimulant les progrès techniques et l'industrialisation ainsi qu'en développement un vaste réseau de transport (canaux et chemins de fer) pour le commerce avec les voisins du sud.


    Pour en apprendre plus sur le Traité de réciprocité, je t'invite à consulter notre fiche sur le sujet : https://www.alloprof.qc.ca/fr/eleves/bv/histoire/le-traite-de-reciprocite-avec-les-etats-unis-h1607


    Pour en apprendre plus sur l'économie coloniale du Canada-Uni après 1840, je t'invite à consulter notre fiche sur le sujet : https://www.alloprof.qc.ca/fr/eleves/bv/histoire/l-economie-coloniale-1840-a-1848-h1603#la-fin-du-protectionnisme-et-l-adoption-du-libre-echange-par-le-royaume-uni


    Si tu as d'autres questions, n'hésite pas à nous réécrire ! :)


    Noémie