Skip to content

Zone d’entraide

Question de l’élève

Secondaire 1 • 1a

Salut,

Qu’est-ce qu’une phrase de base?

Merci :)

Français
avatar
avatar

{t c="richEditor.description.title"} {t c="richEditor.description.paragraphMenu"} {t c="richEditor.description.inlineMenu"} {t c="richEditor.description.embed"}

Explications (1)

  • Explication d'Alloprof

    Explication d'Alloprof

    Cette explication a été donnée par un membre de l'équipe d'Alloprof.

    Options
    Équipe Alloprof • 1a March 2021 modifié

    Salut, merci pour ta question. :)

    Voici les informations qui pourront t'être utiles.

    Une phrase de base doit être :

    1) Déclarative (La phrase de termine par un point (.) et n’est pas impérative, ni exclamative (!), ni interrogative (?).)

     

    Est une phrase de base :

    Le chat boit du lait. (P déclarative)

    Julie magasine. (P déclarative)

    Ma couleur préférée est le vert. (P déclarative)

     

    N’est pas une phrase de base :

    Buvons du lait. (P impérative)

    Quelle belle séance de magasinage ! (P exclamative)

    Quelle est ta couleur préférée ? (P interrogative)

     

    2) Positive (La phrase ne contient pas de marqueurs de négation (ex. : ne…pas, ne…guère, aucun…ne))

     

    Est une phrase de base :

    J’aime l’hiver. (P positive)

    Andrei achète des cahiers pour l’école. (P positive)

    Mon poisson rouge vivra longtemps. (P positive)

     

    N’est pas une phrase de base :

    Je n’aime pas l’hiver. (P négative)

    Andrei n’achète aucun cahier pour l’école. (P négative)

    Mon poisson rouge ne vivra guère longtemps. (P négative)

     

    3) Active (Le sujet fait l’action dans la phrase.)

     

    Est une phrase de base :

    Le yéti pratique le ski. (P active)

    Loredana mange ses spaghettis. (P active)

    Pablo peint une géante toile. (P active)

     

    N’est pas une phrase de base : (Le complément du verbe devient le sujet)

    Le ski est pratiqué par le yéti. (P passive)

    Les spaghettis sont mangés par Loredana. (P passive)

    Une géante toile est peinte par Pablo. (P passive)

     

    4) Neutre (La phrase ne comporte pas de marqueurs emphatiques.)

     

    Est une phrase de base :

    Laura mange une pomme. (P neutre)

    Les oiseaux volent dans le ciel. (P neutre)

    Faire mon lit me décourage. (P neutre)

     

    N’est pas une phrase de base : (Remarquez les marqueurs emphatiques, ils sont placés devant (c’est/ce sont) et après le sujet (qui))

    C’est Laura qui mange une pomme. (P emphatique)

    Ce sont les oiseaux qui volent dans le ciel. (P emphatique)

    C’est faire mon lit qui me décourage. (P emphatique)

     

    5) Personnelle (Le sujet représente une personne/un objet/un animal.)

     

    Est une phrase de base :

    La pluie tombe sur le toit. (P personnelle)

    Il découpe sa feuille en quatre. (P personnelle)

    Ils se trouvent sur la table. (P personnelle)

     

    N’est pas une phrase de base : (Le « il » ne remplace rien, il est impersonnel.)

    Il pleut sur le toit. (P impersonnelle)

    Il y a une feuille découpée en quatre. (P impersonnelle)

    Il faut retrouver des clous sur la table. (P impersonnelle)


    Informations complémentaires:

    Elle comprend aussi deux constituants obligatoires :

    Le sujet (On peut encadrer le sujet par les marqueurs c’est…qui ou le remplacer par un pronom.)

    Le prédicat (On procède à l’identification du sujet (encadrement/remplacement) et du complément de phrase (déplacement/dédoublement) d’abord, ensuite, on identifie le prédicat à l’aide de la partie de phrase restante. (Groupe du verbe + ses compléments))

    Elle peut aussi contenir un constituant facultatif (non obligatoire) :

    Le complément de phrase

    On peut le repérer grâce à la méthode du déplacement. (Faites attention au positionnement de la virgule.)

    Ex. : Cheng lit sa nouvelle bande dessinée dehors.

    Dehors, Cheng lit sa nouvelle bande dessinée.

    Cheng, dehors, lit sa nouvelle bande dessinée.

    On peut aussi repérer le complément de phrase avec la méthode du dédoublement (ajout de et cela se passe avant le premier mot du complément de phrase pour tester la grammaticalité (en d’autres mots, est-ce que la phrase se dit bien à l’oral.) de celle-ci).

    Ex. : Roxanne écrit son nouveau roman depuis des semaines.

    Roxanne écrit son nouveau roman et cela se passe depuis des semaines.