Skip to content

Zone d’entraide

Question de l’élève

Secondaire 5 • 7m

Bonsoir,

Si les émotions dans ma métaphore filée sont les suivantes : agitation à folie totale. Puis-je mettre cette expression : Elle avait le cœur gros? (Après ce paragraphe : La jeune damoiselle qui regardait par la fenêtre se liquéfiait comme du beurre dans une poêle et le couvercle de sa tête s'agitait pour retenir la pression des particules qui voulaient sortir. Son cerveau commença à s'ébranler. Elle s'agitait comme des éléments subatomiques. Ça lui donnait la chair de poule. Ses pensées tournoyaient donc, elle avait le cœur gros.)

Merci et bonne soirée! :)

Français
avatar
avatar

{t c="richEditor.description.title"} {t c="richEditor.description.paragraphMenu"} {t c="richEditor.description.inlineMenu"} {t c="richEditor.description.embed"}

Explications (1)

  • Explication d'Alloprof

    Explication d'Alloprof

    Cette explication a été donnée par un membre de l'équipe d'Alloprof.

    Options
    Équipe Alloprof • 7m October 2021 modifié

    Bonjour !

    Oui, avoir le coeur gros se dit.

    Voici par contre un petit rappel concernant la métaphore filé:

    • Ce doit être une suite de métaphore unies à l'entour du même thème.

    Je comprends que tu parles de l'agitation et de la folie totale, mais tu as beaucoup d'image en lien avec la chimie ou même avec la cuisine. Cela fait en sorte que ta métaphore filée est entrecoupée et c'est donc plus difficile pour le lecteur de la repérer.

    Tu commencer par dire qu'elle se «liquéfiait comme du beurre», tu parles de couvercle et de la pression.

    Suggestion : Pourquoi ne laisserais-tu pas de côté les allusions à la chimie ? Tu pourrais ainsi te concentrer sur la cuisine.

    • Et sa tête, un couvercle pour retenir les pensées qui voulaient en sortir
    • Son instinct commençait à se brouiller
    • Quelque chose peut-être avec le débordement ? Ou le fait de remuer?
    • Son sang bouillonnait dans ses veines, elle avait la chair de poule
    • Remuer le couteau dans la plaie ?
    • Avoir une faim de s'évader ? La soif du malheur ?
    • Amertume (autant dans le goût culinaire que dans des sentiments)

    Tu vois ce que je veux dire ? Ici, on parle encore d'agitation, mais en utilisant un champ lexical et des images liées à la cuisine. Elle est là ta métaphore filée!

    Je sais que je t'avais déjà suggéré d'utiliser «pensées tournoyaient» dans une autre publication, mais je n'avais pas vu l'ensemble de ton texte. Je suis certaine que tu pourrais trouver un verbe plus approprié dans ce contexte ;) Indice : pense à des expressions de cuisine !

    Aussi, j'ignore de quoi exactement parle ton texte, mais une petite suggestion si tu parles de vengeance :

    « La vengeance est un plat qui se mange froid » (hop ! comment bien conclure ta métaphore filée !).

    Pour t'inspirer, voici un exemple d'une métaphore filée que tu peux retrouver sur notre fiche

    L'empereur était là, debout, qui regardait.

    Il était comme un arbre en proie à la cognée.

    Sur ce géant, grandeur jusqu'alors épargnée,

    Le malheur, bûcheron sinistre, était monté;

    Et lui, chêne vivant, par la hache insulté,

    Tressaillant sous le spectre aux lugubres revanches,

    Il regardait tomber autour de lui ses branches.

    — Victor Hugo


    Comme tu peux le voir, on compare en premier lieu à un arbre. Puis, on reprend ce thème dans les lignes qui suivent.

    Voici d'ailleurs le lien vers la fiche (il va falloir que tu descendes un peu sur la page afin d'arriver à la section de la métaphore filée:


    J'espère t'avoir aidé ! Félicitations pour ton texte aussi, tu as de très bonnes idées et une très jolie plume ! :)

    N'hésite pas à nous réécrire ! Tu peux également nous envoyer une nouvelle version de ton texte afin de savoir si tu es sur la bonne voie ! (mais je ne suis aucunement inquiète pour toi ! ;))

    Sarah G.